« La vie ne s’est pas améliorée autant que nous l’espérions » – L’épidémie s’aggrave à Singapour alors que 80 % des gens sont vaccinés

Singapour vient d’atteindre un niveau de taux de vaccination de sa population que beaucoup d’autres économies développées pourraient lui envier : 80 % de sa population adulte a été vaccinée. Et pourtant, le pays continue de lutter contre l’une des pires épidémies à ce jour. Dimanche, cette nation de 5,7 millions d’habitants a signalé 555 nouveaux cas locaux de COVID-19, le plus grand nombre depuis août 2020. Un jour avant, Singapour a enregistré son 58e décès dû au COVID, un homme de 80 ans partiellement vacciné ayant des antécédents de diabète, d’hypertension et de problèmes cardiaques.

Plutôt que de revoir les restrictions à la baisse, le ministère de la Santé de Singapour a interdit la semaine dernière les rassemblements sociaux sur les lieux de travail, prétendument parce que des groupes de travailleurs bavardant autour de la fontaine à eau ont conduit à une épidémie. Et pendant leur temps libre, les Singapouriens ont été invités à participer à une seule réunion sociale par jour, au maximum.

Bien que Singapour soit l’un des pays les plus vaccinés au monde, la vie n’a pas beaucoup changé depuis la pandémie de COVID. Alex Cook, expert en modélisation des maladies infectieuses à l’Université nationale de Singapour, a reconnu que la vie ne s’était pas améliorée « autant que nous aurions pu l’espérer », bien que Singapour soit l’un des pays les plus vaccinés au monde.

Une chose curieuse s’est produite depuis que Singapour a atteint 80 %, nous rappelle Cook : « Les cas communautaires ont en fait augmenté depuis que nous avons atteint une couverture de 80 %, en partie parce que nous autorisons plus d’événements sociaux pour les personnes vaccinées et, j’ose le dire, une plus grande fatigue des mesures de contrôle », a déclaré Cook à l’ABC.

Et les perspectives ne sont pas vraiment positives : Gan Kim Yong, co-président du groupe de travail multi-ministériel, a déclaré que le pic « inquiétant » des infections atteindrait « probablement 2 000 nouveaux cas par jour », qualifiant les deux à quatre prochaines semaines de « cruciales ».

Cette leçon n’est pas propre à Singapour : « L’un des principaux enseignements tirés de l’Asie du Sud-Est est qu’il est extrêmement difficile d’empêcher la propagation de Delta et, comme le montre Singapour, même des taux de vaccination élevés ne sont pas d’un grand secours », a ajouté M. Cook.

Bien qu’il s’agisse principalement de cas symptomatiques, Singapour constate encore un grand nombre de cas d’infection parmi les personnes vaccinées. À ce stade, ce n’est que la dernière preuve en date qui suggère que même le taux d’efficacité officiel révisé du vaccin de Pfizer n’est pas réaliste si l’on considère le nombre de cas.

Un autre scientifique a déclaré que la propagation continue n’est qu’un signe que le taux de 80% de vaccination est encore « trop faible pour le variant delta ». Leong Hoe Nam, spécialiste des maladies infectieuses à la clinique Rophi de Singapour, a déclaré que la souche Delta avait modifié les règles du jeu en ce qui concerne le niveau de vaccination communautaire nécessaire.

Mais au vu des récentes vagues d’infections par le COVID aux États-Unis, en Europe et en Asie, il semble que ce virus s’adapte si rapidement que les vaccins ne sont pas assez efficaces. Peut-être que l’immunité naturelle est la meilleure solution après tout.

Source : https://www.aubedigitale.com/la-vie-ne-sest-pas-amelioree-autant-que-nous-lesperions-lepidemie-saggrave-a-singapour-alors-que-80-des-gens-sont-vaccines/

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.