L’atmosphère pré-diluvienne

Il existe des preuves que l’atmosphère enveloppant la terre des débuts était très différente de ce qu’elle est aujourd’hui.

A un moment donné la terre entière a connu un environnement tropical chaud et il y avait davantage d’oxygène dans l’atmosphère. Les organismes atteignaient des tailles plus importantes et en conséquence vivaient plus longtemps.

Pangea-Canopy-Picture-264x300 Beaucoup de créationnistes ont attribué ce phénomène à une voûte de vapeur d’eau qui a été créée par Dieu le deuxième jour, les « eaux qui sont au-dessus de l’étendue » (Genèse 1:7). Cette théorie soutient qu’une « vaste couverture de vapeur d’eau invisible, translucide à la lumière des étoiles, mais produisant un effet de serre merveilleux maintenait des températures douces de pôle à pôle, empêchant ainsi la circulation de masse d’air et les précipitations résultantes (Genèse 2:5). Elle aurait certainement eu pour effet supplémentaire de filtrer efficacement les rayonnements nocifs en provenance de l’espace, réduisant considérablement le taux de mutations somatiques dans les cellules vivantes, et, en conséquence, diminuant considérablement le taux de vieillissement et de mort ». (Morris, Henry, Scientific Creationism, 1984, p. 211.) Citant des preuves d’une atmosphère plus dense dans le passé, Morris a postulé que cette couche de vapeur aurait considérablement augmenté la pression atmosphérique à la surface de la terre des débuts, contribuant encore à un environnement plus sain (comme un caisson hyperbare naturel). Ultérieurement, la voûte se serait effondrée sous forme de pluie (les « les écluses des cieux » en Genèse 7:11), contribuant à alimenter l’eau du déluge, et entraînant la baisse spectaculaire de la longévité après le déluge.

Genèse 9 indique comment Noé planta une vigne après le déluge et devint ivre suite à la consommation de son fruit. Ceci est une aberration dans la vie de cet homme pieux. Certains ont suggéré que Noé ne savait pas que son jus de raisin fermenterait si rapidement ou de façon si extensive dans l’atmosphère post-diluvienne. Ou peut-être que la pression atmosphérique réduite rendit plus difficile pour lui de « tenir sa boisson. » Bien que ce soit seulement de la spéculation, la suppression de la voûte de vapeur pourrait aider à expliquer cette situation curieuse.

Vapor-Canopy-Filtering-Graphic-300x225Certains créationnistes insistent sur d’autres facteurs qui pourraient avoir causé les conditions tempérées mondiales qui existaient avant le déluge. Ils soulignent la preuve de concentrations beaucoup plus importantes de niveaux de dioxyde de carbone dans le passé et font remarquer que le champ magnétique de la terre était beaucoup plus épais qu’aujourd’hui. Cela aurait pu agir comme bouclier contre le rayonnement cosmique et aurait produit l’environnement plus sain. (Humphreys, Russel D., Starlight et Time, 1995, p. 63.) John Baumgardner de Los Alamos a suggéré que l’atmosphère qui entourait la terre était beaucoup plus épaisse que ce qu’elle est aujourd’hui et que le jaillissement des fontaines du grand abîme pendant les étapes initiales du déluge de la Genèse dépouilla une partie de cette atmosphère. Certains érudits bibliques citent la langage du Psaume 148:4 comme preuve contre une voûte de vapeur. Si la voûte s’était effondrée lors du déluge, raisonnent-ils, pourquoi le Psalmiste fait-il encore référence aux eaux au-dessus des cieux? Mais cette allusion poétique pourrait rappeler la création originale, ou elle pourrait faire référence aux eaux que Dieu étendit dans l’espace profond dans le cadre de la création, ou elle pourrait se référer à une partie de la vapeur d’eau d’origine (un résidu de la voûte) encore en les confins de notre atmosphère.

Il est intéressant que les scientifiques qui ne souscrivent pas à la théorie de la voûte de vapeur d’eau décrite ci-dessus, ont publié des articles qui appuient des parties de cette théorie. « Utilisant des preuves recueillies en Amérique du Sud et en Nouvelle-Zélande, une équipe internationale de chercheurs a déterminé que les changements climatiques -modèles à la fois de réchauffement et de refroidissement- au cours de la fin du Pléistocène se sont produits rapidement et étaient d’envergure mondiale. Alors que des armadas d’icebergs géants ont inondaient l’Atlantique Nord, les glaciers alpins progressaient simultanément à travers les Andes chiliennes et les Alpes du Sud de la Nouvelle-Zélande. Thomas Lowell, professeur associé de géologie à l’Université de Cincinnati, et ses collègues ont publié leurs résultats dans le numéro du 15 septembre 1995 de Science. … Alors, qu’est-ce qui provoqua les changements climatiques? Lowell admet que lui et ses collègues n’ont pas de réponses rapides et faciles. Il est possible que des vapeurs d’eau aient joué un rôle. « Beaucoup de vapeur d’eau dans l’atmosphère conduit à un climat plus chaud, » dit-il. « S’il y a moins de vapeur, les températures deviennent plus froides. Les quantités de vapeur d’eau peuvent changer rapidement, et les données géologiques indiquent que les changements climatiques pourraient être très rapide. » (Anonyme, « Were Climate Changes Global During Ice Ages », Geotimes, vol. 41, 1996, p.7, tel que cité par Morris, 1997, p. 305.) En outre, certains scientifiques ont été très surpris de trouver de la vapeur d’eau dans les atmosphères glacées de Jupiter, Uranus, Neptune et Saturne. (Dayton Daily News, le 8 avril, 1998, p. 12A)

