Les humains à longue durée de vie

Une des parties les plus ridiculisées de la Bible sont les chapitres du livre de la Genèse qui donnent des âges très importants aux patriarches. Les hommes auraient vécu plus de 900 ans dans le passé! Cependant, la longévité a considérablement diminué après le Déluge de quelques centaines d’années, et, enfin, est descendu aux moyennes actuelles au moment de l’Exode.

Qu’est-ce qui aurait pu provoquer une chute aussi dramatique de la longévité depuis les débuts de l’humanité ? Art Brown présente sa théorie de la sénescence (vieillissement) dans le livre Methuselah’s Secret. Après avoir étudié les données disponibles, telles que les statistiques sur la longévité en rapport avec la géographie, les peuples qui vivent dans des canyons escarpés et des vallées et atteignent des âges avancés, l’augmentation énigmatique de la longévité dans les années 1911-1951 (plus importante encore que celle obtenue grâce aux médicaments miracles) quand l’automatisation des transports et de la production a poussé les gens à se replier vers l’intérieur des habitations, Brown conclut que l’exposition aux rayonnements UV du soleil est responsable du raccourcissement considérable de notre durée de vie. Le point culminant de son travail est l’histoire sensationnelle des enfants Dickerson.

Ces enfants ont vécu cachés dans un grenier jusqu’à leur adolescence. La photo montre Connie, Gordon et Glenda Dickerson (respectivement âgés de 18, 15 et 13 ans). Ces « enfants de Mathusalem » avaient presque cessé de vieillir ! Bien qu’en bonne santé et intelligents, ils paraissaient beaucoup plus jeunes qu’ils ne l’étaient en réalité. Connie Dickerson a été interviewée par Genesis Park au Canada. Bien qu’elle ait la soixantaine, elle paraît avoir une bonne dizaine d’années de moins. Art Brown théorise que le secret de Mathusalem était la voûte de vapeur qui entourait la Terre primitive et bloquait la lumière nocive du soleil.

Le Dr Jack Cuozzo (sa biographieson site) a étudié de façon approfondie des ossements d’homme de Néandertal, et est parvenu à des conclusions étonnantes. Sur la base tant de mesures crâniennes (photo ci-dessus) que de l’usure de l’émail dentaire, Cuozzo estime que l’âge au moment du décès était de 250-300 ans ! (Cuozzo, Jack, Buried Alive, p. 203, 234). Outre l’environnement de la Terre primitive qui peut avoir contribué à une telle longévité, Cuozzo cite des données récentes en rapport avec la reconstitution d’anciens enzymes de mammifères montrant une baisse spectaculaire de l’efficience au fil du temps. Une telle dévolution pourrait contribuer de multiples façons à l’usure des systèmes biologiques (p. 268). Les créationnistes prédiraient que les formes de vie présentes dans le registre fossile seraient plus grandes, plus saines et auraient une plus grande longévité que les formes de vie modernes. Cela est dû au fait que ces systèmes biologiques se détérioreront avec le temps. Les écritures peuvent-elles être une source fiable pour un tel aperçu scientifique du monde naturel ? Bien que la Bible ne soit pas un texte scientifique, il existe plusieurs lignes de preuve que la Bible est la Parole de Dieu. En tant que telle, elle fait autorité lorsqu’elle aborde des sujets qui touchent à la science et à l’histoire.

Source : https://www.genesispark.com/exhibits/early-earth/long-lived-humans/



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.