L’alimentation supérieure à la vaccination dans la prévention des maladies

ob_272f1a_enfant_mangeant_melo

Plusieurs médecins commencent à se prononcer sur le danger des vaccins. Dans son récent best-seller A Mind of Your Own, le médecin holistique et psychiatre Kelly Brogan explique pourquoi elle s’oppose aux vaccinations. 

Le Dr Brogan partage un exemple fascinant sur la façon dont le nutriment sélénium fut utilisé en Chine pour prévenir et traiter la maladie de Keshan (cardiomyopathie rare, secondaire à une carence en sélénium associée à une infection virale à coxsackie.), en lieu et place des vaccinations proposées par les chercheurs occidentaux. Le Dr Brogan explique également comment la vitamine A peut être utilisée pour prévenir et traiter la rougeole. De même avec la vitamine C pour le tétanos au lieu de la vaccination toxique et dangereuse. [1]

Dans son fameux livre Nutrition et dégénérescence physique le célèbre dentiste Weston Price a décrit la parfaite santé dont jouissaient certaines populations autochtones. C’est à partir d’une excellente alimentation que les individus de ces régions avaient acquis une immunité naturelle contre la tuberculose, sans qu’aucune vaccination ne soit nécessaire. Les études comparatives des individus non vaccinés avec des individus vaccinés représentent un argument supplémentaire pour faire comprendre que les vaccins ne constituent pas la réponse adéquate pour la prévention des maladies. [2]

Le cas de la maladie de Keshan en Chine 

Dans un rapport de 2014, le New England Journal of Medicine montre qu’une carence en sélénium est susceptible de provoquer la maladie de Keshan. Le Dr Brogan explique comment un groupe de scientifiques occidentaux avaient proposé l’utilisation de vaccins pour lutter contre l’épidémie de Keshan. Mais cette proposition fut rejetée quand un chercheur fit remarquer que la population de certaines provinces où la maladie était endémique manquaient de sélénium, tandis que les habitants d’autres provinces qui pouvaient s’approvisionner en sélénium semblaient protégés contre cette maladie. [4]

La vitamine C traite le tétanos 

Dans une étude publiée dans la bibliothèque Cocherane et dans les publications de l’Institut National de Santé, il est montré que l’administration d’un gramme de vitamine C par jour est efficace à 100% dans la prévention de la mortalité chez les enfants de 1 à 12 ans dont le diagnostic de tétanos avait été établi. Chez des personnes plus âgées (13 à 30 ans), souffrant de tétanos, l’utilisation de la vitamine C a pu réduire la mortalité de 45%. Dans les rares cas de tétanos, ce protocole est plus logique que le recours à la vaccination de masse dangereuse et inefficace contre le tétanos. [5,6]

La vitamine A réduit les complications de la rougeole, maladie de la petite enfance généralement sans problème 

L’Institut National de Santé rend compte d’une étude identifiant les carences en vitamine A, en tant que facteur de risque pour les cas graves de rougeole. L’Organisation Mondiale de la Santé recommande l’administration d’une dose orale de 200.000 UI de vitamine A aux adultes et de 100.000 UI aux nourrissons pendant deux jours dans les zones carencées en vitamine A. [7]

La rougeole est généralement une maladie bénigne de l’enfance, alors que le vaccin ROR (Rougeole-Oreillons-Rubéole) peut être lié à des conséquences graves sur la santé. L’utilisation de la vitamine A pour prévenir et traiter les très rares cas graves de rougeole est un protocole de santé beaucoup plus sûr que les dangereux programmes de vaccination de masse. [8]

Pour Weston Price l’alimentation est essentielle dans la prévention des maladies 

Weston Price

Le dentiste Weston Price, dans son étude historique sur 10 ans de groupes endémiques dans le monde entier, a découvert que les groupes qui maintenaient une alimentation à haute valeur nutritive étaient naturellement résistants à la tuberculose, très répandue à cette époque. Lorsque ces individus ont délaissé les aliments riches en nutriments ; lorsqu’ils ont adopté les régimes alimentaires modernes, déficients en vitamines, ils sont devenus beaucoup plus sensibles à la tuberculose et ont beaucoup souffert. [9]

Vaccinés versus non vaccinés 

S’il faut encore d’autres preuves pour démontrer l’importance de l’alimentation dans la prévention des maladies en lieu et place des vaccinations dangereuses et inefficaces, il suffit d’examiner les études comparatives qui ont été réalisées chez des enfants vaccinés et chez des enfants non vaccinés. Dans de nombreuses études les résultats sont unanimes : les enfants non vaccinés jouissent d’une santé de loin supérieure par rapport aux enfants vaccinés.

Conclusion

De nombreuses maladies ont été liées à des carences en vitamines, y compris la rougeole, le tétanos, la tuberculose, et la maladie de Keshan. Plutôt que d’utiliser des vaccins dangereux et inefficaces, il convient davantage de mettre l’accent sur l’amélioration de l’état nutritionnel comme moyen sûr et efficace pour améliorer la santé et prévenir les maladies. [10]

Notes :

1. Brogan, Kelly. A Mind of Your Own. HarperCollins: New York, NY. 2016, pp.136-137.

2. https://vactruth.com/2016/06/03/vaccinated-vs-unvaccinated/

3. http://www.nejm.org/doi/full/10.1056/NEJMcibr1402199

4. http://www.vitaminsdiary.com/disorders/keshan.html

5. http://www.cochrane.org…vitamin-c-for-preventing-and-treating-tetanus

6. http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/18425960

7. http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/11869601

8. https://vactruth.com/2016/02/18/mmr-vaccine/

9. Price, Weston A. Nutrition and Physical Degeneration. 8th Edition. The Price-Pottenger Nutrition Foundation: La Mesa, CA. 2009

10.  http://www.naturalnews.com…vaccine_safety_medical_myths_junk_science.html

Source : https://fr.sott.net/article/29126-L-alimentation-superieure-a-la-vaccination-dans-la-prevention-des-maladies



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.