L’autophagie enfin envisagée pour le traitement des maladies


EN BREF

L’autophagie fait référence au processus d’élimination des cellules endommagées de votre corps en les digérant. C’est un processus de nettoyage essentiel qui encourage la prolifération de nouvelles cellules saines et c’est un aspect fondamental du rajeunissement cellulaire et de la longévité

L’autophagie détruit également les envahisseurs étrangers, tels que les virus, les bactéries et autres agents pathogènes, et elle détoxifie la cellule des matières nocives

L’autophagie ralentit avec l’âge et les défauts d’autophagie sont connus pour contribuer à une grande variété de maladies, dont Alzheimer et Parkinson

En activant l’autophagie ou en réparant le mécanisme en cas de dysfonctionnement, les chercheurs pensent que les maladies neurodégénératives telles qu’Alzheimer et Parkinson peuvent être traitées avec succès

Il existe un certain nombre de façons d’activer et d’accroître l’autophagie, notamment le jeûne, l’exercice, la consommation d’aliments stimulant l’autophagie et des compléments activant l’AMPK, tels que la berbérine et le PQQ.


Par le Dr. Mercola

L’autophagie signifie littéralement « auto-alimentation » et fait référence au processus d’élimination des cellules endommagées par votre corps en les digérant. C’est un processus de nettoyage essentiel qui encourage la prolifération de nouvelles cellules saines et c’est un aspect fondamental du rajeunissement cellulaire et de la longévité.

L’autophagie détruit également les envahisseurs étrangers, tels que les virus, les bactéries et autres agents pathogènes, et détoxifie la cellule des matières nocives. L’autophagie ralentit avec l’âge et les défauts d’autophagie sont connus pour contribuer à une grande variété de maladies, dont Alzheimer et Parkinson. La bonne nouvelle est qu’il existe plusieurs façons d’activer et d’accroître ce processus naturel, pour éviter ainsi de nombreux problèmes de santé avant qu’ils ne surviennent.

L’autophagie peut être utilisée pour traiter la maladie de Parkinson

En 2016, le prix Nobel de médecine a été décerné au biologiste japonais Yoshinori Ohsumi pour sa découverte des mécanismes réels de l’autophagie, c’est-à-dire la façon dont les cellules recyclent leur contenu. Comme indiqué dans The Conversation :

« Yoshinori Ohsumi a identifié des gènes et des molécules clés à l’origine de l’autophagie. Ce faisant, il a changé de paradigme scientifique sur le contrôle de la qualité cellulaire. Il a ouvert la porte aux chercheurs… pour comprendre comment les défauts de l’autophagie sont associés aux maladies neurologiques…

Dans les maladies neurodégénératives, les protéines toxiques s’accumulent dans les cellules du cerveau, appelées neurones. Les neurones sont irremplaçables. Ils doivent continuer à recycler les protéines et à les décomposer en petits acides aminés pour éviter une accumulation toxique de protéines anormalement grandes. C’est ce que l’autophagie leur permet de faire.

Le processus fonctionne en séquestrant des protéines indésirables dans des pipelines appelés « autophagosomes ». Ensuite, elles déversent ces protéines dans une partie de la cellule appelée « lysosome », où elles sont recyclées. Lorsque ce processus ne fonctionne pas correctement, des protéines nocives peuvent s’accumuler. »

L’activation de l’autophagie contribue à prévenir la dégénérescence neurologique

En activant l’autophagie ou en réparant le mécanisme en cas de dysfonctionnement, les chercheurs pensent que les maladies neurodégénératives, telles qu’Alzheimer et Parkinson, peuvent être traitées avec succès, car le processus d’autophagie éliminera naturellement les protéines nocives.

Fait intéressant, les chercheurs ont démontré que certains médicaments contre le cancer peuvent déclencher l’autophagie en activant une protéine dénommée parkine. La parkine est impliquée dans le processus d’autophagie et certains médicaments anticancéreux activent spécifiquement cette protéine. Tel que rapporté par Charbel Moussa, professeur adjoint de neurologie à l’Université de Georgetown :

« Gardez à l’esprit que les médicaments anticancéreux agissent en tuant les cellules cancéreuses et peuvent également être toxiques pour d’autres cellules. Notre première étape a donc été de découvrir comment ces médicaments agissaient au niveau des cellules cancéreuses et des neurones. Notre observation initiale dans les modèles de culture cellulaire était étonnante : les cellules cancéreuses cultivées sont mortes tandis que les neurones cultivés ont survécu après traitement avec plusieurs médicaments anticancéreux stimulant l’autophagie.

Ensuite, nous avons introduit des protéines toxiques dans des cellules neuronales cultivées et nous les avons traitées avec plusieurs médicaments anticancéreux qui activent l’autophagie et détruisent les tumeurs. Les cellules traitées avec ces médicaments ont survécu et elles ont éliminé leurs protéines toxiques, tandis que les cellules non traitées sont mortes.

