Le plan des mondialistes pour détruire les États-Unis

La question la plus fréquemment posée ces jours-ci est de savoir ce qui va se passer en novembre 2020. L’élection semble être dans l’esprit de la majorité des gens encore plus que la pandémie de coronavirus. Durant l’été 2016, j’ai prédit avec précision que Donald Trump entrerait à la Maison Blanche et j’ai rencontré une opposition sans fin à cette idée. À l’époque, un nombre écrasant d’analystes du mouvement pour la liberté supposaient que Trump perdrait et que Clinton, quels que soient les moyens, deviendrait présidente. Il est évident que ce ne fut pas le cas.

J’ai lancé l’idée d’une présidence Trump pour un certain nombre de raisons. Mettons de côté le fait que la majorité des grandes élections sont truquées de l’intérieur parce que les élites choisissent les candidats des DEUX côtés pour se présenter, et regardons simplement la dynamique de la campagne à ce moment-là.

Tout d’abord, Clinton était la pire des candidats possibles qui auraient pu être choisis pour se présenter contre Trump s’ils avaient réellement eu l’intention de « gagner ». Le DNC avait truqué le processus des primaires contre Bernie Sanders afin de faire passer Clinton. Pourtant elle était universellement détestée non seulement par les conservateurs mais aussi par les libéraux modérés. Les Démocrates ont tendance à attirer un plus grand nombre d’électeurs en présentant des candidats « dynamiques » qui plaisent aux jeunes Américains, mais ils ont présenté l’une des créatures les plus tordues et les plus décrépites qu’ils avaient sur leur liste. Bien que tous les sondages aient dit que Mme Clinton allait gagner de façon écrasante, les foules lors de ses événements de campagne étaient minuscules et dépourvues d’énergie. Il était clair qu’elle n’avait aucun soutien populaire.

C’était presque comme si elle avait été préparée à perdre. Mais pourquoi ? La rhétorique de Trump était anti-globaliste et ses appels à « vider le marais » résonnaient parmi les électeurs. Cela ne risquait-il pas d’endommager ou d’exposer l’agenda de l’establishment ?

Voici ce que les gens doivent comprendre…

Parfois, donner à un ennemi un faux sentiment de sécurité en lui permettant une victoire mineure est la meilleure stratégie. Les globalistes ont une stratégie à long terme ; pas seulement pour les 4 prochaines années, mais pour les 40 prochaines années. Comme l’a écrit Richard N. Gardner, ancien sous-secrétaire d’État adjoint aux organisations internationales sous Kennedy et Johnson, et membre de la Commission trilatérale, dans le numéro d’avril 1974 de la revue Foreign Affairs du Council on Foreign Relation (CFR) (p. 558), dans un article intitulé « La difficile route vers l’Ordre Mondial » :

En bref, la « maison de l’ordre mondial » devra être construite de bas en haut plutôt que de haut en bas. Cela ressemblera à une grande « confusion bourdonnante », pour reprendre la célèbre description de la réalité de William James, mais une course contre la souveraineté nationale, l’érodant morceau par morceau, accomplira bien plus que l’assaut frontal à l’ancienne ».

Ma prédiction sur le fait que Trump devienne président ne se fondait pas seulement sur l’inadéquation de Clinton en tant que candidate, mais aussi sur l’utilité de Trump comme bouc émissaire pour l’effondrement. Il faut garder à l’esprit que l’économie américaine avait du mal à maintenir son niveau depuis le krach de 2008. Tous les principaux fondamentaux étant soit stagnants, soit en déclin, et l’endettement des entreprises, des consommateurs et de l’État ayant grimpé en flèche, une énorme bulle s’est créée dans l’économie américaine. Cette bulle était gonflée par la Réserve Fédérale par le biais de politiques de relance sans fin, au point que l’économie était devenue dépendante de l’argent facile. Le système en dépendait.

Au final, cette bulle va éclater, quelle que soit la quantité d’argent imprimée par la Fed. Les élites bancaires avaient besoin d’un événement de couverture et d’un bouc émissaire pour l’inévitable effondrement qu’elles avaient provoqué. Avec Clinton au pouvoir, les globalistes allaient recevoir la responsabilité de l’effondrement. Avec Trump au pouvoir, les conservateurs et tous leurs idéaux et principes sont responsables de l’effondrement.

