La sécularisation de l’occident

Sécularisation de l’Occident

Rodrigue Allard

Définition et présentation
La sécularisation est un processus qui consiste, pour une société donnée, à baser sa manière de fonctionner sur des raisons d’où sont extirpées toutes les explications surnaturelles.

En effet, toute société renferme une élite qui se spécialise dans la production d’une vision de la société qui elle-même est appuyée sur une cosmologie, une vision du monde qui ainsi devient la cosmologie dominante de cette société.

Tout au long de cette présente recherche, je m’efforcerai de répondre à la question principale suivante :

A) Quel rôle a joué le discours de l’élite culturelle de l’Occident dans la sécularisation de cette dernière
B) Quel rôle a joué l’influence du monde oriental dans cette sécularisation ?
C) Quelles sont les conséquence de cette sécularisation sur notre Monde ?

Rappelons ici que l’Occident est l’Europe de l’Ouest et du Nord et, par extension, l’Amérique du Nord et l’Océanie dont la population et la culture viennent majoritairement de l’Europe de l’Ouest et du Nord

Pour répondre à ces questions, cette recherche observera quatre éléments principaux :

    1. Existait-il un discours influent rejetant les explications surnaturelles dans les sociétés de l’Antiquité et les sociétés non-occidentales ?
    2. À quelle époque, de quelle manière et dans quelle(s) civilisation(s) se produit l’apparition d’un discours influent rejetant les explications surnaturelles ?
    3. À quelle époque, de quelle manière et dans quelle(s) civilisation(s) se produit l’expansion d’un discours influent rejetant les explications surnaturelles ?
    4. La connaissance des sociétés musulmanes et païennes asiatiques nourrit-elle la sécularisation ou en est-elle une conséquence ?

Existait-il un discours influent rejetant les explications surnaturelles dans les sociétés antiques et non-occidentales ? Pas vraiment

Une perception erronée qui est fréquente vis-à-vis la philosophie antique et médiévale est de croire que le fait de prôner une vision plus abstraite de la divinité équivaut à nier cette dernière, cette confusion est particulièrement évidente dans l’ouvrage de Georges MINOIS[2], Histoire de l’athéisme : les incroyants dans le monde occidental, des origines à nos jours ; par exemple, on y présente Cicéron (1er siècle av. Jésus-Christ) comme étant athée alors que FREEMAN[3] dit que Cicéron croyait en un Dieu de type monothéiste. De manière quasi-unanime, les cultures antiques et non-occidentales s’appuient sur des explications surnaturelles pour expliquer leur condition et leur manière de fonctionner.
On a tenté de faire naître le matérialisme athée de la philosophie grecque…
En réalité, les Hédonistes/Atomistes, sont les seuls personnages de l’Antiquité auquel on peut partiellement imputer la naissance de l’Athéisme, et encore y avait-il un reste de croyance dans cette École de pensée puisque Épicure et Lucrèce[4] croyaient en l’existence de dieux semblables aux extraterrestres de notre science-fiction, mais leur niait toute intervention sur la Terre et l’ensemble des philosophes de cette École croyaient en une âme (psukhé) formée d’atomes, mais rejetait son immortalité et/ou l’existence d’un Logos humain immortel, de la même manière d’ailleurs que La Bible divisait l’humain en énergie vitale non immortelle (psukhé) et esprit (Logos) créé à l’image de Dieu, mais déchu par le Péché.

On a fort discuté la question de savoir si l’Epicuréisme encourageait la recherche amorale du plaisir peut importe les conséquences envers les autres. L’Epicuréisme était une branche du Scepticisme et cette École, surtout par le biais de ses fondateurs cyrénaïques[5], prônait que seules les sensations sont réelles et dignes d’intérêt et certains passages de l’œuvre d’Épicure encouragent la recherche du plus grand plaisir possible sans qu’aucune autre préoccupation ne vienne contrebalancer ce mot d’ordre.[6]

La présence de certains passages plus contrebalancés dans le corpus épicurien[7] peut être attribuée au désir de faire taire les critiques des Monothéistes stoïciens dans le contexte des guerres civiles philosophiques[8]. Dans les siècles subséquents, la philosophie hédoniste moderne du début du 19e s. a été formée par l’agnostique les agnostiques James Mill[9] et Jeremy Bentham en se basant sur Épicure[10] et sur Lucrèce ; or, l’hédonisme de Bentham prônait la pédérastie, c à d. la pédophilie envers les garçons[11], comme l’avait fait globalement la philosophie grecque en dehors du judéo-christianisme.

Les Épicuriens rejetaient toute implication au sein de la société et prônaient la recherche du plaisir personnel et le refus de faire quelque sacrifice que ce fût. Leur doctrine isolationniste anti-civique a été conséquemment fort peu influente dans la société gréco-romaine (ou a été isolationniste à cause de son peu d’influence), alors qu’elle est devenue la tendance dominante de notre société.

À ce peu d’influence fait exception l’adhésion de l’empereur grec de Syrie, Antiochos Épiphane, qui tente d’exterminer le Monothéisme et met en place un parti pro-épicurien à la tête du temple juif : Les Sadducéens.

Par la suite, Pison (1er av. JC), beau-père de Jules César, y adhère (sans que ce dernier ne s’y convertisse) L’assassinat de César fit en sorte qu’Auguste adopte en partie le Stoïcisme des Républicains[12]. Il faut attendre plus d’un siècle d’obscurité et l’avènement de l’empereur pédéraste Trajan pour que son épouse adopte à son tour l’Épicurisme qui retourna dans l’obscurité, mis à part

au 3e s., l’anarchie régnant dans l’Empire romain, favorise l’existence d’une influence épicurienne chez quelques notables locaux d’Asie mineure. Le philosophe Celsus, prônant le génocide des Chrétiens, est le plus célèbre épicurien de l’époque.

À partir de la fin du 3e s, l’Épicurisme tel quel disparaît pour de nombreux siècles. Les philosophes gréco-romains, hors de l’Hédonisme/Atomisme, croyaient tous en des divinités.  En effet, les Sceptiques (Pyrrhon, Sextus Empiricus) croyaient en l’existence des dieux[13], mais niaient les doctrines dogmatiques sur ces derniers. Thalès de Milet et Anaxagore croyaient en un Esprit suprême formant l’univers, Anaximandre croyait en un Éternel Infini et Anaximène, de même que l’École d’Élée, en un Esprit panthéiste formé d’air.

