Le double usage du vaccin à nanoparticules pour transformer l’humanité en fourmilière mondiale

Analyse du COVID-19 et de la Nanotech

John Rappoport

Traduction pour cogiito.com : PAJ

Il n’a jamais été possible de déployer un seul vaccin contre autant de personnes en même temps. Il n’est donc certainement pas déplacé d’envisager un « double usage » de ces vaccins. J’ai déjà évoqué les effets dévastateurs des technologies expérimentales des vaccins à ARN/ADN — qui pourraient tous deux être lancé sous prétexte d’un vaccin COVID-19. Mais en mettant cela de côté pour l’instant, le vaccin pourrait-il servir à autre chose ?

Dans cet article, je soulève des questions, des questions sur l’utilisation secrète potentielle de la nanotechnologie dans le vaccin pour lutter contre le COVID

Tiré de lexico [dot] com : nanotechnologie :

  • « La branche de la technologie qui traite des dimensions et des tolérances inférieures à 100 nanomètres, en particulier la manipulation d’atomes et de molécules individuels. »

Les chercheurs sont-ils intéressés par le mariage des nanotechnologies et des vaccins ?

Voici une citation de Frontiers in Immunology, du 24 janvier 2019, « Nanoparticle-Based Vaccines Against Respiratory Viruses » :

  • Une nouvelle génération de vaccins basés sur les nanoparticules a montré un grand potentiel pour remédier à la plupart des limites des vaccins conventionnels et sous-unitaires.
  • Cela est dû aux récents progrès du génie chimique et biologique, qui permettent de concevoir des nanoparticules avec un contrôle précis de la taille, de la forme, de la fonctionnalité et des propriétés de surface, ce qui conduit à une meilleure présentation de l’antigène et à une forte immunogénicité. Cette brève revue donne un aperçu des avantages associés à l’utilisation des nanoparticules comme plateforme d’administration de vaccins pour immuniser contre les virus respiratoires… »  [Comme le prétendu virus COVID-19 ?]

Voici une autre citation, également tirée de Frontiers in Immunology, 4 octobre 2018, « Nanoparticle Vaccines Against Infectious Diseases » :

  • Au cours des dernières années, l’utilisation de vaccins à base de nanoparticules a fait l’objet d’une grande attention afin d’améliorer l’efficacité des vaccins, les stratégies d’immunisation et l’administration ciblée pour obtenir les réponses immunitaires souhaitées au niveau cellulaire… Des nanoparticules composées de lipides, de protéines, de métaux ou de polymères ont déjà été utilisées… Cet article de synthèse se concentre sur les applications des formulations de vaccins à base de nanoparticules et les stratégies utilisées pour la fonctionnarisation des nanoparticules afin d’obtenir une administration efficace des vaccins pour induire l’immunité souhaitée de l’hôte contre les maladies infectieuses ».

Il ne fait aucun doute que la nanotechnologie est, en effet, très impliquée dans la recherche de pointe sur les vaccins.

Passons maintenant à une autre utilisation des nanotechnologies

Voici des citations étonnantes du journal Nano Today, tirées d’un article de 2019 intitulé :

« Des sondes nanofilaires pourraient piloter des interfaces cerveau-machine à haute résolution. Ses auteurs sont chinois et américains :

« …Les progrès peuvent permettre d’étudier la dynamique du cerveau [grâce à des nanocapteurs] et de développer de nouvelles interfaces cerveau-machine avec une résolution et une précision sans précédent. »

« …Des signaux électriques de sortie de l’activité cérébrale ou des stimuli électriques d’entrée pour moduler l’activité cérébrale de concert avec des machines externes, y compris des processeurs informatiques et des prothèses, pour l’amélioration de l’être humain… »

Outre la recherche sur les prothèses et, peut-être, le renversement de certaines paralysies, cette piste d’investigation suggère également la « modulation » du cerveau relié à distance à des machines, à des fins de contrôle.

Modulation… comme le contrôle des impulsions de base de la pensée, des sensations, des émotions…

1 : Des nanocapteurs, implantés dans le corps et le cerveau, fourniraient aux centres d’opérations des rapports en temps réel sur le fonctionnement du corps et du cerveau.

2 : Et à partir de ces centres, les données, y compris les instructions, seraient renvoyées aux nanocapteurs, qui imposeraient ces instructions au cerveau et au corps.

Si cela semble impossible, envisagez la recherche sur les nanotechnologies visant à améliorer l’utilisation des prothèses. Dans ce domaine, imposer des instructions au corps/cerveau semble être le but recherché.

