Le « Zéro Covid » en Nouvelle-Zélande a complété sa transformation en un véritable État policier

La Nouvelle-Zélande, la dernière des nations du « Zéro COVID » sur terre, a achevé sa transformation en un régime tyrannique à part entière et, chose choquante, elle l’a fait avec le consentement de la grande majorité des Kiwis (habitants).

Autrefois saluée par les médias et les « experts de la santé publique » comme leur « réussite » favorite en matière de gestion du COVID-19, les articles de presse sont de plus en plus difficiles à trouver, car Wellington a donné naissance à une concoction dystopique d’édits gouvernementaux fous et despotiques, présentés comme un élément absolument nécessaire de leur lutte éternelle contre une maladie dont le taux de guérison est de 99,8 %.

Il suffit d’observer ce qui s’est passé dans la nation partenaire des Five Eyes au cours de cette seule semaine :

1) La quasi-totalité du pays est à nouveau sous confinement indéfini, après que quelques cas de COVID-19 eurent été signalés dans tout le pays. Un seul cas nécessite un « confinement rapide », dans lequel tous les droits de millions de citoyens sont immédiatement restreints et indéfiniment soumis à l’endiguement d’une maladie respiratoire saisonnière. Le confinement actuel a été prolongé à Auckland jusqu’à la mi-septembre au moins, et beaucoup prédisent une peine beaucoup plus longue. Selon les précédents, les Kiwis ne retrouveront leur liberté que lorsque – c’est la partie la plus insensée de Zéro COVID – la propagation communautaire du COVID-19 sera nulle.

Et à la seconde où un autre cas apparaît sur le radar, le pays entier retourne à la case départ du protocole du Zéro COVID.

2) Un homme est humilié par ses compatriotes pour avoir eu l’audace de s’ « échapper » d’un camp d’internement du COVID sanctionné par le gouvernement. Ces camps ont été décrits sous un jour plus positif, mais faux, par la presse et les représentants du gouvernement comme des « hôtels de mise en quarantaine », mais il s’agit très certainement d’une installation d’internement, car il n’est pas permis de sortir, et cela entraîne une amende et une longue peine de prison.

The Hill a rapporté : « La personne a été accusée de ne pas s’être conformée à l’ordonnance sanitaire néo-zélandaise relative au coronavirus. En vertu d’une nouvelle loi adoptée l’année dernière, il pourrait être condamné à une amende ou à une peine de prison allant jusqu’à six mois s’il est reconnu coupable. »

3) La police et les services militaires du pays installent des points de contrôle de sécurité dans toute la Nouvelle-Zélande afin de s’assurer que les citoyens ne voyagent pas pendant le confinement. Le fait de se déplacer librement pendant le confinement est désormais passible d’une amende massive et/ou d’une peine de prison.

La Nouvelle-Zélande est désormais le seul pays au monde qui se consacre à COVID Zero, la poursuite de l’élimination totale d’un virus de leur nation, qui est sous un siège auto-sanctionné par le gouvernement depuis le début de 2020. Toutes les autres nations qui ont tenté de poursuivre la pseudo-science derrière le Zéro Covid ont échoué de manière catastrophique. La Nouvelle-Zélande est passée d’une « réussite » en matière de COVID très médiatisée à un véritable film d’horreur, et malheureusement, il n’y a pas de fin en vue à cette folie permanente.

Source : https://www.nouvelordremondial.cc/2021/09/10/le-zero-covid-en-nouvelle-zelande-a-complete-sa-transformation-en-un-veritable-etat-policier/

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.