Les Râles font dérailler le darwinisme

La perte du vol n’est pas de l’évolution

Un article récent sur un oiseau appelé Râle à gorge blanche (Dryolimnas cuvieri, fig. 1) a mis en évidence la perte répétée du vol de cette espèce volante sur plusieurs petites îles du sud-ouest de l’océan Indien près des îles de Madagascar et de Mayotte, sur environ 340 000 ans.1 Cela a donné naissance à plusieurs sous-espèces incapables de voler sur ces îles, répertoriées dans le tableau 1.

L’un d’entre eux, le Râle d’Aldabra (Dryolimnas cuvieri subsp. aldabranus), trouvé sur l’atoll d’Aldabra (île récifale) aux Seychelles, est le dernier Râle incapable de voler dans l’océan Indien. Des preuves fossiles indiquent que les Râles incapables de voler sur cette île se sont en fait éteints auparavant, puis une espèce incapable de voler essentiellement identique a réapparu. Cela était dû au fait que davantage de Râles volants arrivaient sur l’île, puis qu’ils perdaient à nouveau leur capacité de vol. Les chercheurs admettent que cela s’est produit « en 20 000 ans ou moins », un clin d’œil en termes d’évolution.2

« Ce n’est pas une démonstration d’évolution. L’absence de vol est une perte, pas un gain. »

La particularité de ce groupe d’oiseaux est que la perte des capacités de vol semble s’être produite plusieurs fois, et rapidement. Les conditions spécifiques pour cela incluent le manque de prédateurs terrestres et de concurrents pour la nourriture.

La perte du vol n’est pas de l’évolution !

Les auteurs de cet article affirment que l’absence de capacité de vol a « évolué » plusieurs fois.1

Mais malgré de telles descriptions, cela ne constitue pas une démonstration d’évolution. L’absence de la capacité de vol est une perte, pas un gain. Aucune nouvelle structure n’est en cours de développement comme cela serait nécessaire si les créatures volantes avaient évolué à partir de créatures non volantes ; au lieu de cela, la fonction a été perdue.

Lorsque les oiseaux volants sont arrivés pour la première fois sur l’île relativement sous-peuplée, il n’y avait aucune pression sur eux pour échapper aux prédateurs en s’envolant loin d’eux. Par conséquent, les oiseaux avec des mutations endommageant leurs ailes n’ont pas été sélectionnés, car ils n’ont pas souffert en termes de prédation ou de trouver moins de nourriture.

« De plus, on sait que la perte du vol chez les oiseaux et les insectes est plus fréquente sur les petites îles venteuses. »

De plus, on sait que la perte du vol chez les oiseaux et les insectes est plus fréquente sur les petites îles venteuses. Dans un tel environnement, ceux qui souffrent des effets d’une mutation destructrice de vol ont en fait un avantage sélectif sur la variété dotée de la capacité de voler. Les oiseaux volants sont plus susceptibles d’être emportés par les tempêtes, de ne jamais revenir, de sorte qu’ils ne peuvent plus contribuer aux gènes de cette population.3 De plus, les créatures incapables de voler n’avaient pas le coût énergétique supplémentaire de maintenir les muscles et les nerfs requis pour les ailes capables de voler.

C’est un cas de dévolution, pas d’évolution. La génération réelle de gènes (et les structures associées) responsables du vol n’a jamais été observée ou démontrée. De plus, la rapidité de la perte du vol chez ces oiseaux contraste avec la notion populaire selon laquelle des millions d’années sont nécessaires pour que des changements biologiques importants se produisent.4

Tableaux

Tableau 1. Liste des espèces de râles volants et incapables de voler dans le sud-ouest de l’océan indien

Espèce Capacité de vol Emplacement Disparu ?
Dryolimas cuvieri cuvieri Volant Madagascar & Mayotte Non
Dryolimas cuvieri aldabranus Incapable de voler Aldabra Non
Dryolimas cuvieri abbotti Mal volant Hypothèse Éteint en 1937
Dryolimas augusti Incapable de voler Mascareignes Éteint 17 e siècle.
Dryolimas sp. Incapable de voler Maurice Disparu

Références et notes

  1. Hume, J.P. et Martill, M. Repeated evolution of flightlessness in Dryolimnas rails (Aves: Rallidae) after extinction and recolonization on Aldabra, Zoological J. Linnean Society, 2019.
  2. Katz, B., How evolution brought a flightless bird back from extinction; smithsonianmag.com, 13 mai 2019.
  3. Voir Flightless insects on windswept islands: Even a defect can be an advantage sometimes, Creation 19(3):30, 1997.
  4. Catchpoole, D. et Wieland, C. Speedy species surprise, Creation 23(2):13-15, 2001.

Source : https://creation.com/rail-loss-of-flight

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.