Les mythes qui se présentent comme de la science

s_africa_fossil_wide

par Vernon R. Cupps, Ph.D. *

Un article récent MSN déclare qu’un hominidé fossile appelé « Little Foot » trouvé dans une grotte sur le site de Sterkfontein, près de Johannesburg, Afrique du Sud, a environ 3.670.000 ans.1 Un rapport similaire est apparu dans ScienceNews.2 Les deux articles fournissent des détails insuffisants pour faire une évaluation intelligente de la méthode utilisée pour arriver à la conclusion avancée, et comme telle cette conclusion doit être considérée comme suspecte. Cependant, il y a un point essentiel concernant la datation par radio-isotope qu’ils offrent auquel on peut répondre directement.

La technique utilisée à ce jour pour dater Little Foot est appelée datation par nucléides cosmogéniques. La production cosmogénique d’isotopes radioactifs à partir de réactions nucléaires directes sur les plus courants isotopes stables est connue depuis le début du 20e siècle, mais ce n’est que récemment qu’elle a été acceptée comme un phénomène qui doit être pris en compte dans la datation par radio-isotope. Les rayons cosmiques, qui proviennent de la haute atmosphère, peuvent former des cascades de particules élémentaires. Lorsque ces particules frappent certains atomes tels que le silicium (Si), l’oxygène (O), le calcium (Ca), le potassium (K), ou le chlore (Cl), elles peuvent induire une réaction nucléaire qui les transforme en un radio-isotope, par exemple:

14C + p → 3H + 12C
28Si + n → 26Al + 3H
35Cl + n → 36Cl + γ
40Ca + n → 41Ca + γ

Ce ne sont que quelques-unes des réactions nucléaires cosmogéniques potentiels qui peuvent produire des radio-isotopes tels que 3H, 26Al, 36Cl, et 41Ca. Une question cruciale concernant l’utilisation de ces isotopes comme horloges fiables est, quelles sont les hypothèses qui doivent être faites pour que les isotopes soient raisonnablement utilisés comme horloges?

Quatre hypothèses de base sont nécessaires pour utiliser un processus de datation par radio-isotope comme une horloge fiable:

(1) Le système dont les échantillons de roche font partie doit être un système fermé. Il s’agit d’une hypothèse de plus en plus mauvaise avec l’augmentation de l’âge du système.

(2) Les taux de dégradation des isotopes utilisés comme horloges doivent rester constants au fil du temps. Encore une fois, cette hypothèse devient plus ténue avec l’augmentation de l’âge du système.

(3) Les concentrations initiales ou primordiales de parent et fille dans le système doivent être connues avec précision.

(4) Pour tout système d’âges de longue durée, il faut supposer que suffisamment de temps s’est écoulé pour que des niveaux mesurables de la fille radioactifs soient produits.

Ces quatre hypothèses doivent toutes tenir ferme sans exception – toute exception invalide la méthode de datation. Il est douteux que l’une quelconque de ces hypothèses puisse être rigoureusement respectée durant 3.670.000 années, encore moins toutes les quatre. Mais la méthode de datation particulière utilisée pour dater Little Foot a ajouté une hypothèse plus douteuse, à savoir:

(5) Les taux de production pour les radionucléides cosmogéniques sont restés constants pendant des millions d’années.

Puisque l’incidence du rayonnement interstellaire sur l’atmosphère de la terre varie avec les saisons, avec le temps, avec l’activité solaire, avec l’activité galactique, et avec les variations dans le champ magnétique de la terre, il est extrêmement déraisonnable de s’attendre à des taux de production constants pour un quelconque de ces radio-isotopes durant la vaste quantité de temps avancée. Suggérer que les cinq hypothèses peuvent être strictement maintenues pendant plus de 3.000.000 ans est complètement intenable.

Pourquoi un scientifique publierait quelque chose comme un fait alors qu’il repose sur une fondation aussi fragile? Il y a probablement de nombreuses raisons superficielles, mais il semble que la raison fondamentale est que ces « scientifiques » tentent, consciemment ou inconsciemment, d’endoctriner le public plutôt que de l’éduquer.

Références

1. Mollard, P. Fossil date boosts S.Africa claim as cradle of mankind. MSN News. Posté sur msn.com 1er avril, 2015, consulté le 2 avril, 2015.
2. Bower, B. ‘Little Foot’ pushes back age of earliest South African hominids. ScienceNews. Posté sur sciencenews.com 1er avril, 2015, posté le 2 avril, 2015.

* Le Dr Cupps est associé de recherche à l’Institute for Creation Research et a obtenu son Ph.D. en physique nucléaire à l’Indiana University-Bloomington.

Source : http://www.icr.org/article/8676



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.