L’activation de l’autophagie est une épée à double tranchant. D’une part, le processus élimine les matières toxiques ou infectieuses des cellules. D’autre part, si le processus d’autophagie va au-delà du « recyclage » et de l’élimination des protéines, cela peut commencer à détruire la cellule, entraînant sa mort. Cela signifie que l’autophagie doit être soigneusement manipulée pour éviter la mort des neurones non renouvelables et irremplaçables. »

L’autophagie cyclique, le moyen naturel d’améliorer la santé et la longévité

Le moyen le plus sûr de bénéficier de ces bienfaits est simplement de stimuler naturellement l’autophagie, et il existe de nombreuses stratégies de style de vie sain qui y parviendront. Le jeûne est peut-être l’un des plus importants et des plus efficaces. Comme expliqué dans « Modulation de l’autophagie comme cible thérapeutique potentielle pour diverses maladies » :

« L’autophagie est stimulée lors de divers états pathologiques et physiologiques, tels que la famine… L’autophagie induite par la famine, une réponse conservée de manière évolutive chez les eucaryotes, permet la dégradation des protéines, des glucides et des lipides, ce qui permet à la cellule d’adapter son métabolisme et de répondre à ses besoins énergétiques.

En effet, l’induction de l’autophagie chez les souris nouveau-nées a un rôle majeur dans le maintien des niveaux d’énergie dans divers tissus après la fin de l’apport nutritif maternel via le placenta. De plus, l’autophagie induite par la famine a un effet cytoprotecteur en bloquant l’induction de l’apoptose par les mitochondries. »

Les jeûnes plus longs uniquement à l’eau sont une forme de « famine » qui provoquera une autophagie. Aussi peu que 200 calories peuvent contrecarrer le processus et la période de famine doit être d’au moins 16 heures ou 72 heures ou même plus. Il est donc important d’être strict si l’induction de l’autophagie est votre objectif principal.

D’un autre côté, l’autophagie ne peut pas rester activée en permanence tout le temps. Vous devez également permettre aux cellules de se reconstruire et de se régénérer, ce qui se produit pendant la phase de réalimentation. C’est pourquoi, le jeûne cyclique et l’alimentation sont si importants.

Le jeûne est un moyen puissant d’activer l’autophagie

Sur la base des recherches qui ont émergé ces dernières années, je suis maintenant convaincu que le jeûne à l’eau sur plusieurs jours est l’une des interventions métaboliques les plus profondes que vous pouvez faire pour améliorer radicalement votre santé, car il permet à votre corps de réguler positivement l’autophagie et la mitophagie pour éliminer les cellules sénescentes endommagées, y compris les cellules précancéreuses. C’est aussi un moyen extrêmement efficace de perdre du poids et de prolonger votre durée de vie.

Il y a cependant quelques mises en garde. Si vous prenez des médicaments, vous devez collaborer avec votre médecin pour garantir votre sécurité, car certains médicaments doivent être pris avec de la nourriture et/ou peuvent devenir toxiques lorsque la chimie de votre corps se normalise. Ceux qui prennent des médicaments hypoglycémiques ou antihypertenseurs sont particulièrement à risque, car cela peut finir par un surdosage.

Il est également recommandé de continuer à prendre des compléments nutritionnels pendant votre jeûne. Vous devez également consommer un sel de haute qualité. Certains problèmes de santé peuvent également nécessiter une surveillance médicale plus stricte pour garantir la sécurité lors du jeûne.

Un jeûne plus doux qui peut encore améliorer l’autophagie est le jeûne intermittent, à condition de ne pas manger pendant au moins 16 heures d’affilée. C’est le temps nécessaire pour activer l’autophagie. Cela signifie que vous devez prendre tous vos repas de la journée dans une fenêtre de huit heures et ne rien grignoter pendant les heures de jeûne.

Si vous voulez essayer un jeûne uniquement à base d’eau, je vous recommande de commencer par jeûner par intermittence environ 16 heures par jour, puis progresser lentement jusqu’à 20 heures par jour. Après avoir fait cela pendant un mois, il sera beaucoup plus facile de pratiquer un jeûne à l’eau pendant cinq jours.

Le jeûne régénère votre pancréas

Un exemple puissant du pouvoir régénérateur du jeûne a été démontré dans une étude récente qui a montré qu’un régime imitant le jeûne (caractérisé par des périodes de festin et de famine) peut inverser le diabète et régénérer réellement votre pancréas. L’expérience, menée sur des souris, a été dirigée par Valter Longo, Ph.D., professeur de gérontologie et des sciences biologiques et directeur de l’USC Longevity Institute.