La question est de savoir où en est le développement de cette technologie ?

Je peux seulement dire que nous voyons à peine ce visage public publié de la nanotechnologie. Ce qui se cache derrière, dans la recherche secrète, est une question d’estimation et de spéculation et de temps.

Je ne propose qu’une seule spéculation :

  • La « promotion » de l’agenda social de la pensée collectiviste, par le biais des nanotechnologies. En utilisant l’Internet des choses, on tenterait de relier et d’« harmoniser » de nombreux cerveaux entre eux. Mêmes sentiments de base, mêmes impulsions… partagées.

Qui serait intéressé par un tel programme ?

Pensez au gouvernement chinois, à la DARPA (la branche technologique du Pentagone), et à de nombreux autres acteurs internationaux. Pensez aux chercheurs médicaux de Rockefeller. Pensez à la technocratie et au Nouveau Monde.

SUPPOSONS QUE, GRÂCE À UN VACCIN COVID-19, LES NANOTECHNOLOGIES PUISSENT ÊTRE INSÉRÉES DANS LES CORPS ET LES CERVEAUX DE LA POPULATION MONDIALE ?

Comme une grande « expérience » de contrôle. Est-ce une idée trop ambitieuse ?

Voici une citation intéressante tirée d’un article de S&P Global du 3/11/20, « Les nanotechnologies à un stade précoce sont prêtes pour un “point d’inflexion” » :

« L’un des défis mondiaux les plus urgents en matière de santé en 2020 est l’épidémie de coronavirus et Moderna Inc…. est en première ligne du développement de vaccins contre cette nouvelle menace biologique »

« La science de Moderna axée sur les nanoparticules utilise le génie génétique pour déclencher des cellules afin de créer des protéines qui préviennent certaines infections. Ses vaccins contre le virus Zika et la grippe ont déjà atteint les premiers stades cliniques… »

Si le vaccin COVID de Moderna utilise effectivement des nanoparticules, je n’ai pas vu cela mentionné dans les rapports de presse actuels.

L’article de S&P Global indique que « l’un des leaders dans le domaine de l’ingénierie biologique des nanotechnologies est le professeur Robert Langer du Massachusetts Institute of Technology, qui a aidé à fonder une quarantaine de sociétés basées sur la technologie créée et développée dans son laboratoire Langer… Moderna Inc, l’une des sociétés que Langer a aidé à fonder… »

Le vaccin COVID de Moderna utilise-t-il des nanoparticules ?

Si oui, que peuvent réellement faire ces particules ? Ce sont des questions urgentes auxquelles il faut répondre.

Je vous propose deux documents d’information que j’ai rédigés il y a plusieurs mois. Elles concernent le flot de recherches scientifiques très importantes qui traversent les frontières.

PREMIÈRE FICHE D’INFORMATION : Derrière le scandale explosif des nanotechnologies de Charles Lieber

Il était une fois ce qu’on appelait l’espionnage. Puis ils l’ont appelé « transfert illégal de technologie ». Puis, avec désinvolture et admiration, ils l’ont appelé « Mondialisme ». Imaginez cela.

Une technologie de pointe, qui a des applications en matière d’armement, de transport, de médecine, d’intelligence artificielle, de surveillance, de contrôle des esprits… est ouvertement partagée entre les États-Unis et la Chine. Et par conséquent, qui sait combien d’autres nations ?

Pour ne citer qu’un exemple, de minuscules capteurs seraient placés à l’intérieur du corps humain. Ces capteurs surveilleraient et signaleraient automatiquement des milliers de changements, en temps réel, dans le corps — comme un moyen de diagnostiquer les maladies.

Les capteurs transmettront toutes ces informations, via l’Internet à travers des outils émergents — en utilisant le canal 5G — aux centres médicaux, où les analystes des entreprises et des gouvernements de l’IA établiront les diagnostics de maladie et prescriront les traitements.

À terme, quelques milliards de personnes (patients) seront, grâce à ces capteurs dans leur corps, connectés à l’Internet via la technologie 5 G.

« CEPENDANT, COMME JE L’AI SIGNALÉ À MAINTES REPRISES DANS CES PAGES, LES DÉFINITIONS STANDARD DES MALADIES ET DES TROUBLES SONT SOUVENT INCORRECTES, VOIRE INVENTÉES.  »

Mais comme le futur système que je viens d’esquisser est automatisé, le patient est enfermé dans une fausse et dangereuse bulle. Entre autres problèmes, les traitements des maladies, les médicaments et les vaccins sont toxiques.