L’École pythagoricienne prêchait entre autres Orphée, Héraclite prêchait un Dieu qui contenait en Lui-même tous les contraires, et Empédocle prêchait Aphrodite, la réincarnation et lui-même.

Il est vrai que l’Athéisme et le Panthéisme (manifesté par de nombreux philosophes) se ressemblent en ce qu’ils ne reconnaissent pas de Dieu au-dessus de la Création, mais le Panthéisme recèlent encore le croyance en une puissance surnaturelle, donc une relation avec l’au-delà et/ou une relation mystique avec le passé et/ou le futur, alors que le matérialisme athée nous enferme dans le présent[14]
Athéisme asiatique ?
En dehors de la Syrie grecque, les philosophies orientales ne recèlent pas d’athéisme. En effet, les Taoïstes croient en plusieurs divinités (Empereur de Jade, les Trois Purs, le fondateur Lao Tseu) au sein desquelles l’Unique est le plus élevé

Le Bouddhisme, quant à lui, est centré sur le phénomène surnaturel de la Réincarnation, il reconnaît l’existence des dieux et vise à devenir soi-même comme eux en atteignant “ l’Illumination ”, la logique de cela menant à l’adoration des Bouddhas (illuminés) même si Siddhartha Gautama, le premier Bouddha, n’a pas explicitement prôné l’adoration de sa personne (mais, il ne l’a pas du tout interdite)[15]

Confucius et ses disciples[16] sont monothéistes[17] et de plus, la doctrine chinoise du “ Mandat céleste ” semble être la copie conforme de celle des Livres historiques de l’Ancien Testament, Livres qui associent les malheurs qui frappent le pays aux péchés et à l’impiété de ses rois qui perdent à cause de cela, une partie de leur territoire ou leur trône[18]

Bref, les philosophies influentes de l’Antiquité sont donc toutes, sauf exception, fondées sur la croyance au Surnaturel.

L’Église primitive s’appuie encore plus fortement sur le Surnaturel en ce qu’il rejette la collusion entre la Religion et le Pouvoir terrestre sur la base du fait que la chute a trop contaminé la présente Terre pour que cette collusion soit moralement faisable : “ Mon Royaume n’est pas de ce Monde ”[19], “ …à César, ce qui est à César ; à Dieu, ce qui est à Dieu ”[20], “ Ni par la force ni par la puissance, mais par Mon Esprit, dit le Seigneur ”[21] [22]. Encore au 4e s., les Chrétiens Nicéens refusent de se mettre au service de Constantin[23].

Des athées au Moyen Âge ?
De l’Atlantique à l’Indonésie, de l’Océan indien à l’Irlande et de la Guinée à la Finlande, le Moyen Âge voit unanimement triompher le Monothéisme …avec de forts relents païens de sciences occultes, de Foi dans les reliques et les amulettes, et de culte des saints, des prophètes et des anges.

La seule exception possible à cette situation est l’empereur totalitaire Frédéric II (fin du 12e s.) sur lequel on se dispute encore pour savoir s’il était “adepte du Nouvel Age” ou athée[24] ou “catholique sincère”[25].

À la même époque, les Goliards, influencés par un reste d’Épicurisme, se moquent du Christianisme à cause de son éthique opposée à la débauche, aux excès de tables et à l’ivrognerie, mais ils manifestent, dans les Carmina Burana entre autres, leur foi en la Fatalité (la Fortuna) et certains restes de croyance catholique (Ex. : Des odes à Marie), mélangés aux textes blasphématoires[26].
À quelle époque, de quelle manière et dans quelle(s) civilisation(s) se produit l’apparition d’un discours influent rejetant les explications surnaturelles ? À la Renaissance

Machiavel (1469-1527) représente la première manifestation d’un Athéisme clair et net, cela dans toute l’histoire de l’humanité, en ce qu’il ne fait aucune mention de Dieu ou du surnaturel dans sa vision du monde et dans le fait qu’il rejette explicitement le Christianisme, cela parce que les valeurs fondamentales de ce dernier sont l’humilité, la bonté et la patience[27], alors que le mot d’ordre de Machiavel était “Feignez la bonté et faites le mal”

À la même époque apparaît Sigismondo Malatesta, un autre pionnier promoteur de la Renaissance gréco-romaine[28], de l’Athéisme et de l’expansion de la torture

“ Finally, torture is practiced by individuals who enjoy the sadistic pleasure of causing and observing agony. One thinks immediately of Sigismondo Malatesta, a [Renaissance] Italian nobleman [a poet and patron of the arts]–noted in Joseph McCabe’s American Atheist monograph, Thumbscrew and Rack–who kidnapped commoners off the streets and tortured them very creatively in his own private dungeon, thereby considerably advancing the technology ”[29]  La comtesse sorcière Erzebeth Bathory continua l’œuvre de Malatesta, torturant 600 adolescentes. Ces deux “ artistes ” ont fortement inspiré l’auteur athée Sade (Marquis de), surtout l’ouvrage Les cent vingt jours de Sodome

Machiavel veut rétablir l’Empire romain sur des bases philosophiques épicuriennes, mais un Épicurisme radicalisé : Cette époque, la Renaissance de l’Impérialisme romain, voit la traite des esclaves rétablie[30], la pédérastie gréco-romaine remise de l’avant[31], l’usure justifiée, la “chevaleresque” arme blanche supplantée par les “ lâches ” armes à feu qui serviront à détruire les civilisations amérindiennes et surtout, le respect des pauvres (mis de l’avant par le mouvement de la pauvreté évangélique) est remplacé[32] par l’Humanisme élitiste et par la monarchie totalitaire. Cette époque voit un pape ouvertement polygame baptisant sa fille Lucrèce en l’honneur du philosophe semi-athée Lucretius et les princes protestants (et nombre de princes catholiques aussi) sécularisant, c’est à dire pillant, les monastères pour financer leurs entreprises terrestres.