Ce qui a été découvert, c’est qu’en affamant et en nourrissant les animaux par cycles, des cellules bêta productrices d’insuline ont été générées, ressemblant à celles observées pendant le développement pancréatique. Les cellules bêta détectent le sucre dans votre sang et libèrent de l’insuline si la glycémie devient trop élevée. En tant qu’effet secondaire de la restauration de la fonction pancréatique, les symptômes du diabète ont également été inversés. La sécrétion d’insuline et l’homéostasie du glucose ont été restaurées dans les modèles de diabète de types 1 et 2. Selon Valter Longo :

« Notre conclusion est qu’en poussant les souris dans un état extrême, puis en les récupérant (en les affamant, puis en les nourrissant à nouveau), les cellules du pancréas subissent un déclenchement pour mettre en œuvre une sorte de reprogrammation du développement qui reconstruit la partie de l’organe qui ne fonctionne plus…

Médicalement, ces résultats peuvent être très importants car nous avons montré (au moins dans les modèles de souris) que vous pouvez utiliser un régime pour inverser les symptômes du diabète. Scientifiquement, les résultats sont peut-être encore plus importants car nous avons montré que vous pouvez utiliser un régime alimentaire pour reprogrammer les cellules sans avoir à effectuer de modifications génétiques. »

Le régime imitant le jeûne développé par Valter Longo consiste à limiter chaque jour vos calories à 75 % en moins par rapport à votre apport normal en calories pendant cinq jours par mois. Cette approche améliore considérablement l’acceptation, car de nombreuses personnes trouvent que le jeûne de cinq jours uniquement avec de l’eau est trop difficile. Pendant ces cinq jours de restriction calorique, il est important de sélectionner des aliments pauvres en glucides, pauvres en protéines et riches en graisses saines.

Le reste du mois, vous êtes libre de consommer ce que vous voulez. Le but est d’imiter les périodes de festin et de famine. Cependant, bien que cela puisse sembler assez simple, Valter Longo suggère promptement que ce régime particulier est mieux suivi avec une supervision médicale, car il est beaucoup plus sophistiqué que la plupart des gens ne le pensent. Vous pouvez en savoir plus sur le régime imitant le jeûne dans mon entretien de 2017 avec Valter Longo.

Les autres stratégies qui activeront l’autophagie

Exercice cyclique — tous les deux jours, faites 30 minutes d’exercice fractionné à haute intensité ou d’exercice de résistance. Le stress aigu de l’exercice déclenche l’autophagie de la même manière que le jeûne.

Consommer des aliments activant l’autophagie — dans son livre, Whittel inclut 140 types différents d’aliments qui contribuent à activer l’autophagie, comme le thé à la bergamote et aux agrumes, le thé vert et le curcuma.

Activer la protéine kinase activée par l’adénosine monophosphate (AMPK) grâce à une alimentation appropriée et des compléments nutritionnels — l’AMPK est une enzyme qui stimule l’autophagie mitochondriale (mitophagie) et la biogenèse mitochondriale, ainsi que cinq autres voies essentielles : l’insuline, la leptine, la cible mammifère de la rapamycine (mTOR), le facteur de croissance analogue à l’insuline 1 et le co-activateur 1-alpha du récepteur gamma activé par les proliférateurs.

Cela augmente également le facteur de croissance nerveuse et contribue à la protection contre le type de stress oxydatif qui conduit à la maladie de Parkinson. Avec l’âge, votre taux d’AMPK diminue naturellement. Certaines habitudes alimentaires, telles que consommer trop de graisses malsaines et pas assez de graisses saines et absorber des quantités insuffisantes de flavonoïdes (antioxydants) inhibent également l’activité de l’AMPK. La résistance à l’insuline est également un puissant inhibiteur de l’AMPK.

Donc, maintenir cette enzyme activée par une alimentation appropriée est un autre facteur important afin de préserver une autophagie saine. La pyrroloquinoléine quinone (PQQ) et la berbérine sont deux compléments alimentaires connus pour activer l’AMPK, déclenchant ainsi la mitophagie et la biogenèse mitochondriale. Ces deux compléments bénéficient également à votre fonction mitochondriale et à votre santé.

Activer l’autophagie : un moyen simple d’améliorer la santé et de prévenir les maladies

Étant donné que votre santé dépend de cellules qui fonctionnent bien, favoriser l’autophagie est d’une importance considérable et cela peut grandement contribuer à prévenir les maladies, notamment les troubles neurodégénératifs et le cancer. Sans autophagie, vos cellules finiront par être encombrées de toxines et de débris et, une fois qu’elles commenceront à mal fonctionner et/ou à mourir, votre corps ne pourra pas éliminer efficacement ces cellules, ce qui aggravera encore le problème.

La bonne nouvelle, c’est que l’optimisation de l’autophagie n’est pas très difficile. Le jeûne semble être le moyen le plus efficace. Toutefois, l’exercice et l’ajout de certains aliments et compléments constituent également des stratégies utiles. Si vous êtes vraiment motivé, vous ferez de votre mieux pour intégrer toutes ces stratégies.

Source : https://french.mercola.com/sites/articles/archive/2020/06/22/bienfaits-sante-autophagie.aspx

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.