Les dix principaux problèmes scientifiques liés à l’évolution biologique et chimique

Par Casey Luskin

23 juillet 2020

[Note de la rédaction d’Evolution News : l’article suivant est le chapitre écrit par Casey Luskin, “Les dix principauproblèmes scientifiques liés à l’évolution biologique et chimique“, qui est une contribution au volume More than Myth (Chartwell Press, 2014.) Il a été publié avec l’autorisation des éditeurs du livre, Robert Stackpole et Paul Brown.]

Table des matières

Introduction

Problème n° 1 : Il n’y a aucun mécanisme viable pour générer une soupe primordiale.

Problème n° 2 : Les processus chimiques non guidés ne peuvent pas expliquer l’origine du code génétique.

Problème n° 3 : Les mutations aléatoires ne peuvent pas générer l’information génétique nécessaire à des structures irréductibles et complexes.

Problème n° 4 : La sélection naturelle peine à fixer des caractéristiques avantageuses dans les populations.

Problème n° 5 : L’apparition soudaine d’espèces dans les fossiles ne soutient pas l’évolution darwinienne.

Problème n° 6 : La biologie moléculaire n’a pas réussi à produire un grand “arbre de la vie”.

Problème n° 7 : L’évolution convergente remet en question le darwinisme et détruit la logique qui se cache derrière l’ascendance commune.

Problème n° 8 : Les différences entre les embryons de vertébrés contredisent les prédictions de l’ascendance commune.

Problème n° 9 : Le néodarwinisme peine à expliquer la répartition biogéographique de nombreuses espèces.

Problème n° 10 : Le néodarwinisme a une longue histoire de prédictions darwiniennes inexactes sur les organes vestigiaux et l’”ADN poubelle”.

Problème supplémentaire (n° 11) : Les humains présentent de nombreuses capacités comportementales et cognitives qui n’offrent aucun avantage apparent en matière de survie.

Introduction

“Il n’y a aucune faiblesse dans la théorie de l’évolution”1, a déclaré Eugenie Scott, chef de file de facto du lobby Darwin, lors d’un discours adressé aux médias en réponse au vote du Conseil de l’éducation de l’état du Texas en 2009 visant à exiger des étudiants qu’ils se renseignent sur les preuves scientifiques pour et contre l’évolution néodarwinienne. Pour ceux qui suivent le débat sur les origines, les mots du Dr Scott sont aussi peu surprenants que familiers. Il semble que presque quotidiennement nous trouvons les médias qui citent des scientifiques évolutionnistes déclarant que les récits matérialistes de l’évolution biologique et chimique sont des “faits”. Les étudiants qui suivent des cours de préparation à l’université ou des cours de niveau universitaire sur l’évolution sont avertis que le fait de douter du darwinisme équivaut à commettre un suicide intellectuel – autant proclamer que la Terre est plate2. De telles intimidations suffisent à convaincre beaucoup de personnes qu’il est beaucoup plus facile de simplement adhérer au darwinisme pour assurer leurs résultats académiques, leurs carrières et leur réputation. Les quelques résistants qui restent sont intimidés et réduits au silence. Mais est-il vrai qu’il n’y a “aucune faiblesse” dans la théorie de l’évolution ? Ceux qui expriment des doutes sur le darwinisme font-ils preuve de courage, ou sont-ils des imbéciles qui veulent nous ramener à l’âge des ténèbres et à l’ère de la Terre plate3 ? Heureusement, il est très facile de mettre à l’épreuve ces questions : il suffit d’examiner la littérature scientifique technique et de se demander s’il existe des défis scientifiques légitimes qui se posent à l’évolution chimique et biologique. Ce chapitre passe en revue une partie de cette littérature et montre qu’il existe de nombreux défis scientifiques légitimes aux principes fondamentaux de la théorie darwinienne, ainsi qu’aux théories prédominantes de l’évolution chimique. Ceux qui nourrissent des doutes sur le darwinisme n’ont pas besoin d’être terrifiés par les tyrans académiques qui prétendent qu’il n’y a pas de débat scientifique à avoir.