L’entrée de Trump à la Maison-Blanche a apporté de l’espoir à de nombreux conservateurs, mais je n’ai jamais vraiment cru à l’issue finale, une fois que j’ai réalisé que les mêmes élites qui avaient infestées les administrations précédentes étaient maintenant réunies dans le cabinet de Trump. Le fait est que Trump est cerné par elles.

Des dizaines de membres du Council on Foreign Relations (un think tank globaliste) campent dans le cabinet de Trump, aux côtés d’élites comme Pompeo, Mnuchin, Ross, Kudlow, Lighthizer, Fauci, etc. Mike Pompeo est un néo-conservateur endurci qui soutient depuis longtemps de nombreuses politiques anticonstitutionnelles, notamment la surveillance de masse des Américains. Steve Mnuchin est un ancien de Goldman Sachs. Wilber Ross est un agent du syndicat bancaire Rothschild. Larry Kudlow est un ancien de la Réserve fédérale de New York. Robert Lighthizer est membre du Council on Foreign Relations. Et Fauci est le type qui a donné des millions de dollars au laboratoire de niveau 4 à Wuhan, en Chine, pour faire des recherches sur rien d’autre que la transmission de coronavirus des chauves-souris à d’autres mammifères ; le même laboratoire qui est probablement responsable de l’apparition initiale de la pandémie.

On pourrait débattre de la question de savoir si Trump est conscient ou non qu’il est envahi par des parasites globalistes, mais il est un fait que ces personnes ont toujours une influence considérable sur la politique de la Maison Blanche, dans un sens comme dans l’autre.

Cela nous amène à 2020. Nous sommes actuellement en pleine pandémie virale ; les responsables gouvernementaux et les élites de l’establishment appellent à un vaste verrouillage économique afin d’« aplatir la courbe » et de ralentir le taux d’infection. Ces mesures accélèrent le déclin de l’économie américaine déjà affaiblie et préparent le pays à un effondrement à court terme. Des troubles civils sont constamment sur le point d’éclater des deux côtés de la ligne de partage politique.

Les partisans de la justice sociale veulent le chaos au nom de l’effondrement du système et de son remplacement par une sorte d’utopie marxiste. Les conservateurs sont prêts à protester et peut-être même à entrer en guerre pour mettre fin aux blocages et empêcher la tyrannie médicale (et je suis d’accord avec eux). C’est le contexte des élections de 2020, et c’est un gâchis épique.

Depuis quelques mois, je soupçonne qu’il n’y aura peut-être pas d’élections du tout. Mais regardons les facteurs qui sont en place :

1) Joe Biden, le candidat Démocrate, semble souffrir de démence de stade quatre. Soit cela, soit il est très bon acteur. C’est une autre situation où je me demande pourquoi. Pourquoi l’establishment miserait-il sur Biden (comme ils ont misé sur Clinton), peut-être le pire choix possible s’ils espèrent rallier les gens contre Trump et les conservateurs ?

Peut-être que Trump est censé rester en fonction pendant quatre ans encore, parce que Biden semble incapable de retenir l’attention d’un public (encore une fois, à moins que son Alzheimer soit une simulation). Cela dit, si le déclin économique est suffisamment grave en novembre, les chiffres de l’élection pourraient encore être très serrés en raison de la réaction contre Trump. Les élections serrées sont les plus faciles à manipuler d’une manière ou d’une autre par l’establishment.

2) Les gauchistes détestent tellement Trump qu’ils voteraient pour n’importe qui à ce stade, juste pour se débarrasser de lui ; mais cette ferveur sera-t-elle suffisante pour inciter les Démocrates modérés à participer si Biden continue ses démonstrations de fragilité mentale ?

3) Le verrouillage dû à la pandémie et à la propagation virale devraient frapper durement d’ici novembre. Cela signifie que les gens risquent d’avoir du mal à voter, à moins que les votes ne soient traités par courrier ou par voie électronique.

4) Le vote électronique ou postal n’aura la confiance du public d’aucun côté. Le vainqueur sera accusé de tricherie.