À quelle époque, de quelle manière et dans quelle(s) civilisation(s) se produit l’expansion d’un discours influent rejetant les explications surnaturelles ? Du 17e au 20e s.
Irréligion, franc-maçonnerie et les empires anglo-saxons
Plus tard, dans la Grande-Bretagne du 17e s., c’est le mécréant Thomas Hobbes qui prône la persécution des dévots de la Bible par la monarchie totalitaire et franc-maçonne des Stuart[33] ; or, les Francs-maçons affirment être une non-religion, malgré qu’elle fait référence ouvertement à la Sorcellerie dans sa doctrine officielle[34].

Le caractère franc-maçonnique de la monarchie et du gouvernement britannique s’affermit après la Glorieuse Révolution (1689) qui met sur le trône la dynastie Orangiste-Hanovrienne[35], jusqu’au milieu du 20e s. (Ex. : Le premier ministre conservateur Winston Churchill) Puis aux 18e et 19e s., les Francs-maçons et Épicuriens (Ex. : Thomas Jefferson[36]) fondent les Etats-Unis et étendent son Empire).

Ainsi, presque la moitié des généraux et présidents des Etats-Unis de 1776 à nos jours[37] sont Francs-maçons ou aspirant à cette appartenance dont George Washington, Thomas Jefferson, Abraham Lincoln, John Pershing (Chef de l’armée US pendant la 1e Guerre mondiale), le général en chef des forces alliés en Extrême Orient Douglas McArthur,[38] les Présidents Lyndon Johnson (1964-1969) et Gérald Ford (1974-1977).

De même est-il le cas pour les deux gourous politiques des Conservateurs au Sénat américain des 40 dernières années, tels que Barry Goldwater[39] (leader républicain des années ’60 à ’90), Bob Dole (candidat du Parti républicain 1996)[40] et Jesse Helms, malgré la façade religieuse de ce dernier (un ségrégationniste racial, anti-castriste ultramilitant et chef républicain de la commission des affaires étrangères de 1994 à 2003, qui est à l’origine de la doctrine unilatéraliste de George W. Bush [41])

Le sorcier franc-maçon Alastair Crowley est à l’origine de la secte athée de Scientologie :

“ Hubbard [Leader et fondateur de la secte] and Parsons were allegedly engaged in the practice of ritual magick in 1946, including an extended set of sex magick rituals called the Babalon Working, intended to summon a goddess or « moonchild. » (Among occultists today, it is widely accepted Hubbard derived a large part of ‘Dianetics’ from Golden Dawn occult ideas)… Discussions of these events can be found in the critical biographies Bare-Faced Messiah, A Piece of Blue Sky and in The Marburg Journal of Religion.”[42]

(Article en première page du Time Magazine (6 mai 1991) dénonçant la Scientologie comme étant une organisation criminelle internationale: http://www.time.com/time/archive/preview/0,10987,972865,00.html)

Dans le gouvernement Bush, la Scientologie jouit pourtant de l’appui solide de Collin Powell, de George Bush père[43] et fils[44], Jeb Bush[45] et Neil Bush[46]

 

Moon and Bush At the President’s Summit for America’s Future, Applied Scholastics pledged to train an additional 10,000 tutors to help an additional 200,000 children by the year 2000. Those attending the Summit included (from left) General and Mrs. Colin Powell, Barbara Bush, John Travolta, George Bush, Church of Scientology International executive Karen Hollander and LAPD Lieutenant Ron Sanchez

 

Matérialisme et esprit libertin au 17e et 18e s.
Les 17e et 18e voient aussi les marchands du Nord de l’Europe vendre leurs armes et leur assistance techniques aux régimes totalitaires Chinois et Japonais pour que ces derniers puissent exterminer les Chrétiens[47] puis, au 18e s., les dirigeants Libertins du Portugal (Pombal), d’Espagne (Charles III) et de France (Choiseul) persécutent les Jésuites jusqu’à l’extinction de leur ordre à cause du soutien de ces derniers aux communes amérindiennes chrétiennes d’Amérique du Sud.

La fin du 17e s. voit aussi le “protestant” Pierre Bayle rejeter du revers de la main les témoignages montrant que l’Extrême Orient croit unanimement en des divinités et inversement prendre pour argent comptant ceux qui prétendent que ces peuples ou une partie de leur population sont athées/agnostiques (Ces derniers témoignages servant en fait à faire croire au Pape que l’adoption des rites chinois n’a pas d’incidences spirituels) et que l’État chinois est “tolérant” ; il se sert de ces pseudo-faits pour “prouver” que l’Athéisme “n’a pas d’incidence négative sur les mœurs et encourage la tolérance”, puis il va jusqu’à prôner la persécution de l’Église chinoise par son “sage” souverain[48], sans même se demander en quoi les Chinois convertis sont coupables des persécutions religieuses commises par un Louis XIV beaucoup plus païen que chrétien. Ces arguments de Bayle (et ceux du Monarchiste totalitaire Hobbes) servent de bases au matérialisme pur de David Hume, sous-secrétaire d’État du Roi d’Angleterre.

L’Athéisme et la domination mondiale par l’Occident
La doctrine de Hume est l’origine de toutes les doctrines athées qui l’ont suivi. Cette doctrine postule que ce qui est percevable par les sens est fiable, alors que ce qui n’est pas percevable (Dieu, les anges, le Diable) n’existe pas ou n’est pas important. Pourtant si des milliards d’Hindous, de Taoïstes et de Bouddhistes (et dans le passé des Pythagoriciens et des Platoniciens), de Chamanistes, de Soufis (mysticistes musulmans) ne croient pas à ce que nos sens nous montrent[49], il est très arrogant de penser que quelques millions d’Occidentaux modernes (et d’Orientaux occidentalisés) ont raison, eux, en affirmant exactement le contraire.

Bien sûr, on peut toujours affirmer que les résultats de la science occidentale moderne prouvent l’efficacité de cette approche. À cela, on peut rétorquer trois choses : A) Si le Mysticisme oriental a raison, cette “ efficacité ” occidentale est elle-même une illusion B) Cette “ efficacité ” scientifique, associée au matérialisme capitaliste et marxiste a été mise au service des dictatures marxistes et pro-occidentales (y compris les Nazis[50]), du complexe militaro-industriel américain, qui ont mis la très grande majorité de l’humanité en esclavage pendant le 20e siècle, et cette “ efficacité ” scientifique est en train de détruire la planète.

