L’incendie de Notre Dame est volontaire

Le coeur de la cathédrale, seul l’échafaudage subsiste © F.L. pour Batiactu

Notre-Dame – Un expert de la construction : « Il faut une vraie charge calorifique au départ pour lancer un tel sinistre. »

Alors que le ministre de la Culture Franck Riester affirmait ce matin que la structure de la cathédrale Notre-Dame de Paris était « sauvée », « rien n’est fini », selon l’ancien architecte en chef des Monuments historiques Benjamin Mouton, en charge de l’édifice religieux jusqu’en 2013.

[…]

En tant qu’architecte en chef des Monuments historiques, Benjamin Mouton a été en charge de la cathédrale Notre-Dame de 2000 à 2013, pour laquelle il a piloté le lourd chantier de la détection incendie. Ce dernier n’a pas encore pu se rendre à l’intérieur de l’édifice, mais redoute déjà l’impact de l’incendie et de l’effondrement des charpentes sur la stabilité globale de l’édifice.

Reprenant les propos de son successeur Philippe Villeneuve, avec qui il est en contact, Benjamin Mouton affirme auprès de Batiactu que ce dernier était « totalement incrédule » face à cet incendie qui aurait pu partir du chantier de rénovation, et que les soupçons pourraient se porter sur la « noue », où se croisent la nef et le transept de la cathédrale.

[…]

« La protection incendie mise en place dans la cathédrale était à son plus haut niveau »

[…]

Un important dispositif de détection et protection des incendies

« En 40 ans d’expérience, je n’ai jamais connu un incendie de la sorte », affirme celui qui estime que la protection incendie mise en place dans la cathédrale était à son plus haut niveau.

« Lorsque je me suis occupé de la détection incendie, qui a été un dispositif très onéreux, il fallait très peu de minutes pour qu’un agent aille faire la levée de doute, nous avons fait remplacer de nombreuses portes en bois par des portes coupe-feu, nous avons limité tous les appareils électriques, qui étaient interdits dans les combles », affirme-t-il auprès de Batiactu.

Le mystère sur les causes de l’incendie reste donc entier. Un expert du secteur de la construction, confie également son incompréhension auprès de Batiactu :

« L’incendie n’a pas pu partir d’un court-circuit, d’un simple incident ponctuel. Il faut une vraie charge calorifique au départ pour lancer un tel sinistre. Le chêne est un bois particulièrement résistant. »

Lire l’article entier sur batiactu.com

Mardi 16 avril 2019, David Pujadas fait dans son émission sur LCI « le point sur l’incendie qui a ravagé Notre-Dame de Paris ». Il se demande et demande à ses invités « pourquoi cette catastrophe a autant touché la France et le Monde ? » mais un témoignage important vient recentrer le débat sur l’essentiel et semer le doute, et il ne sort pas de la bouche d’un complotiste : il s’agit de Benjamin Mouton, ancien architecte en chef de la cathédrale de 2000 à 2013.

L’émission entière 24 Heures Pujadas suivie de l’allocution du président de la République est ici.

Source : https://www.egaliteetreconciliation.fr/Notre-Dame-Un-expert-de-la-construction-Il-faut-une-vraie-charge-calorifique-au-depart-pour-lancer-54404.html

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.