Le chiffre de 6 millions de juifs morts pendant la seconde guerre mondiale déclaré à partir de 1943 par un juif!

La une de Haaretz du 21 janvier 1944. L’article « Six millions » se trouve dans la colonne de gauche, au-dessus des annonces dans les encadrés.

Les nazis se sont vantés d’avoir fait six millions de victimes de l’Holocauste, mais c’est un Juif qui a été le premier à citer ce chiffre

Un historien se lance dans un voyage d’archives pionnier pour découvrir la première fois que quelqu’un a utilisé ce chiffre.

Le 21 janvier 1944, environ un an et demi avant la fin de la Seconde Guerre mondiale, un article dramatique était publié en première page du Haaretz. Sous le titre « Six millions de victimes juives », il apportait un témoignage inhabituel pour l’époque sur le nombre de Juifs assassinés pendant la Shoah. « Six millions – c’est le calcul fait par deux jeunes hommes lors d’une réunion avec des membres de leurs organisations de parti en Palestine », rapportait l’article.

« Avec un crayon à la main, ils ont compté le nombre de victimes dans chaque pays et ont atteint un chiffre étonnant – 6 millions de Juifs ont été assassinés et sont morts dans les pays occupés par les nazis dans les camps de la mort, les camps de concentration, les camps de travail et les différents ghettos », dit l’article.

Malgré son importance, l’article a été publié dans un endroit marginal de la page, entre d’autres articles et à côté de messages de félicitations et d’une annonce pour un hôtel qui offrait « un service de bus direct vers les sources thermales de Tibériade », n’était pas signé et l’identité des deux jeunes hommes n’était pas mentionnée.

Le document a été découvert l’année dernière par l’historien Joel Rappel de l’Institut de recherche sur l’Holocauste de l’Université de Bar-Ilan. Rappel s’est lancé dans un voyage d’archives pionnier pour tenter de découvrir la première fois que quelqu’un a utilisé le chiffre de 6 millions pour les victimes juives de l’Holocauste,  » « le chiffre horrifiant et familier qui est devenu depuis longtemps une icône », dit-il. Sa découverte prouve que même 75 ans après la fin de l’Holocauste, il est encore possible de révéler de nouveaux détails sur un sujet qui a apparemment été étudié sous tous les angles possibles.

« Comme tous les Israéliens qui ont grandi dans ce pays, je savais dès mon plus jeune âge que le chiffre de 6 millions est toujours mentionné en rapport avec l’extermination des Juifs dans l’Holocauste », dit Rappel, 73 ans, qui vit à Yavne. Il est le fils du rabbin Dov Rappel, un chercheur en philosophie éducative juive. Après avoir lu des centaines de livres et d’articles sur l’Holocauste, et même consulté de nombreux documents qui n’ont jamais été publiés dans le cadre de son travail de directeur des archives Elie Wiesel de l’Université de Boston, Rappel a réalisé que malgré les controverses entre chercheurs sur le nombre précis de victimes, « dans notre conscience, le chiffre qui reste, c’est 6 millions ».

Le site web du Centre mondial Yad Vashem pour la mémoire de l’Holocauste affirme que « toutes les recherches sérieuses confirment que le nombre de victimes se situe entre cinq et six millions ». Diverses études citées par Yad Vashem indiquent des chiffres différents basés sur les recensements de population d’avant et d’après la guerre, et sur les documents nazis contenant des données sur les expulsions et l’extermination.

Dans la base de données de Yad Vashem, il y a environ 6,5 millions de noms listés de victimes, mais ces listes comportent des entrées doubles – des personnes qui figurent sur plus d’une liste. Selon les estimations de Yad Vashem, une fois les doubles inscriptions supprimées, la base de données contient environ 4,8 millions de noms. Le reste des noms n’a pas encore été découvert, et pourrait ne jamais être connu.