C) Au départ, cette efficacité n’est pas un fruit de l’Athéisme. En effet, c’est le rejet évangélique de la Tradition qui a permis aux scientifiques de regarder librement ce que Dieu a à dire dans le Livre de la Création et ne plus être entravés par une vénération idolâtre envers les scientifiques du passé[51]. Dans son ouvrage sur les Quakers, Van Etten[52] attribue principalement à ces derniers, malgré leur petit nombre, l’avènement de la révolution scientifique.

Le Matérialisme de Hume fait de lui le grand penseur fondateur de la Droite britannique et américaine au 18e s.[53] selon L. STEPHEN qui rapporte que la stagnation “is the natural ideal of a skeptic”  En effet, cela demande a priori de la Foi pour croire qu’un monde autre que celui que l’on percevoit est possible ;  de plus, pourquoi un simple amas d’atomes dirigé par ses sensations devrait-il se préoccuper d’améliorer le sort d’autres amas d’atomes ? 

Dans le même ordre d’idée, le Capitalisme de Loi de la Jungle de son ami Adam Smith[54], l’Hédonisme de Jeremy Bentham[55] et James Mill (1e moitié du 19e s.) et le Positivisme trouvent tous leur origine dans l’Athéisme de Hume.[56] James Mill, disciple de Bentham et les positivistes furent les plus virulents promoteurs de l’Impérialisme occidental de toute leur époque[57].

Au XVIIIe s., c’est le Comte de Buffon, philosophe libertin (i. e. anti-religieux), qui s’était donné la mission de forger une théorie alternative contre la doctrine biblique de l’origine commune de toute l’humanité, doctrine animant le mouvement anti-esclavagiste des 18e-19e s.[58] Cette nouvelle théorie biologique raciste était appuyée par les autres philosophes irréligieux[59] dont Voltaire (…) La nouvelle doctrine biologique de Buffon est la Théorie de l’évolution[60]

Le racisme biologique de Buffon sera nourri et enrichi par les philosophes irréligieux des 19e et 1e moitié du 20e s. : Auguste Comte, David Ricardo, Jeremy Bentham, James Mill, Ernest Renan, John Stuart Mill, Karl Marx, Charles Darwin, Thomas Henry Huxley, Rudyard Kipling, H.G. Wells, Martin Heidegger[61]

Irréligion et totalitarisme
En 1793, la 1e Révolution française donne au groupe des Enragés (ou Hébertistes) l’occasion d’opérer le coup d’état qui leur permet de mettre en place une dictature athée qui impose la déchristianisation totale de la France : Le repos du dimanche et le calendrier grégorien (le nôtre) est aboli, les cultes protestants et catholiques sont interdits, les églises sont fermées et pillées et la Grande Terreur révolutionnaire s’abat sur les campagnes :

“ Entre janvier et juillet 1794, la population vendéenne, sans distinction de conviction politique, est pourchassée et massacrée par les “Colonnes infernales” du général Turreau, pendant qu’à Nantes Jean-Baptiste Carrier organise les “mariages républicains”, noyade massive des “brigands” de l’insurrection. Ces massacres sont qualifiés à l’époque de populicide par le [socialiste] Gracchus Babeuf. À la suite des travaux de Reynald Secher, quelques historiens utilisent le terme de « génocide »[62][63]

Au début du 19es, suite à l’échec de la 1e Révolution française, le concept de “l’Athéisme humanitaire” est particulièrement mis de l’avant par Auguste Comte qui fonde la Religion du Progrès et de l’Humanité, “grâce à laquelle la Foi en Dieu devient obsolète”. L’Humanisme de Comte n’empêchera pas ce dernier d’appuyer de toute son influence la dictature de Napoléon III, le racisme biologique et l’Impérialisme colonial ; par la suite plusieurs dictatures militaires racistes/fascistes seront fondées sur les idées positivistes de Comte au Brésil[64] et au Mexique[65]. En fait la doctrine de Comte prévoit que l’humanité devra subir la dictature d’un clergé scientifique masculin… “pour le plus grand bien” de ladite humanité.

Cette Religion de l’Humanité influencera Marx et surtout Lénine. Au 20e s., les plus grands massacres frappant l’humanité sont le fait du Nazisme pagano-athée et du Marxisme : Terrorisme de Trotsky, Purges de Staline, Campagne des Cent fleurs et Révolution culturelle de Mao, champs sanglants des Khmers rouges, famine des années ’80 en Éthiopie,…

Philippe RENOUX rapporte que l’Autriche de la fin du 19e s. et du début du 20e est en proie à un anti-christianisme virulent qui forge la pensée des fondateurs du Nazisme et cet anti-christianisme est le fruit de la philosophie irréligieuse germanique, celle de l’athéo-bouddhiste Schopenhauer[66] et du pagano-athée Nietzsche, l’un et l’autre prônent la venue d’un Surhomme qui supplantera Dieu :

“Dès 1880, Henri Heine avertit que les philosophies du Culte de la Nature vont déchaîner la Barbarie germanique et entraîner un cataclysme qui frappera le monde entier”. L’Athéisme de Schopenhauer forge par la suite celui de Darwin et de Freud[67]. En 1937, le pape Pie XI prononce l’excommunication des Nazis à cause de leur doctrine raciste et athée[68].

