L’État islamique fête l’Aïd el-Kebir à sa façon : en égorgeant des prisonniers !

L’État islamique, ce golem oriental sorti des mains des apprentis-sorciers américano-mondialistes genre Hillary Clinton, fauteurs de guerres et de chaos, inféodées aux desiderata israéliens qui poussent au remodelage de ce monde arabe en petits états ethno-confessionnels, opposés les uns aux autres, a fêté l’Aïd el-Kebir à sa façon… Macabre ! Des prisonniers ont été égorgés comme des animaux, selon les principes imposés par le Coran pour l’abattage de la viande. Selon la méthode hallal !

Dans la vidéo, publiée avec le titre The Making of Illusion, et diffusée le premier jour de l’Aid el-Kebir, les miliciens d’Allah ont filmé ce carnage.

Cette vidéo, selon Abu Mohammed, fondateur d’un groupe pour les droits humains, est brutale : « C’est le pire film jamais publié par les égorgeurs de l’État islamique. Raqqa est abattue en silence. »

Si à Dacca, capitale du Bangladesh, se sont des rivières de sang d’animaux égorgés qui coulent dans les rues, quelque part dans Raqqa en Syrie, sous occupation du Califat, c’est du sang d’hommes égorgés qui coule ! Peut-être du sang chrétien…

Et le Coran est un livre de paix, l’islam une religion d’amour, nous disent les bien-pensants ! Et recevoir, accueillir les migrants musulmans, parmi lesquels se cachent ces monstres sanguinaires, est un devoir des occidentaux.

Balivernes. Suicide collectif. Illusion diabolique.

Francesca de Villasmundo

Âmes sensibles s’abstenir :

http://www.ilgiornale.it/video/cronache/lultima-esecuzione-dellisis-uomini-macellati-bestie-1306186.html

Source : http://www.medias-presse.info/letat-islamique-fete-laid-el-kebir-a-sa-facon-en-egorgeant-des-prisonniers/61138/?utm_source=OxiMailing&utm_medium=e-mail&utm_campaign=mpi_155



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.