“Le socialisme à l’échelle mondiale” : L’animateur de Sky News démolit les élites de Davos et le système du “Great Reset”

L’animateur de Sky News Australie, Cory Bernardi, vient de tirer au lance-flammes sur l’élite mondiale, en nous disant que nous devons être attentifs “à toute organisation ayant le terme “monde” dans son nom” dans un monologue qui ne verra jamais le jour dans la plupart des nations occidentales.

Après avoir écorché l’Organisation mondiale de la santé (OMS) pour avoir “donné à la Chine un laissez-passer gratuit pour le virus de Wuhan”, tout en misant 500 millions de dollars sur des obligations liées à la pandémie, Bernardi démolit le Programme alimentaire mondial, l’Organisation météorologique mondiale, l’Organisation mondiale du tourisme et l’Organisation mondiale du commerce – pour mensonges, désinformation et logique de bretzel liée au climat pour justifier la politique.

“Toutes ces autorités poursuivent un même objectif : décarboniser, désindustrialiser et désautonomiser le monde occidental. Elles font partie d’un plan concerté pour redessiner le capitalisme sous un nouveau jour”, déclare M. Bernardi, ajoutant : “Bien sûr, ce jour est celui du socialisme.”

Le Forum économique mondial (FEM), qui se réunit chaque année à Davos, en Suisse, est le fer de lance de cet effort.

“Le FEM est l’architecte du Grand Reset et de la quatrième révolution industrielle. Il a inventé le hashtag “Reconstruire en mieux”, qui s’avère si populaire auprès des grandes élites gouvernementales du monde entier”, explique Bernardi. “Selon la vision du FEM, les participants de Davos seront propriétaires de ce que vous louerez. Et croyez-moi, ce ne sera pas une entreprise philanthropique”.

“En vous réduisant à un simple utilisateur plutôt qu’à un propriétaire, le monde devient en fait plus égalitaire, car il concentrera le pouvoir, l’autorité et l’argent dans les mains d’une toute petite minorité, tandis que le reste d’entre nous deviendra un simple vassal économique pour ces oligarques.”

Regardez :

World Economic Forum leads a ‘concerted effort’ for global socialism: Bernardi

Transcription complète ci-dessous :

Il y a certains signes d’avertissement dont nous devons tous tenir compte. Vous savez, c’est comme quand quelqu’un apparaît dans votre vie et vous dit : “Je suis du gouvernement et je suis là pour vous aider. Un autre signe d’avertissement est toute organisation dont le nom comporte le terme “monde”. Commençons donc par quelques uns. Peut-être l’Organisation mondiale de la santé pour donner le coup d’envoi. C’est l’organisme qui a donné à la Chine un laissez-passer gratuit pour la grippe de Wuhan, tout en mettant en banque 500 millions de dollars grâce à l’émission d’obligations contre la pandémie. C’est vrai, l’Organisation mondiale de la santé devait rembourser aux investisseurs environ 500 millions de dollars au début de 2020, à moins, bien sûr, qu’une pandémie ne soit déclarée. Les investisseurs ont perdu tout leur argent qui est devenu le gain de l’Organisation mondiale de la santé.

Et puis, bien sûr, il y a le Programme alimentaire mondial. Il fait lui aussi partie des Nations unies et a d’ailleurs reçu le prix Nobel de la paix en 2020. Tout cela semble assez impressionnant, jusqu’à ce que vous vous souveniez que Barack Obama l’a gagné en 2008 juste pour avoir la bonne couleur de peau. Et malgré les 8 milliards de dollars dépensés chaque année pour lutter contre la faim et renforcer la résistance au changement climatique, il y a encore 850 millions de personnes sous-alimentées dans le monde, et environ 780 millions de personnes obèses. Il est clair que nous avons besoin de plus de socialisme alimentaire.

Ensuite, nous avons aussi l’Organisation météorologique mondiale. Elle a un équipage de 200 personnes et publie chaque année un rapport sur l’état du climat mondial, qui présente des scénarios d’horreur sur les gaz à effet de serre, le changement climatique, l’élévation du niveau de la mer et la glace de mer. Le rapport de 2019 est une beauté – il dit essentiellement que les feux de brousse australiens de cette année-là étaient dus au changement climatique, et ne fait aucune mention des pyromanes, ni des écologistes qui insistent sur les terribles politiques de gestion des terres. D’ailleurs, selon l’OMM, le changement climatique est également responsable de la sécheresse, des inondations, des tempêtes et des dommages liés au temps. Cela m’a amené à me demander ce qui en était la cause avant la révolution industrielle, ou avant l’humanité d’ailleurs.