Quelle est la technologie qui est en passe de produire ces capteurs corporels ?

La nanoscience et la nano-ingénierie.

De lexico.com : nanotechnologie :

« Branche de la technologie qui traite des dimensions et des tolérances inférieures à 100 nanomètres, en particulier la manipulation d’atomes et de molécules individuels. »

L’un des plus grands chercheurs en nanosciences du monde a récemment été arrêté pour avoir dissimulé ses liens avec la Chine.

Une grande vedette scientifique américaine a été arrêtée par le gouvernement fédéral.

Charles Lieber, aujourd’hui suspendu par Harvard, est le président du département de chimie de l’université.

J’ai lu deux articles d’une chaîne de télévision étrangère qui affirmaient que Lieber avait volé et fait passer clandestinement le « nouveau coronavirus » des États-Unis vers la Chine.

Dans les deux cas, le texte des articles ne mentionnait pas un tel vol.

Je n’écris pas cet article sur le « coronavirus ». J’ai écrit de nombreux articles rejetant le postulat d’une « épidémie » causée par le « virus ».

J’ai décidé de me pencher sur cette situation, parce que Lieber a apparemment des liens importants avec la Chine. Partager la recherche sur sa spécialité, les nanosciences avec la Chine serait un cas de plus de « transfert de technologie ».

Bloomberg News, 12 février 2020 :

« L’arrestation de Lieber le 28 janvier est liée à ses activités en Chine. Il n’a été accusé d’aucun type d’espionnage économique, de vol de propriété intellectuelle ou de violation des règles d’exportation. Il est plutôt accusé d’avoir menti aux enquêteurs du ministère américain de la Défense sur son travail avec la République populaire… »

« …En ciblant Lieber, le président du département de chimie de Harvard et réfugié dans sa tour d’ivoire, les procureurs ont frappé le cœur cramoisi de l’élite universitaire, faisant craindre que le mondialisme, quand il s’agit de faire de la science avec la Chine, soit criminalisé. »

« Selon une déclaration sous serment du gouvernement, signée par un agent du Federal Bureau of Investigation nommé Robert Plumb, Lieber a signé au moins trois accords avec l’Université technologique de Wuhan, ou WUT, en Chine centrale. Ces accords comprenaient un contrat avec le Plan des Mille Talents parrainé par l’État — un effort de Pékin pour attirer la plupart des chercheurs [chinois] expatriés et leur savoir-faire dans leur pays d’origine — pour un total d’environ 653 000 dollars par an en salaires [à Lieber] et frais de subsistance pendant trois ans, plus 1,74 million de dollars [à Lieber] pour soutenir un nouveau “laboratoire de nanoclétage Harvard-WUT” à Wuhan. Le gouvernement n’a fourni aucune preuve que Lieber ait réellement reçu ces sommes… Lieber a également trompé Harvard sur ses contrats avec la Chine, selon l’affidavit ».

« Quels que soient les arrangements extrascolaires que Lieber ait pu avoir en Chine, son laboratoire de Harvard était un modèle de collaboration entre les États-Unis et la Chine. Il s’est appuyé sur un vivier des plus brillants doctorants et post-doctorants chinois, souvent plus d’une douzaine à la fois, pour produire des recherches primées sur le potentiel révolutionnaire des “nanofils” dans les implants biomédicaux. Des dizaines de la centaine d’anciens membres du laboratoire de Lieber en Chine ont choisi de rester aux États-Unis. Beaucoup dirigent maintenant leurs propres laboratoires de nanosciences dans les meilleures universités, notamment Duke, Georgia Tech, MIT, Stanford, l’Université de Californie à Berkeley et UCLA ».

Je dirais que c’est un transfert de technologie assez important

« Dans les années 1990 et 2000, alors que les réalisations et la stature de Lieber prenaient de l’ampleur, les institutions de recherche et les organismes subventionnaires américains ont injecté de l’argent et un soutien moral dans l’expansion des collaborations naissantes entre les scientifiques des États-Unis et d’autres pays, en particulier avec la Chine. Le nouveau paradigme était la mondialisation, la Chine était une puissance économique émergente et le laboratoire de Lieber est devenu un exemple de collaboration panpacifique. »

Un autre Surprise. Pas une fuite d’informations, mais une inondation

Un autre protégé de Lieber, plus controversé, est Liqiang Mai, le doyen international et président de la science des matériaux à la WUT, l’école peu connue de Wuhan qui, selon les procureurs, a recruté Lieber comme « scientifique stratégique » en 2011, pour 50 000 dollars par mois. Mai, qui n’a été cité dans aucun dossier américain contre Lieber, a obtenu un doctorat à la WUT en 2004 et a travaillé en tant que postdoc dans le laboratoire de Lieber de 2008 à 2011, selon la bio en ligne de la WUT de Mai… »

Quelle est la taille de la star Lieber ?