Références :

1 Eugenie Scott, citée dans Terrence Stutz, “State Board of Education debates evolution curriculum”, Dallas Morning News (22 janvier 2009), également repris dans Ed Stoddard, “Evolution gets added boost in Texas schools”, Reuters.com, disponible à l’adresse suivante : http://blogs.reuters.com/faithworld/2009/01/23/evolution-gets-added-boost-in-texas-schools/.
2 Karl W. Giberson, Saving Darwin: How to be a Christian and Believe in Evolution, p. 53 (HarperOne, 2008) (“les biologistes considèrent aujourd’hui que l’ascendance commune de toutes les espèces vivantes est un fait de la même nature que la sphéricité de la terre”.)
3 Quoi qu’il en soit, le fait que la civilisation occidentale croyait autrefois à une terre plate est en grande partie un mythe. Voir Jeffrey Burton Russell, “The Myth of the Flat Earth”, sur http://www.veritas-ucsb.org/library/russell/FlatEarth.html.

Cet article a été publié à l’origine sur Evolution News à l’adresse https://www.discovery.org/a/24041/#fn142 le 20 février 2015 et a été traduit en français et republié sur Bible & Science Diffusion avec autorisation.

A propos de Casey Luskin

Casey Luskin

Casey Luskin est scientifique et avocat, et titulaire de diplômes d’études supérieures en sciences et en droit. Il a obtenu une licence et une maîtrise en sciences de la terre à l’université de Californie à San Diego, où il a beaucoup étudié la géologie et l’évolution, tant au niveau du premier que du deuxième cycles. Sa thèse de maîtrise portait sur le paléomagnétisme de la plaine de la rivière Snake dans le Sud de l’Idaho.

Depuis 2005, il est avocat agréé en Californie, après avoir obtenu un diplôme de droit à la faculté de droit de l’université de San Diego, où ses études ont porté sur le droit du Premier amendement de la Constitution, le droit de l’éducation et le droit de l’environnement. Il a également mené des recherches géologiques à la Scripps Institution for Oceanography.

En 2001, il a cofondé le centre IDEA (Intelligent Design and Evolution Awareness), une organisation à but non lucratif qui aide les étudiants dans leurs recherches sur le dessein intelligent (ID) en créant des “clubs IDEA” sur les campus des universités et des lycées du monde entier.

De 2005 à 2015, il a travaillé pour le Centre pour la science et la culture du Discovery Institute, d’abord comme responsable de programme en politique publique et affaires juridiques (2005-2010), puis comme coordinateur de recherche (2011-2015.) Dans ces fonctions, il a aidé et défendu des scientifiques, des éducateurs et des étudiants qui cherchaient à étudier, effectuer des recherches et enseigner librement sur le débat scientifique concernant l’évolution et l’identité néodarwiniennes. Comme expliqué sur son site personnel, au 31 décembre 2015, il ne travaille plus comme membre du personnel du Discovery Institute car il a pour objectif de poursuivre ses études.

Certaines de ses publications sont parues dans des revues techniques de droit et de sciences et dans d’autres revues spécialisées, notamment le Journal of Church and State ; la Montana Law Review ; la Hamline Law Review ; la Liberty University Law Review ; la University of St. Thomas Journal of Law & Public Policy ; et Geochemistry, Geophysics, and Geosystems (G3.) Il a également coécrit ou contribué à de nombreux ouvrages.

Il s’intéresse tout particulièrement à la géologie, à l’enseignement des sciences, aux origines biologiques et à la protection de l’environnement.

Formation :

  • Doctorat en droit, Université de San Diego.
  • Maîtrise en sciences de la terre, Université de Californie, San Diego.
  • Licence en sciences de la terre, université de Californie, San Diego.

Affiliations professionnelles passées et/ou présentes :

  • Barreau de Californie.
  • Association américaine pour l’avancement de la science.
  • Association du barreau américain.
  • Union géophysique américaine.
  • Société scientifique chrétienne.
  • Société juridique chrétienne.
  • American Scientific Affiliation.

Source : https://bibleetsciencediffusion.org/index.php/2020/07/23/les-dix-principaux-problemes-scientifiques-lies-a-levolution-biologique-et-chimique/#comments



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.