L’activité volcanique sous-glaciaire entraîne la fonte des glaciers de l’Antarctique, non l’activité humaine

Antarctic Ice Sheet Thickness C’est des volcans qui font fondre les glaciers de l’Antarctique occidental, 3 nouvelles études le confirment.

Non seulement les volcans font fondre la glace en Antarctique, mais des études antérieures montrent que les volcans sous-marins (et non les humains) font fondre la glace dans l’Arctique.

« Trois nouvelles études confirment que le flux de chaleur géothermique, et non le réchauffement climatique dû à l’homme, est la cause dominante de la fonte de l’Inlandsis Ouest-Antarctique« , écrit le géologue James Edward Kamis.

En rouge, le « point chaud » du panache du manteau rocheux de Marie Byrd dans l’Antarctique occidental. L’ombrage rouge montre l’amincissement de l’Inlandsis Ouest-Antarctique de 1992 à 2017 (étude de recherche au crédit de la NASA, contour du panache du manteau par J. Kamis).

(1) Une étude, intitulée « Preuve d’une source de chaleur volcanique active sous le glacier Pine Island« , prouve que le glacier Pine Island de l’Antarctique occidental est en train de fondre et de se retirer à cause de la chaleur géothermique d’un volcan sous-glaciaire actuellement actif, et non d’un réchauffement climatique dû à l’homme. Voir le communiqué de presse de la National Science Foundation ici.

« Notre découverte d’une source de chaleur substantielle sous un glacier majeur de l’Inlandsis Ouest-Antarctique souligne le besoin de comprendre le volcanisme sous-glaciaire, son interaction avec les marges marines et son rôle potentiel dans la stabilité future de l’Inlandsis Ouest-Antarctique », écrivent les chercheurs dans l’article de Nature Communications.

Ils notent également que l’activité volcanique pourrait accroître le rythme d’effondrement du glacier Thwaites, qui est adjacent au glacier Pine Island.

(2) Une autre étude intitulée « Le substratum rocheux de l’Antarctique occidental s’élève à un rythme étonnamment rapide » montre que la région « du point chaud » du panache du manteau de Marie Byrd s’élève rapidement et forme un vaste dôme à haute altitude.

Kamis soutient que la vitesse élevée d’élévation de cette région du panache est le résultat de la fonte géothermique du fond de la colonne de glace et du bombement vers le haut du substratum rocheux, et non d’un rebondissement post-glaciaire.

Des informations supplémentaires concernant « le point chaud » du panache du manteau rocheux de Marie Byrd, géologiquement actif, et la faille géologique profonde qui alimente ce panache et de plus de 100 volcans sous-glaciaires sont disponibles dans les articles précédents du Climate Change Dispatch (voir iciiciiciici, et ici).

(3) Pourtant, une troisième étude, intitulée « Une nouvelle étude suggère un tour surprenant dans l’histoire de la calotte glaciaire de l’Antarctique occidental » prouve que l’Inlandsis Ouest-Antarctique a fondu et s’est retiré de manière significative il y a 10 000 ans, puis s’est rapidement rétablie dans toute son étendue.

C’est un événement qui est évidemment antérieur aux implications humaines. De plus, ni cette étude ni d’autres études antérieures n’ont trouvé de preuve que la gigantesque calotte glaciaire de l’Inlandsis Est-Antarctique s’est retirée au cours de cette même ancienne période.

Cela indique fortement que l’ancienne fonte de la glace de l’Inlandsis Est-Antarctique est presque certainement liée au flux de chaleur géothermique du substratum rocheux sous-jacent provenant de caractéristiques géologiques spécifiques et non pas au réchauffement atmosphérique mondial.

Il est difficile, voire impossible, que le réchauffement atmosphérique fasse fondre de façon significative l’Inlandsis Ouest-Antarctique sans faire fondre l’Inlandsis Est-Antarctique adjacent.

« En combinant les données et les conclusions de trois toutes nouvelles études de recherche avec des études de recherche plus anciennes très parlantes et des articles antérieurs du Climate Change Dispatch, il devient très clair que la fonte de l’Inlandsis Ouest-Antarctique est le résultat du flux de chaleur géothermique du substratum rocheux et non du réchauffement atmosphérique global », conclut Kamis.

« Les climatologues qui défendent fermement la théorie du réchauffement climatique pour expliquer la fonte de la WAIS devraient élargir leur processus de recherche et d’analyse pour inclure l’impact des forces géologiques, comme les volcans sous-glaciaires ».

« Il est temps pour nous tous d’aider ces scientifiques bien intentionnés à atteindre ce but. »

Voir l’article en entier :
http://www.plateclimatology.com/three-new-studies-confirm-volcanism-is-melting-west-antarctic-glaciers-not-global-warming

Voir le communiqué de presse du National Science Foundation, intitulé « Une activité volcanique insoupçonnée a été confirmée sous l’inlandsis de l’Antarctique occidental au glacier Pine Island ».
https://www.nsf.gov/news/news_summ.jsp?cntn_id=295861&org=NSF&from=news

Voir aussi « Les volcans sous-marins font fondre la glace arctique pour le géologue. »
https://www.iceagenow.info/underwater-volcanoes-melting-arctic-ice-says-geologist/

Traduction Sott.net – Source : Ice Age Now

Source : https://fr.sott.net/article/34746-C-est-des-volcans-qui-font-fondre-les-glaciers-de-l-Antarctique-occidental-3-nouvelles-etudes-le-confirment



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.