L’hypothèse de la voûte de vapeur d’eau expliquerait parfaitement encore une autre anomalie observée…trop d’eau dans la haute atmosphère terrestre. Les satellites de la NASA ont confirmé qu’il y avait beaucoup plus d’hydroxyle dans l’hydrosphère que ce que les modèles actuels le prédisent. La molécule mère d’hydroxyle (OH) est l’eau (H2O). Parce que le rayonnement ultraviolet du soleil décompose l’eau dans la haute atmosphère de la Terre en hydroxyle et hydrogène, une grande quantité d’eau doit avoir préalablement existé. Certains ont proposé un afflux constant de mini-comètes comme une source de l’eau mystérieuse, mais cette théorie a été fortement critiquée comme irréalisable. (Matthews, Robert, New Scientist, juillet, 1997, pp. 26-27.)

Une autre caractéristique intéressante de l’atmosphère primitive de la Terre était la quantité accrue d’oxygène. L’analyse de bulles d’air microscopiques piégées dans de la résine d’arbre fossilisée a donné à Robert Berner de Yale et Gary Landis de l’US Geological Survey un aperçu du passé antique. « Les chercheurs ont inséré l’ambre dans une chambre sous vide d’un spectromètre de masse quadripolaire, un dispositif permettant d’identifier la composition chimique d’une substance. Lorsque la machine a écrasé lentement l’échantillon, les bulles microscopiques ont été libérées, exhalant jusqu’à 100 milliards de molécules. Ces exhalaisons révélèrent certains éléments de preuve surprenants: l’air ancien contenait 50 pour cent de plus d’oxygène que l’air actuel. » Landis estime que la réduction de la teneur en oxygène aurait pu conduire à la disparition des dinosaures. (Discover, février, 1988, p. 12.)

Amber-with-unknown-insectD’autres études de bulles d’air dans l’ambre ont trouvé une pression accrue, ainsi que des niveaux plus élevés d’oxygène. « L’une des conséquences est que la pression atmosphérique de la Terre aurait été beaucoup plus grande à l’époque du Crétacé, lorsque les bulles se formèrent dans la résine. Une atmosphère dense pourrait également expliquer comment le disgracieux ptérosaure, avec son corps trapu et son envergure atteignant 11 mètres, aurait pu rester en suspension dans l’air, dit-il. La propagation des angiospermes, plantes à fleurs, à l’époque du Crétacé aurait pu causer les niveaux d’oxygène élevés rapportés par Berner et Landis, ont dit les scientifiques la semaine dernière. » (Anderson, Ian, »Dinosaurs Breathed Air Rich in Oxygen, » New Scientist, vol. 116, 1987, p. 25.) Une étude de Yale publiée dans le numéro du 3 mars, 2000 de Science a confirmé indépendamment les niveaux élevés d’oxygène présent dans le passé lointain de la terre. Certains ont même suggéré que, sans une telle atmosphère la capacité relativement faible du poumon chez certains dinosaures n’aurait pu fournir à leurs tissus massifs l’oxygène nécessaire.

Amber-with-air-bubblesEn octobre 2006 Science Daily a publié une étude menée par le personnel de l’Arizona State University intitulée « Giant Insects Might Reign If Only There Was More Oxygen In The Air. » L’article déclare, « La délicate coccinelle dans votre jardin pourrait être terriblement grande si seulement il y avait une plus grande concentration d’oxygène dans l’air, une nouvelle étude conclut. L’étude apporte un appui supplémentaire à la théorie que certains insectes étaient beaucoup plus grands pendant la période de la fin du Paléozoïque parce qu’ils avaient un apport d’oxygène beaucoup plus riche, a déclaré l’auteur principal de l’étude Alexander Kaiser. La période du Paléozoïque…était une époque où la flore était abondante et où il y avait d’assez gros insectes -des libellules avec une envergure deux pieds et demi, par exemple. La teneur en oxygène de l’air était de 35% au cours de cette période, par rapport aux 21% que nous respirons aujourd’hui, dit Kaiser. » Cette recherche est en accord avec le modèle biblique de la terre des débuts. En 2010, des chercheurs de l’Arizona State University ont présenté les résultats d’expériences d’élevage d’insectes dans différents niveaux d’oxygène atmosphérique. Dix des douze variétés d’insectes étudiés ont diminué en taille avec une teneur en oxygène plus basse. Certains, comme les libellules, grandissaient plus rapidement et est devenaient plus grands dans une atmosphère enrichie en oxygène (Science Daily, le 30 octobre, 2010.).

Certains s’opposent fortement au fait d’utiliser les Écritures pour mieux comprendre scientifiquement le monde naturel. Alors que la Bible est pas un texte scientifique, il existe plusieurs lignes de preuves que la Bible est la Parole de Dieu. Si la parole de Dieu est vraiment inspirée, elle parle avec précision de tous les domaines de la connaissance: historique, politique/économique, sociologique et scientifique.

Source : http://www.genesispark.com/exhibits/early-earth/atmosphere/



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.