Les créateurs de la bombe atomique sont eux aussi des pagano-athées (Oppenheimer citant le Bagavad Gita en faisant exploser la bombe à Los Alamos) ou des athées purs, comme le rapporte Hubert Reeves[69] Edward Teller, le Docteur Folamour de la guerre thermo-nucléaire planétaire était selon son Autobiographie “ A THOROUGHLY secularized Jew ”[70]

Les liens entre l’irréligion, le nazisme et la pédophilie dans la littérature occidentale
Le monde littéraire européen se nourrit jusqu’à nos jours de l’inspiration du Marquis de Sade[71] de Nietzsche inspirateur du Nazisme et de Heidegger le nazi ; Michel Foucault, Jean-Paul Sartre, Simone De Beauvoir, Jaques Derrida et Philippe Sollers sont les leaders de la philosophie européenne irréligieuse des cinquante dernières années. Michel Foucault partageait les obsessions [de Sade] pour le sadomasochisme homosexuel, la drogue et le suicide. Il méprisait “tout ce qui, dans la civilisation occidentale, restreint la volonté de puissance” comme le rapporte James Miller[72]

Alain Finkielkraut, entre autres, rappelait encore récemment que Foucault avait fait l’apologie du lynchage en 1972[73] : “Dès les premières pages, qui décrivent avec de lugubres détails l’écorchement et l’écartèlement du régicide manqué, Damien, il y a un réjouissement vital dans le sang et la cruauté physique (…)” L’anti-humanisme de Foucault se manifesta aussi en 1977 alors qu’il signait une pétition réclamant la légalisation de la pédophilie[74] aux côtés de Philippe Sollers, Jean-Paul Sartre, Simone de Beauvoir et les futurs ministres Bernard Kouchner et Jack Lang (…) [puis en 1978] par son soutien à la terreur de Khomeiny en Iran (…) Encore à la fin de sa vie, Foucault dira à propos du nazi Martin Heidegger : “Pour moi, Heidegger a toujours été LE Philosophe par excellence (…) Mon développement philosophique tout entier a été déterminé en lisant Heidegger” C’est en lisant ce dernier que Foucault s’est converti à Nietzsche.  Pourtant dans l’édition de 1953 de son Introduction à la métaphysique, Heidegger louait encore “ the inner “truth and greatness” of this movement [die innere Wahrheit und Größe dieser Bewegung], » i.e. National Socialism ”[75], ce qui n’a pas empêché Foucault, Dérida et un grand nombre d’autres philosophes d’embrasser l’anti-humanisme[76] et le culte de la Grèce archaïque infanticide de Heidegger[77]

Michel Foucault, précisons-le, faisait partie d’une vaste mouvance déconstructionniste qui guerroyait avec le Marxisme pour la domination de la vie intellectuelle française d’après-guerre (dans laquelle Saïd était partie prenante[78]), beaucoup de ces intellectuels (dont Jacques Derrida[79]) étaient déchirés entre les deux ; les fondateurs de ce mouvement post-moderne sont le nazi Martin Heidegger[80] et le pro-nazi Paul de Man[81] Rappelons aussi que le lien entre le nazisme et le déconstructionnisme est le fait que l’un et l’autre rejettent la raison associée aux Lumières des 17e-18e s. et vont chercher leur inspiration dans le paganisme pré-socratique. L’article consacré au Marquis de Sade sur Wikipedia anglophone nous apprend que :

“ The surrealists admired him as one of their precursors, and Guillaume Apollinaire called him « the freest spirit that has yet existed”[82]”

Encore de nos jours (années ’90 et 2000), les leaders du Nouveau Roman Alain Robbe-Grillet et Michel Houellebecq prônent dans leurs romans, essais et interviews, l’abus envers les enfants[83], et de même Agota Kristof se complait de manière malsaine à mettre de jeunes garçons dans le même genre de situation tout le long de son roman Le grand cahier et les enseignants européens forcent les élèves à lire ce livre[84].
Athéisme, Paganisme et Impérialisme américain
Encore aujourd’hui en 2006 (alors même que les médias mettent la faute de l’impérialisme du président des Etats-Unis sur la religion) la politique impériale radicale est le fait des ministres paganisants[85] et matérialistes du président Bush : Les Vulcains. Les Vulcains se sont données ce nom en l’honneur du dieu païen[86] de la technologie, et un autre nom que ce donne ce groupe est La Cabale[87], c’est-à-dire selon Wikipedia une conspiration occulte de forces mauvaises[88].  De ce groupe font principalement partie Condoleeza Rice, Collin Powell, Richard Perle (qui se fait appeler le Prince des Ténèbres, c’est-à-dire Satan), Dick Cheney et Donald Rumsfeld. Les Vulcains sont les disciples de Leo Strauss[89], professeur de l’Université de Chicago, athée[90] prônant le retour à la “Sagesse” antidémocratique de l’Antiquité païenne gréco-romaine, une sagesse considérée comme étant supérieure à toute autre pensée, y compris celle de la Bible. Les Vulcains sont aussi disciples de Machiavel, par le biais du grand conseiller Robert Kaplan, auteur de Warrior Politics : Why [U.S.] Leadership Demands a Pagan Ethos.[91] :

“He finds this ethos in the Greeks and Romans, and in the framers of the Constitution, Alexander Hamilton, Churchill, Ronald Reagan”[92]

Le nouveau premier ministre conservateur du Canada, Stephen Harper, est lui aussi un Straussien malgré sa façade religieuse, cela depuis le temps où il est devenu un inconditionnel du cercle straussien de l’Université de Calgary : La Calgary School[93]

“ Une valse étrange unit George Bush, la Grèce antique et un penseur allemand décédé ” “ Philosophers and kings ” in The Economist, Juin 2003

D) La découverte des sociétés musulmanes et païennes asiatiques est-elle une cause de la sécularisation ou est-ce cette dernière qui ouvre une porte aux sectes païennes venant entre autres d’Orient ?

Ce qui a été dit au point A) et C) montre que la sécularisation de l’Occident a représenté une opposition radicale face au mysticisme qui domine majoritairement les religions d’Extrême Orient.

Déjà au moyen-âge, l’Occident avait été envahi par des vagues de Barbares païens venant d’Asie : Huns, Slaves, Hongrois, Coumans et Mongols. À cela s’ajoutaient les vagues d’invasions musulmanes venues elles aussi de l’Est et du Sud. L’élite culturelle médiévale ne pouvait donc pas ignorer le fait qu’il y a avait de multiples religions païennes en Asie et le contact direct avec l’Asie ne leur a donc pas appris ce fait, elle n’a fait qu’en donner un portrait plus précis ; or, ce portrait plus précis, loin d’avoir augmenté l’admiration de l’Occident par rapport à l’Orient, a plutôt désenchanté l’Occident et encouragé une vision terre à terre de l’Orient, comme étant simplement une source de profit et non un Monde de “Merveilles”, comme le voyait le moyen-âge.

Malgré tout cela, la montée de l’Impérialisme occidental a fini par créer un syncrétisme religieux en Occident et surtout dans la société américaine du 20e et 21e s.