Pourtant, la question demeure : qui a été le premier à mentionner le chiffre de 6 millions, avant même que les études historiques ne soient menées et que les pages de témoignages ne soient recueillies par Yad Vashem ? Selon le centre du souvenir, le chiffre a été gravé dans la conscience des gens en raison d’une déclaration d’Adolf Eichmann, qui a servi d’ « expert » aux affaires juives sous le régime nazi. En août 1944, il s’en est vanté auprès de ses collègues, estimant à 4 millions le nombre de Juifs assassinés dans les camps, 2 millions d’autres ayant été assassinés par d’autres méthodes. Ce témoignage a été révélé lors du procès de Nuremberg, qui s’est tenu en Allemagne immédiatement après la guerre.

Rappel, qui refuse d’accepter des faits sans en vérifier la source, s’est penché sur la question et a trouvé une réponse différente. Il s’avère qu’Eichmann a été précédé par un survivant juif de l’Holocauste qui, au début de 1944, a rapporté le chiffre de 6 millions. Le nom de cet homme, Eliezer Unger, n’est pas connu du grand public. Unger était un militant important du mouvement de jeunesse sioniste religieux Hashomer Hadati en Pologne. Au plus fort de la guerre, après le soulèvement du ghetto de Varsovie, il a traversé la frontière de la Slovaquie, puis de la Hongrie, en direction de la Palestine. Lorsqu’il a quitté l’Europe, il s’est juré « de choquer le monde entier, l’humanité tout entière et nos frères les enfants d’Israël en particulier ».

Eliezer Unger photographié avec des élèves dans une photo non datée de l’époque où il était directeur d’école à Montevideo, en Uruguay. Photo Famille Unger

Il y a quelques mois, Rappel a trouvé un document de formation lié à Unger dans les archives centrales sionistes de Jérusalem. Comme il le dit, il s’agissait « d’un document unique qui a entraîné un changement majeur dans l’orientation des recherches ». Il s’agit du procès-verbal d’une réunion, sous le titre « Déclaration d’Eliezer Unger lors d’une réunion de toutes les organisations pionnières, le 19 janvier 1944 ». Il s’avère que deux jours après son arrivée en Palestine, alors que l’Holocauste faisait encore rage sur le sol européen, Unger avait des choses difficiles et douloureuses à dire en présence des dirigeants sionistes du pays.

« Le judaïsme polonais est éteint et n’existe plus. Le sol polonais est une tombe sacrée des juifs polonais et européens. J’aurais pu vous apporter un cadeau sacré : une motte de terre provenant du sol polonais et imprégnée du sang d’une nation qui est morte en martyr », a déclaré Unger. Plus tard, il a mentionné ce chiffre précis, notant que d’autres rapports indiquent que le nombre de Juifs assassinés n’était « que » de 2 millions.

« Au début du mois d’avril 1943, sur la radio clandestine, nous avons entendu parler de la jérémiade du rabbin Stephen Wise [l’un des dirigeants du judaïsme usaméricain] concernant les 2 millions de Juifs exterminés en Pologne. Nous l’avons entendu et avons été surpris : Le monde ne savait-il pas encore que le nombre de morts de la nation avait déjà atteint les 6 millions ? » a-t-il déclaré [déjà ? En avril 1943 ? Bon, NdT]

Quelques heures après son premier discours, Unger a également pris la parole lors de la convention du mouvement des kibboutz Hakibbutz Hameuhad, réunie au kibboutz Givat Brenner. Là, il s’est écrié : « Six millions de martyrs sont partis ». Deux jours plus tard, ses paroles ont fait la une de Haaretz.

Oui, un an et demi avant la fin de la Seconde Guerre mondiale – et avant que des centaines de milliers de Juifs hongrois ne soient assassinés – c’est un juif sioniste et non un officier nazi qui a mentionné le nombre de Juifs assassinés lors de l’Holocauste qui est devenu par la suite un symbole.

Mais ses paroles n’ont pas fait grande impression. Le père de Rappel, qui connaissait Unger personnellement, a raconté à son fils comment Unger « allait d’une synagogue à l’autre, montait sur l’estrade, avec et sans permission, et criait au nom des Juifs qui étaient encore en vie en Europe ». Malheureusement, dans la plupart d’entre elles, on n’a pas voulu entendre ses paroles et « ils l’ont jeté hors de la synagogue, littéralement et physiquement », dit Rappel.

