L’état de plus en plus répressif : utilisation du monoxyde de dihydrogène dans les canons à eau des CRS

Des traces de monoxyde de dihydrogène découvertes dans les canons à eau des CRS.

Alors que les manifestations continuent à Paris, et que les pompiers sont mobilisés exceptionnellement en très grand nombre dans les artères principales de la capitale, les affrontements eux-aussi reviennent de plus belle. On a pu recenser au total plus de 12 canon à eau déployés aujourd’hui, tout comme un important dispositif policier de plus de 300 hommes, dispersés dans le 12, 14 et 10 ème arrondissement de la capitale.

L’utilisation de plus en plus intensive de telles mesures anti-émeutes, disproportionnées quant au nombre de manifestants est expliquée par de nombreux experts comme étant « extrêmement stratégique » par les forces de police, étant le terrain de jeu idéal pour tester en temps réel l’efficacité du monoxyde de dihydrogène, dont des traces ont récemment été retrouvées dans un canon rue Saint-Aubert.

« L’utilisation du monoxyde de dihydrogène par les forces de l’ordre dans les canon à eau ne fait plus de doute désormais, et nous sommes 56 scientifiques à souhaiter alerter l’opinion publique de cette dangereuse dérive de nos forces de l’ordre. Les risques du monoxyde de dihydrogène sont réels, et certains sont encore trop peu connus. »

Henry Müller, expert en gestion de foule et analyste en laboratoire spécialisé.

Le monoxyde de dihydrogène, placé dans les canon à eau, aurait plusieurs utilités : repérer les manifestant touchés par la substance, éloigner les manifestants loin d’eux par un mouvement d’éjection, mais surtout tester l’efficacité de cette arme, décrite par les experts comme « l’arme anti émeutes ultime. »

Ainsi, Henry Müller et d’autres experts souhaitent dans un communiqué officiel signaler les risques multiples qui peuvent être provoqués par le monoxyde de dihydrogène en cas d’exposition répétée, ils sont de 4 ordres.

Sur la santé

  • son inhalation, même en faible quantité, peut causer la mort par asphyxie ;
  • sa forme gazeuse peut causer de graves brûlures ;
  • le contact prolongé avec sa forme solide provoque des lésions des tissus ;
  • a été trouvé dans des biopsies de tumeurs et lésions pré-cancéreuses, ainsi que dans les tumeurs de malades du cancer en phase terminale ;
  • il serait le principal agent à l’origine d’œdèmes ;
  • parmi les symptômes résultant de l’ingestion de monoxyde de dihydrogène on peut observer une sudation et une miction excessives, et éventuellement une sensation de ballonnement, des nausées et vomissements, ainsi qu’un déséquilibre électrolytique corporel ;
  • une ingestion excessive peut causer des effets néfastes pouvant entraîner la mort ;
  • toutes les personnes étant entrées en contact avec lui sont mortes ou vont mourir ;
  • il est utilisé comme adjuvant dans les vaccins8 ;
  • in vitro, il provoque l’éclatement des cellules humaines ;

A noter qu’une accumulation très importante de DHMO dans les nuages, peut se retrouver dans les pluies, ce qui a notamment eu lieu à Plougasnou en 2011 causant des troubles majeurs aux habitants.

Sur l’environnement

  • est souvent associé aux cyclones mortels survenant notamment dans le centre des États-Unis ;
  • des variations de température du monoxyde de dihydrogène sont soupçonnées de contribuer au phénomène climatique El Niño ;
  • il est un élément principal des pluies acides ;
  • il contribue à l’érosion des sols ;
  • il est relâché en grande quantité par les centrales nucléaires, directement dans les rivières et les mers, ou bien dans l’atmosphère ;
  • il peut être à l’origine de catastrophes écologiques diverses et variées lors d’intempéries ;
  • sous sa forme gazeuse, c’est un puissant gaz à effet de serre ;
  • on le trouve en très fortes concentrations dans les océans mais il pollue aussi de nombreux fleuves et rivières ;

Sur les constructions

  • sa forme solide peut provoquer de graves incidents, voire des accidents irrémédiables dans les transports maritime, automobile et ferroviaires;
  • sa forme poudreuse, en particulier concentrée en plaques instables, peut être un obstacle au développement harmonieux des loisirs de montagne ;
  • il provoque la corrosion et la destruction des métaux et des appareils électriques ;
  • il augmente considérablement les risques en présence de conducteurs électriques sous tension ;
  • il est utilisé dans des cas de torture ou lors d’interventions policières contre des manifestants ;
  • son exposition diminue l’efficacité des freins automobiles ;
  • il serait le composant principal entrant dans la fabrication d’une certaine catégorie de bombes artisanales ;

Autres propriétés chimiques

  • il présente à la fois un caractère acide et basique ;
  • il a un pH de 7, plus élevé que tous les acides ;
  • c’est un puissant solvant, largement utilisé dans l’industrie chimique ;

Corrélations sociales

  • il est présent dans une grande quantité de produits alimentaires ;
  • on en trouve des traces dans le sang et les cheveux des enfants (alors qu’une surdose peut les tuer) ;
  • tous les jeunes délinquants en consomment ;
  • certains alcooliques le mélangent avec leur boisson pour prétendument en atténuer les effets (alors même qu’il trouble le pastis) ;
  • pour les sujets dépendants, le sevrage du monoxyde de dihydrogène signifie une mort certaine.

Source : http://franchetvinfo.fr/des-traces-de-monoxyde-de-dihydrogene-decouvertes-dans-les-canons-a-eau-des-crs/amp/?fbclid=IwAR13dhSbtPxE4kq1QJM2_RrTU1L1CgQ6BVlVCiprANY4uqWpAeGi_IyjTko



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.