Les sectes orientales dans la littérature et la musique occidentale
La combinaison entre le matérialisme et les emprunts à ces religions chez certains philosophes occidentaux (principalement Schopenhauer) doivent être vus plus comme une tentative de compromis et d’éclectisme, plutôt qu’une origine orientale de la sécularisation occidentale ; en effet, il est normal que l’intégration économique de toute la planète depuis 500 ans fasse que l’on fasse des emprunts à l’Orient. L’adoption du mysticisme bouddhiste par des intellectuels occidentaux du 20e s. comme le pronazi Herman Hesse (années ’10 à ’40) représente en fait un premier signe d’essoufflement du matérialisme moderne et non une cause de son expansion[94].

Il est par exemple frappant de constater que les leaders de la Beat Generation (années ‘40 à ’60) qui ont eux mêmes donné naissance à la Culture Rock des 50 dernières années sont adeptes du Bouddhisme[95] et du Spiritisme plutôt qu’athées, alors que la génération précédente (années ’20-’30 et avant) d’intellectuels américains était marxiste ou anarchiste (donc athée) comme le relate l’anarchiste ex-athée Dorothy Day[96] et la romancière Mary McCarthy[97]

Ainsi l’écrivain bisexuel beatnik William Burrough, bien que fervent lecteur de l’athée Marquis de Sade (bisexuel aussi), affirme en 1951 qu’un Esprit démoniaque l’a possédé et poussé à tuer sa femme[98]

De même en est-il du “Pape” de la culture Rock[99], Timothy Leary : Bien qu’ayant une Foi illimitée envers la science(-fiction), Timothy Leary avait aussi foi au Chamanisme, au Bouddhisme et au Spiritisme auxquelles l’ont mené sa consommation et sa promotion des drogues[100]

À partir des années ’70, une partie des Punks ont tenté de résister à ce retour du surnaturel en remettant de l’avant l’Anarchisme athée, le Nihilisme et le Marxisme ; mais même parmi les Punks anarchistes, nombre sont Anarcho-Bouddhistes, d’autres Anarcho-Taoïstes, d’autres Anarcho-Chrétiens.[101]

Cette époque où monte le Rock et le Mouvement Punk est aussi celle où le système marxiste-Léniniste s’écroule presque partout dans le monde après avoir endoctriné (y compris par lavage de cerveau) des dizaines de millions de personnes dans l’Athéisme. Même si les Marxistes anti-soviétiques non-Maoïstes jurent que cela ne leur fait rien, puisque “ce n’est pas le vrai Marxisme qui était en place”, l’effet sur la masse de l’humanité est que cela les convainc que l’Athéisme de Gauche ne marche pas et ne peut leur apporter le sens qu’ils recherchent pour leur vie.[102]

Sectes orientales dans le Gouvernement américain
Conséquemment, malgré le contrôle exercé par le Darwinisme sur les institutions scientifiques ainsi que la haute fonction publique, la justice (comme le montre les échecs répétés du Créationnisme dans les Cours de “justice” américaines), ainsi que sur nombre de journalistes, le Matérialisme est obligé de cohabiter avec l’influence du Paganisme oriental dans les cercles de pouvoir et d’influence. Déjà dans les années ’50 à ’70, le gouvernement des Etats-Unis (surtout la CIA) avait discrètement travaillé avec Timothy Leary[103]. De même aujourd’hui, les principaux ministres de Reagan et Bush (dont il a été dit plus haut qu’il était principalement formé par des adeptes de l’athée Léo Strauss) doivent partager ce pouvoir avec des représentants des sectes, surtout la secte syncrétiste de Sun Myung Moon, née en Extrême Orient. Ainsi le père[104] et un des frères[105] de George W. Bush prêchent-ils en faveur de Moon devant les décideurs mondiaux et les hommes de Moon ont depuis 30 ans fait leur entrée au Congrès des États-Unis[106] et à la C.I.A.[107] à côté des Straussiens. Ce même Moon a obtenu de plusieurs pasteurs américains qu’ils renient la croix du Christ au point de mettre les grandes reproductions de ladite croix qui orne leur bâtiment ecclésiastique et de la jeter dans les poubelles.[108]

En fait, le Moonisme fait son ascension dans l’empire américain sans que rien ne puisse l’arrêter, pas même le fait que Moon se proclame publiquement et répétitivement le Messie, et entre au Congrès US où on l’a couronné à l’été 2004 :

“ [Moon said to US Congress that] he had saved the souls of even such murderous dictators as Hitler and Stalin, who he claimed had received ‘the Blessing’ through him. Moon said the reformed Hitler and Stalin vouched for him from the spirit world, calling him ‘none other than humanity’s Savior, Messiah, Returning Lord and True Parent’”[109]

Moon affirme tout aussi publiquement que les 6 000 000 de Juifs exterminés méritaient leur sort[110].
CONCLUSION
Traditionnellement, les élites culturelles du monde entier se sont appuyées sur une cosmologie qui intègre des éléments surnaturels, à l’exception de quelques philosophes grecs et romains de l’Antiquité qui ont affirmé que les dieux existaient mais n’intervenaient pas dans la vie des humains. À la fin du moyen-âge, la nouvelle emphase de l’élite culturelle occidentale sur l’héritage gréco-romain a suscité la présence de quelques autres philosophes appartenant à l’aristocratie laïque, principalement Machiavel, dont le discours était totalement exempt de références surnaturelles.

La révolution technologique du 18e siècle a accouché d’une élite culturelle aristocratique issue du mouvement libertin, imbue de sa capacité à vaincre les puissances surnaturelles et utilisant parfois une vision fantasmatique de l’Asie comme prétexte à cette nouvelle vague de sécularisation. L’urbanisation, à partir de la 2e moitié du 18e siècle, a étendu la sécularisation à la petite bourgeoisie et à la classe ouvrière, ce qui s’est manifesté par l’avènement de mouvements séculiers de masse, tels que le Positivisme (idéologie du Progrès), l’anarchisme et le marxisme.

Le vide spirituel créé par la sécularisation a favorisé un syncrétisme intégrant des éléments venant des grandes civilisations occidentales et orientales ainsi que des animismes et chamanismes venant des cultures dites primitives d’Orient et d’Occident.