5) Les troubles civils et la violence sont presque garantis à l’approche des élections, ce qui pourrait faire fuir les gens des isoloirs, même s’ils sont opérationnels.

Ces facteurs, et bien d’autres encore, m’amènent à prédire que l’élection 2020 sera une élection contestée qui se terminera par le maintien de M. Trump au pouvoir, mais qui sera accusé d’usurper le processus démocratique. Ce résultat est le pire des résultats possibles et aussi le plus avantageux pour l’establishment globaliste.

Les élites laissent même entendre publiquement que cela est sur le point de se produire. Pour ceux d’entre vous qui lisent mon travail depuis de nombreuses années, le nom de « Max Boot » peut sembler familier. Dans mon article « Comment les mondialistes vont tenter de contrôler les populations après l’effondrement« , publié en 2016, j’ai présenté les écrits de Max Boot, membre du Council on Foreign Relations, sur le modèle malaisien, une méthode qu’il décrit comme la stratégie parfaite pour prendre le contrôle d’une population et détruire une insurrection.

Le modèle prévoit l’institution de camps de concentration de la taille d’une ville, qui sont utilisés pour isoler une rébellion de la population générale. La population de ces villes est alors soumise à des mesures extrêmes de suivi et de contrôle, tandis que les militaires sont envoyés dans les zones rurales pour éliminer les menaces potentielles des insurgés.

Eh bien, Boot est de retour, cette fois-ci en écrivant comment il pense que Donald Trump va tenter de « détourner » la présidence en 2020.

Dans un article pour le Washington Post intitulé « Et si Trump perdait mais insistait pour gagner« , Boot décrit un scénario de type « jeu de guerre » par un groupe appelé le Transition Integrity Project. Le groupe a mis en place un scénario dans lequel Joe Biden remporte une victoire d’extrême justesse, suivie d’actions de Trump pour garder le contrôle de la présidence par le biais de mensonges et de querelles juridiques. Le groupe a également prédit des troubles civils conduisant à une potentielle « guerre civile » à mesure que la lutte pour la Maison Blanche s’intensifie.

Cet article est, je crois, une tentative de programmation prédictive par l’establishment. Ils nous disent exactement ce qui est sur le point de se passer. Une élection contestée, une guerre civile, la loi martiale, l’effondrement économique et les États-Unis seront détruits de l’intérieur. Si les conservateurs soutiennent activement des niveaux inconstitutionnels de pouvoir fédéral ou de loi martiale, le scénario devient encore pire. En abandonnant nos principes fondamentaux pour « vaincre la gauche », nous donnerions la victoire aux globalistes. Nous détruirions la raison d’être de notre propre mouvement alors que les élites n’auraient pas à lever le petit doigt.

Le CFR et son objectif de longue date d’effacer la souveraineté américaine seraient alors presque achevés. Il ne resterait plus qu’à s’assurer que ce soient eux qui reconstruisent l’Amérique à partir des cendres de tous les conflits intérieurs et de l’effondrement. On ne peut pas permettre que cela se produise.

Je continue à prédire que le plan est de détruire les États-Unis tels que nous les connaissons et de blâmer les conservateurs dans le processus. Avec autant d’élites au sein du cabinet de Trump, il leur serait facile de concevoir ce résultat. Cela dit, la fin du jeu n’est pas entre les mains des élites. Elle est entre les mains des conservateurs.

La tentation pour les conservateurs sera d’embrasser pleinement le pouvoir gouvernemental afin d’arrêter les gauchistes, mais si nous refusons de soutenir les mesures de loi martiale, si nous exigeons ou affirmons des solutions alternatives (comme la sécurité communautaire), si nous restons fidèles à nos principes de gouvernement limité et si nous luttons spécifiquement contre les globalistes au lieu de nous concentrer uniquement sur la gauche politique, alors il y a une chance que nous puissions les empêcher de prendre le contrôle. Cela dit, si nous nous inclinons devant le pouvoir gouvernemental et que nous cédons notre liberté juste pour vaincre les gauchistes, alors nous perdrons la plus grande bataille contre le globalisme à long terme.

Brandon Smith

Traduit par Hervé pour le Saker Francophone

Source : https://lesakerfrancophone.fr/election-2020-le-pire-scenario-est-le-plus-probable



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.