La transmission à distance de l’électricité, démontrée il y a 120 ans par Nikola Tesla, redevient une tendance lourde des trente prochaines années

Une startup néo-zélandaise dénommée Emrod et soutenue par le gouvernement de Nouvelle Zélande tente de développer la transmission sans fil de l’électricité, une technologie démontrée par Nikola Tesla il y a 120 ans.

La télé-énergie est un des grands ratés du développement technologique de l’humanité du fait de pratiques commerciales fort douteuses et de choix techniques non optimisés imposés par le profit.

L’avancement rapide en matière de transmission d’ondes électromagnétiques, induit par le développement des radars, des technologies de téléphonie mobile et des recherches effrénées sur les armes à énergie dirigées (Directed Energy Weapons out DEW) ont relancé cette technologie.

Une sorte d’hommage posthume au génie précurseur de Tesla que l’histoire et la science officielles, très polluées par l’idéologie et des conventions arbitraires, avaient relégué aux oubliettes.

Le concept de télé-énergie n’est pas nouveau est remonterait à la plus haute antiquité, mais la science officielle, rigide et étroite, ne reconnaitra jamais cela et n’a pas hésité à supprimer toutes les preuves attestant de l’existence de technologies alternatives passées.

Les Grecs antiques avaient une répulsion naturelle à l’égard de la technique qu’ils assimilaient au mal et à la destruction totale, ce qui prouve qu’ils avaient connaissances de catastrophes passées en Egypte antique, en Mésopotamie et ailleurs dues à la propagation et l’usage de nouvelles techniques.

Source : https://strategika51.org/2020/08/08/la-transmission-a-distance-lelectricite-demontree-il-y-a-120-ans-par-nikola-tesla-redevient-une-tendance-lourde-des-trente-prochaines-annees/



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.