Comment Unger a-t-il pu connaître l’issue de l’Holocauste en temps réel, avant la fin des tueries ? « À l’époque, le chiffre de 6 millions était le nombre accepté de juifs européens », dit Rappel. Il a trouvé confirmation de son affirmation dans d’autres journaux, où on mettait en garde contre le sort des « 6 millions de Juifs », même après les interventions d’ Unger.

Environ 15 ans plus tard, lors du procès d’Eichmann, le procureur général Gideon Hausner a déclaré que « dans la conscience de la nation, le chiffre de 6 millions est devenu sacré ». Mais, ajoutait-il, « ce n’est pas si simple de le prouver. Nous n’avons utilisé ce chiffre dans aucun document officiel, mais il est devenu sacré ». Maintenant, grâce à Rappel, la recherche historique a apporté un nouveau détail pour comprendre comment ce chiffre est devenu un élément-clé de la doxa.

NdT

On trouve le « chiffre sacré » de six millions dans de nombreux écrits, entre autres dans le New York Times, à partir de 1891. Max Nordau, cofondateur avec Theodor Herzl de l’Organisation sioniste, déclarait lors du 10e  Congrès sioniste en 1911 : « Mais les mêmes gouvernements vertueux, qui sont si noblement, si industriellement actifs pour établir la paix éternelle, préparent, de leur propre confession, l’anéantissement complet de six millions de personnes ». Une prophétie autoréalisatrice ?

Source : http://www.tlaxcala-int.org/article.asp?reference=28925

Un commentaire pour “Le chiffre de 6 millions de juifs morts pendant la seconde guerre mondiale déclaré à partir de 1943 par un juif!”

  1. « Une prophétie autoréalisatrice ? »

    Non, une prophétie trouvée dans la Torah (et même si ce n’était pas le cas, elle aurait été permise de s’accomplir par Dieu) :

    Extrait du livre The Secrets of Hebrew Words du rabbin Benjamin Blech (page 214) :

    https://tinyurl.com/u2kum9t

    Traduction :

    תשבו
    TaShuVu

    VOUS RETOURNEREZ

    À l’époque où l’esclavage existait, la Torah a décrété qu’il viendra un temps où chaque homme partira libre. Même ceux qui se revendaient eux-mêmes après six années de servitude, et avaient les oreilles percées pour esclavage volontaire ne pouvait le rester au-delà du temps du Jubilé.

    וקדשתם את שנת החמשים שנה וקראתם דרור בארץ לכל־ישביה יובל הוא תהיה לכם

    « et vous sanctifierez l’année de l’an cinquantième, et vous publierez la liberté dans le pays à tous ses habitants » (Lévitique 25:10)

    Ce sont les mots qui ont été choisis pour être inscrits sur la Liberty Bell (Cloche de la Liberté). C’est au cours de l’année du Jubilé que « vous retournerez chacun dans sa possession, et vous retournerez chacun à sa famille. »

    Le mot hébreu pour « vous retournerez » (TaShuVU) semble avoir été mal orthographié. Grammaticalement, il nécessite un autre (vav). Il devrait se lire (TaShUVU).

    Pourquoi la lettre (vav), qui signifie six, est-elle absente ? [TaShuVU] sans le vav est une prédiction au peuple juif de retour ultime dans sa patrie nationale. TaShuVU en valeur numérique s’élève à 708 : ת (tav) = 400, ש (shin) = 300, ב (vet) = 2, ו (vav) = 6. Quand nous écrivons l’année, nous ignorons les millénaires. En 1948, sur le calendrier séculier, nous avons assisté au miracle du retour des Juifs en Israël. Sur le calendrier hébraïque, c’était l’année 5708. C’était l’année prédite par le mot incomplet (TaShuVu), vous retournerez. Nous sommes retournés, sans les six millions de personnes qui ont péri dans l’holocauste. Pourtant, l’accomplissement de la prédiction du retour précisément cette année-là, impliquée par la gematria de TaShuVU, nous donne le ferme espoir que les paroles des prophètes pour une Rédemption finale se réaliseront également.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.