D’après Wikpedia :

  • « Charles M. Lieber (né en 1959) est un chimiste américain et un pionnier dans le domaine des nanosciences et des nanotechnologies. En 2011, Lieber a été reconnu par Thomson Reuters comme le premier chimiste au monde pour la décennie 2000-2010 sur la base de l’impact de ses publications scientifiques. Lieber a publié plus de 400 articles dans des revues scientifiques à comité de lecture et a édité et contribué à de nombreux ouvrages sur les nanosciences. Il est le principal inventeur de plus de cinquante brevets et demandes de brevets américains et a fondé la société de nanotechnologie Nanosys en 2001 et Vista Therapeutics en 2007. Il est connu pour ses contributions à la synthèse, l’assemblage et la caractérisation de matériaux et de nanodispositifs à l’échelle nanométrique, à l’application de dispositifs nanoélectroniques en biologie, et comme mentor de nombreux leaders en nanosciences. En 2012, Lieber a reçu le prix Wolf d’Israël en chimie ».

Chemistry and Engineering News, 28 janvier 2020 :

« De plus, Lieber aurait signé un contrat qui obligeait Harvard à participer à un programme de recherche coopératif qui permettait aux scientifiques du WUT de visiter l’université jusqu’à deux mois par an. La plainte indique qu’il n’a pas informé les responsables de l’université de l’accord, qui portait sur “la recherche et le développement avancés de batteries lithium-ion à base de nanofils à haute performance pour les véhicules électriques”.

Un autre “transfert de technologie” d’une grande valeur

« …Le NIH [National Institutes of Health, une agence fédérale] a demandé à Harvard si l’université ou Lieber avaient omis de divulguer ses relations financières avec la Chine. Lieber a été chercheur principal pour au moins trois subventions du NIH totalisant 10 millions de dollars depuis 2008. Après avoir interrogé Lieber, Harvard [à tort, soi-disant sur la base des déclarations de Lieber] a répondu aux NIH qu’il [Lieber] n’avait « aucune association formelle avec le WUT [Institut de technologie de Wuhan] » et « ne participe pas et n’a jamais participé au programme [chinois] des Mille Talents ».

Le NIH a des règles strictes concernant la divulgation par ses chercheurs de leurs liens de conflit d’intérêts. Les fédéraux pensent manifestement que Lieber n’a pas signalé ses liens avec la Chine au NIH. Cela deviendrait un facteur dans sa poursuite.

Lieber dirigeait un centre solide à Harvard : le Lieber Research Group. Il se concentre sur les nanosciences et les nanotechnologies. Il est donc naturel de se demander quel type de résultats de recherche serait partagé avec la Chine.

Sur le site web du groupe, on peut lire d’emblée ceci : « Nous sommes les pionniers de l’interface entre la nanoélectronique et les sciences de la vie… des capteurs pour la détection des maladies en temps réel… »

D’où l’image de l’avenir que j’ai esquissée au début de cette fiche d’information.

Il se peut que je fasse un autre rapport sur les nanosciences. Bien sûr, les innovations technologiques inquiétantes s’appliquent à la fois à la Chine et aux États-Unis, et au reste du monde…

Le gouvernement chinois a le pouvoir, la volonté, la force et l’intention d’imposer, sans hésitation, toutes sortes de contrôles possibles à ses 1,4 milliard de citoyens. Il est en train de construire de nombreuses nouvelles « villes intelligentes ». Ces centres seront des modèles de surveillance mur à mur. IA, l’Internet des objets, 5G, les travaux. Si les nanosciences peuvent permettre un accès beaucoup plus intime aux personnes, grâce à des capteurs implantés, pourquoi le gouvernement chinois ne sauterait-il pas sur l’occasion de les déployer ?

Le raisonnement et l’histoire de la couverture sont évidents :

NOUS DEVONS AVOIR DES CONNAISSANCES PRÉCOCES SUR LE NOUVEAU VIRUS.

Source : https://cogiito.com/a-la-une/analyse-du-covid-19-et-de-la-nanotech/

Vidéo sur le même sujet:


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.