Aujourd’hui les sectes d’origine orientale telles que les Moonistes. Ces derniers ont réussi à s’infiltrer dans le Congrès (Parlement) des Etats-Unis, ainsi que la famille Bush et la CIA. Sachant que Moon ne se cache pas de vouloir dominer le monde entier d’une manière totalitaire et qu’il affirme que les 6 millions de Juifs exterminés méritaient leur sort, une telle situation promet la venue d’une nouvelle sorte de Nazisme…comme l’Apocalypse[111] le prédisait déjà 2000 ans plus tôt.


Notes

[1] – Troisième présenté à Serge Granger au cours L’Orientalisme, au Département d’histoire et de sciences politiques, Université de Sherbrooke, avril 2006.

[2] MINOIS, Georges. Histoire de l’athéisme : les incroyants dans le monde occidental, des origines à nos jours, Fayard, Paris 1998.

[3] FREEMAN, Charles Egypt, Greece and Rome Civilizations of the Ancient Mediterranean, Oxford University Press 1999 Extraits en ligne sur http://lachlan.bluehaze.com.au/books/egypt_greece_rome.html

[4] Et même dans le cas de ce dernier, la Catholic Encyclopedia affirme que “ in his own letter to Henaeceus (Laert., Life of Epicurus, XXVII), he states plainly a true theistic position ”

[5] O’KEEFE, Tim [Georgia State University],

“ Cyrenaics : 2. Epistemology ” in FIESER, James, U. of Tennessee, The Internet Encyclopedia of Philosophy, 2006

[6] Extraits des articles sur les Cyrénaïques in The Encyclopedia Britannica et de The Internet Encyclopedia of Philosophy (Éd. the University of Tennessee at Martin) http://hedonism.org/hedonism.htm

[7] “ Cyrenaics ” in The Internet Encyclopedia of Philosophy http://www.iep.utm.edu/c/cyren

[8] COOK, Vincent “ Epicurean History : The Intellectual Development and Spread of Epicureanism ” in The Epicurus & Epicurean Philosophy web site http://www.epicurus.net/en/history.html#B et http://en.wikipedia.org/wiki/Philosophical_skepticism#In_the_ancient_west

[9] “ James Mill on Religion ” in Utilitarianism :The ethical theory for all times, http://skeptically.org/, site web des California Skeptics, 2006

[10] “ Jeremy Bentham on Pleasure ” et

“ Jeremy Bentham: His Life and Impact ” in UTILITARIANISM: the ethical theory for all times, http://skeptically.org/, site web des California Skeptics

[11] BENTHAM, Jeremy. Whether it robs women ”, “ What says history? ”, “ How is it at Otaheite? ”, “ If it were more frequent than the regular connection in what sense could it be termed unnatural? ” et “ Among the antients–whether it excluded not the regular taste ”in Offences against One’s Self, 1785, [Publié dans les numéros d’automne et d’été 1978 du Journal of Homosexuality, v.3:4(1978), p.389-405; continué in v.4:1(1978) http://www.columbia.edu/cu/lweb/eresources/exhibitions/sw25/bentham/index.html#13

[12] COOK, Vincent “ Epicurean History : The Intellectual Development and Spread of Epicureanism ” IN The Epicurus & Epicurean Philosophy web site http://www.epicurus.net/en/history.html#B

[13] SEXTUS EMPIRICUS. Section “ 14. The ten modes : Natural or unnatural ” in Outlines of Pyrrhonism, [translated in english] by George MacDonald Ross, 1975–1999 : Book I, University of Leeds, GB, 2005

[14] Si on fait exception de la secte syncrétiste des Raéliens qui déguise ses dieux (“ les Élohim ”) sous un vocabulaire matérialiste (“ Ma religion, c’est la science ”) ; cette démarche étant sûrement empruntée aux Épicuriens, comme le montre les mœurs orgiaques que la secte met de l’avant

[15] “ Bouddhism ” in Stanford Encyclopedia of Philosophy, Stanford University, California, 2004 http://plato.stanford.edu/contents et

in The Internet Encyclopedia of Philosophy, 2006 http://www.iep.utm.edu/

[16] ALLARD, Rodrigue, “ 5) Écriture, philosophie et éthique ” in Les origines et les limites de la civilisation chinoise. , (présenté à l’Université du Québec à Rimouski, 2002) citant “ Confucius ” in (entre autres) le Dictionary of Comparative Religion, Ed. Charles Scribner & Sons, N.Y., 1970 et dans The Classic Encyclopaedia: Eleventh edition of the Encyclopaedia Britannica (Disponible sur ) http://www.samizdat.qc.ca/cosmos/sc_soc/histoire/chine_ra.htm#fnB27

[17] GILES, Herbert A. [Professeur de Chinois à l’University of Cambridge], “ CHAPTER II : Confucianism ” in Religions of Ancient China, Éd. Constable and Company Ltd., Londres, 1906, http://ancienthistory.about.com/library/bl/bl_text_earlychinrel2.htm

[18] Deutéronome 28:7 et 25 ; Josué 1:5 ; etc. in Ancien Testament http://www.samizdat.qc.ca//cosmos/sc_soc/histoire/#29

[19] Jean 18:36 in Nouveau Testament.

[20] Matthieu 22:21 ; Marc 12:14 ; Luc 20:25

[21] Zacharie 4:6

[22] Encore aujourd’hui, une des doctrine cardinales de l’Alliance [Protestante] Baptiste Mondiale est la Séparation de l’Église et de l’État http://www.bdsr.org/anabaptisme.htm

[23] Ecumenical Council of Nicea 325 : Canon 12, reproduit in chapitre 1B “ Early Christian ‘Disciplines’ or ‘Church Orders’ ” in YODER, John Howard Chapters in the History of Religiously Rooted NonViolence: A Series of Working Papers of the Joan B. Kroc Institute for International Peace Studies, University of Notre Dame, Notre Dame, Indiana

[24] http://en.wikipedia.org/wiki/Frederick_II,_Holy_Roman_Emperor#Personality

[25] FORNARI, Carlo et Alberto GENTILE, “ QUI ETAIT ET QUI NE POUVAIT PAS ETRE FREDERIC II de SOUABE ” in

[26] “ Latin Literature in Christianity (Sixth to Twentieth Century) ” in The Catholic Encyclopedia, Éd. Robert Appleton Company, 1910

[27] “ Nicolò Machiavelli ” in The Catholic Encyclopedia

[28] CATHOLIC ENCYCLOPEDIA “ House of Malatesta ”

[29] http://en.wikipedia.org/wiki/Torture#Torture_murder

[30] http://www.samizdat.qc.ca//cosmos/sc_soc/histoire/esclave_ra.htm

[31] http://en.wikipedia.org/wiki/Pederasty#Western_Europe

[32] UNESCO, “ Page 1 Page 2 CHANGER LE REGARD ELIMINATION DE LA PAUVRETE EN … ” www.unesco.org/most/ongpoverty.pdf

et “ La chronique d’Évelyne Pieiller : La peinture des pauvres ”, in l’Humanité, 3 juillet 2004.

