L’histoire des vaccins exposée

Je viens de terminer la lecture du livre « Dissolving Illusions: Disease, Vaccines, and the Forgotten History » de Suzanne Humphries, MD et Roman Bystrianyk. Si vous ne l’avez pas lu, je vous recommande vivement de le faire.

Le livre couvre les deux cents dernières années d’histoire du développement de vaccins en commençant par le traitement du Dr Jenner utilisant du pus de variole de vache gratté sur le ventre d’une vache, pour traiter les patients atteints de variole. Les épidémies passées sont analysées à la lumière de l’introduction des dénommées vaccinations. Les auteurs incluent l’histoire de nombreuses maladies courantes d’il y a quelques siècles et expliquent comment et quand les vaccins ont été introduits.

Les maladies comprennent la variole, la polio, la diphtérie, la coqueluche (pertussis) et la rougeole. Il ne fait aucun doute que ces maladies étaient autrefois très graves avec des taux de mortalité très élevés. Mais la preuve est qu’il y avait des facteurs autres que les vaccins qui étaient principalement la cause de leur mortalité décroissante à l’approche du 20e siècle.

Découvrez les histoires choquantes des vaccins contre la polio et la variole. Il semblerait que cette information ait presque été oubliée du débat public. Il n’est pas exagéré de dire que ces vaccins ont causé beaucoup plus de tort que le bien qu’ils auraient pu conférer à quelques-uns. Mais ne me croyez pas lisez vous-même les détails du livre.

Aux 18e et 19e siècles, les conditions de vie étaient épouvantables. La personne moyenne, y compris les enfants, travaillait de très longues heures dans des conditions inhumaines et vivait dans une misère totale. L’eau potable était polluée et leur nourriture était souvent pourrie et contaminée, et les gens prenaient rarement des bains. Ensuite, il y avait le problème des eaux usées; elles étaient juste jetées dans les rues. Pas de systèmes d’égouts ni de stations d’épuration comme nous en avons l’habitude aujourd’hui. Cela a créé un terreau idéal pour toutes sortes de maladies. Ceci a rendu les épidémies de variole, de polio, de choléra, de typhus, de fièvre typhoïde communes.

Depuis le début du XXe siècle, il y a eu une amélioration générale de tous ces facteurs environnementaux. La santé générale des habitants de l’Angleterre et des États-Unis s’est grandement améliorée à cause de cela et, par conséquent, leur résistance à la maladie a également augmenté.

Les auteurs documentent tout cela. Ils montrent la mortalité due à différentes épidémies, quand elles se sont produites et quand différents vaccins ont été introduits. Les données montrent que dans la plupart des cas, lorsqu’un vaccin a été introduit, le taux de mortalité avait déjà diminué de plus de 99% par rapport au pic de décès dans le passé. Cela comprend la variole, la polio, la diphtérie, la coqueluche et la rougeole. Il n’y a donc jamais eu de raison de développer un vaccin.

Mais ce qui est le plus déconcertant, c’est que les preuves montrent que les vaccins contre la variole, la polio et autres ont causé de gros problèmes parce que les vaccins eux-mêmes sont devenus le véhicule pour propager en fait des maladies, comme la variole (le virus contre lequel le vaccin était censé prémunir). La fièvre aphteuse était une autre propagation des vaches malades utilisées pour la vaccination de Jenner contre le pus de la variole. La contamination était à peine comprise et les vaccins étaient le moyen idéal pour infecter de nombreuses personnes. Beaucoup sont morts de ces vaccins. Dans certains cas, les vaccins tuaient plus de personnes que les virus sauvages.

La meilleure façon d’illustrer cette explication est à partir d’un graphique de la mortalité de certaines maladies. Celui ci-dessous est le graphique 17.9 (NDT : p. 355 de la version PDF du livre). Ici, nous voyons les taux de mortalité pour l’Angleterre et le Pays de Galles de la scarlatine, de la rougeole et de la coqueluche (pertussis) exprimés en pourcentage des taux de mortalité maximaux, de 1838 à 1978.

Les graphiques montrent clairement la diminution massive de la mortalité due à ces maladies à l’approche des années 1950. Il n’y avait pas de vaccin contre la scarlatine, mais on y voit également la réduction de la mortalité ainsi que celle de la rougeole et de la coqueluche.

Notez quand la rougeole et la coqueluche (pertussis) ont été introduites. Les taux de mortalité avaient déjà chuté de 99,96% et 99,74% avant l’utilisation des vaccins. La même histoire est vraie pour la variole, la polio et de nombreuses autres maladies pour lesquelles des vaccins ont été développés.

On ne peut en aucun cas soutenir que les vaccins étaient la cause de la réduction des maladies dans la société. Des épidémies sont survenues dans certains cas où ils avaient déjà atteint des taux de vaccination supérieurs à 90%. Et ces niveaux de vaccination n’ont été atteints que grâce à une législation obligatoire. Mais les vaccins n’ont rien fait pour réduire le nombre de décès – en fait – ils ont causé de nombreux décès et d’autres troubles graves de la santé qui semblent être totalement ignorés.

Le livre met également en évidence les connaissances très limitées des scientifiques sur le fonctionnement du corps humain. En introduisant certains agents dans le corps, de nombreuses conséquences inattendues en ont résulté. Un exemple est le vaccin contre la coqueluche. Cela a en fait amplifié la gravité de la maladie. Exactement le contraire de ce qu’il était censé faire. Ce vaccin a eu de nombreuses conséquences sanitaires graves, y compris la mort.

Connaître l’histoire des vaccins ne me donne absolument aucune confiance dans l’innocuité et l’efficacité de tout vaccin développé pour la COVID-19. Elle suit son cours et selon les CDC américains a actuellement un taux de mortalité inférieur à 0,3%. C’est environ le double de celui d’une épidémie de grippe grave. Pourtant, certaines des maladies (variole, choléra, etc.) il y a deux cents ans tuaient 100 fois ce montant. Alors pourquoi les gouvernements ont-ils fermé l’économie mondiale et instauré la loi martiale ? La réponse est dans le cœur mauvais de l’homme sans Christ.

Source : https://biblescienceforum.com/2020/08/05/the-history-of-vaccines-exposed/



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.