Mais nous avons aussi la chance d’avoir l’Organisation mondiale du tourisme, qui a “une vision d’une seule planète pour un tourisme responsable”. Les mots à la mode sont “inclusion sociale” et “action pour le climat”. Elle possède même des hashtags assez cool : #responsiblerecover et #buildbackbetter. Et elle se vante qu’en fermant l’économie mondiale l’année dernière, elle a réduit les émissions de dioxyde de carbone d’un énorme 8 %. Cela signifie qu’il ne reste plus que 92 % à faire avant de retourner vivre dans des grottes ! Mais il faut sauver la planète pendant que nous le faisons.

Et bien sûr, nous ne devons pas oublier l’Organisation mondiale du commerce, dont les nobles objectifs prônent le libre-échange. Sa véritable mission ne semble pas être d’imposer à la Chine les mêmes exigences d’intégrité qu’au reste du monde en matière de protection de la propriété intellectuelle, de tarifs et de barrières commerciales, etc. Dieu merci, elle a pour objectif de réduire les inégalités, ce qui, selon le discours socialiste, signifie “prendre au productif et donner au non productif”. Il faut que quelqu’un leur parle de l’histoire. Elle montre que cela ne fonctionne jamais.

Mais, pour ceux qui ne sont pas capables de supporter la rigueur du monde réel, il y a toujours un refuge dans le Centre Mondial des Légumes. C’est exact, un centre mondial du légume. Cet organisme estimé a consacré 20 ans à la recherche sur la patate douce avant de la donner parce que les coûts de cette recherche étaient trop élevés. Il se concentre maintenant sur “la recherche des parents sauvages des cultures domestiquées pour sauver le régime alimentaire humain du changement climatique”. Waouh, si seulement nous ne cultivions pas de plantes, le monde serait mieux loti et le climat ne changerait pas !

Mais qu’en est-il de ces gens affamés dont j’ai parlé plus tôt ? Ne seraient-ils pas encore plus affamés ?

Eh bien, toutes ces autorités poursuivent un objectif – c’est le même objectif, celui de décarboniser, désindustrialiser et désautonomiser le monde occidental. Elles font partie d’un plan concerté pour redessiner le capitalisme dans une nouvelle image. Cette image est bien sûr le socialisme. Et c’est le fer de lance de l’organisation de leur grand-père à tous – le Forum économique mondial. Le FEM est l’architecte de la Grande Restitution, et de la quatrième révolution industrielle. Il a inventé le hashtag “build back better”, qui s’avère en fait si populaire auprès des grandes élites gouvernementales du monde entier. Et ils prédisent même que d’ici 2030, vous ne posséderez plus rien et que vous serez heureux. Ils appellent cela la “servitude”, un terme et un programme qui ressemblent beaucoup à la servitude pour moi. Le FEM affirme que cette servitude – je suis désolé, je veux dire la “servitude” – sauvera la planète et contribuera à la reprise post-COVID-19.

Cependant, la servitude soulève la question suivante : si vous ne possédez rien, qui sera propriétaire de ce que vous louez ? La réponse se trouve dans le premier forum du FEM, qui se tient à Davos. Davos est le rassemblement des élites mondiales, y compris les PDG des grandes entreprises, les chefs d’industrie, les dirigeants gouvernementaux, les bureaucrates et les multimilliardaires ayant des programmes politiques. Selon la vision du FEM, les participants de Davos seront propriétaires de ce que vous louerez. Et croyez-moi, ce ne sera pas une entreprise philanthropique. Ils chercheront tous à gagner plus d’argent qu’ils ne le font actuellement, et en fait à prendre davantage le contrôle de votre vie sous le couvert de l’égalité. En vous réduisant à un simple utilisateur plutôt qu’à un propriétaire, le monde devient en fait plus égalitaire, car il concentrera le pouvoir, l’autorité et l’argent dans les mains d’une toute petite minorité, tandis que le reste d’entre nous deviendra un simple vassal économique pour ces oligarques.

Ne vous méprenez donc pas, la servitude n’est qu’un nouveau nom pour l’esclavage économique. C’est le socialisme à l’échelle mondiale.

Source : https://www.aubedigitale.com/le-socialisme-a-lechelle-mondiale-lanimateur-de-sky-news-demolit-les-elites-de-davos-et-le-systeme-du-great-reset/



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.