[33] CHAKRAVARTHY Sampath Madhavan “ THE HIRAMIC LEGEND: WHENCE & WHEREFORE ” in PIETRE-STONES REVIEW OF FREEMASONRY

[34] Site officiel franc-maçon confirmant et justifiant l’utilisation du Pentagramme luciférien et affirmant entre autres que “ Lucifer est Jésus et non Satan ” http://freemasonry.bcy.ca/anti-masonry/pentagram.html

[35] STEVENSON, David The Origins of Freemasonry : Scotland’s Century, 1590-1710, Cambridge University Press, 1988

et http://www.freemasons-freemasonry.com/jenkinsroots.html

[36] JEFFERSON, Thomas. “ Letter to William Short, from Monticello, October 31, 1819 ” in Thomas Jefferson: Writings, Éd. Merrill D. Peterson/ Library of America, New York:, 1994, pp. 1430-1433

[37] ANARK “ Freemasons in the White House ” in Everything, 7 août 2001

[38] “ Famous masons ” in site web officiel Masonic Info http://www.masonicinfo.com/famous1.htm

[39] “ Famous masons ” in site web officiel de la Grande Loge Maçonnique de Colombie-Britannique et du Yukon http://freemasonry.bcy.ca/textfiles/famous.html

[40] Référence sur “ Famous masons ” in site web officiel Masonic Info http://www.masonicinfo.com/famous1.htm#D

[41] BRODER, David S. “ Jesse Helms, White Racist ”, Washington Post.com, mercredi 29 août 2001; Page A21 ; Discours de Rumsfeld louangeant Jesse Helms ;

Section “ Anticastrisme et “ pro-Bacardisme ” de
LABARIQUE, Paul et Arthur LEPIC. “ Otto Reich et la contre-révolution ” VOLTAIRE, éDITION INTERNATIONALE, 14 MAI 2004

et

[42] http://en.wikipedia.org/wiki/L._Ron_Hubbard

Hubbard et le Satanisme : CROWLEY, Michael, “ L. Ron Hubbard : SCIENTOLOGY’S ESTEEMED FOUNDER. ”, in Slate, vendredi le 15 juillet 2005, Éd. MSNBC,http://www.slate.com/id/2122835/?nav=navoa

[43] http://www.freedommag.org/english/LA/issue02/page05a.htm

[44] “ Will the Bush administration be a friend to Scientology? ” MSNBC February 5, 2001 By Jeannette WALLS

[45] Jeb Bush cache un meurtre commis par les Scientologues de Floride, selon le St. Petersburg Times (8 mars 2001) http://www.apologeticsindex.org/news1/an010313b.html#2 et il les subventionne

[46] Neil Bush fait voter des lois favorables à la Scientologie par le Congrès US : ROSS, Rick, in Cult News http://www.cultnews.com/archives/000342.html

[47] http://en.wikipedia.org/wiki/Dejima et

WEBER, Anne, Missionnaires et chrétientés en Chine dans la deuxième moitié du XVIIIe siècle.

L’exemple de la mission du Sichuan (1746-1769), Thèse soutenue en 2005, École nationale des chartes, Université de la Sorbonne, Paris

http://theses.enc.sorbonne.fr/document977.html et

CRUMP, Thomas, The Dutch East Indies Company – the first 100 years, Conférence présentée au Gresham College, GB, 1er mars 2006

http://www.gresham.ac.uk/event.asp?PageId=45&EventId=454

[48] PINOT, Virgile “ II Les Philosophes : Bayle ” in La Chine et la formation de l’esprit philosophique en France 1640-1740, Éd. Slatkine, Genève, 1971, p.314-327

[49] Sur la doctrine de l’illusion sensorielle, Maya, voir entre autres http://en.wikipedia.org/wiki/Maya : Establishing_the_existence_of_Maya

[50] Sur le soutien des matérialistes capitalistes occidentaux à Hitler MÊME APRÈS L’ENTRÉE EN GUERRE OFFICIELLE DE L’OCCIDENT CONTRE LUI, voir ces références d’une précédente recherche réalisée par moi-même :

http://www.samizdat.qc.ca//cosmos/sc_soc/sc_po/mond_ra.htm#fn25 http://www.samizdat.qc.ca//cosmos/sc_soc/sc_po/mond_ra.htm – fn42

http://www.samizdat.qc.ca//cosmos/sc_soc/sc_po/mond_ra.htm – fn45

http://www.samizdat.qc.ca//cosmos/sc_soc/sc_po/mond_ra.htm#fn52

http://www.samizdat.qc.ca//cosmos/sc_soc/sc_po/mond_ra.htm#fn76

http://www.samizdat.qc.ca//cosmos/sc_soc/sc_po/mond_ra.htm#fn57

[51] Sur les origines chrétiennes de la Révolution scientifique : KAISER, Christopher B. “ The Creationist Tradition in the History of Science ” in PSCF 45 (June 1993): 80 –89 ; MURPHY, George L. “ Possible Influences of Biblical Beliefs upon Physics ” in PSCF, 48 (June 1996): 82 ; MILES, Sara Joan, “ From Being to Becoming: Science and Theology in the Eighteenth Century ” in PSCF, 43 (December 1991) ;  PENCE, Terry G. “ Charles S. Pierce, Scientific Method, and God ” in PSCF 49.3:156-161 (9/1997) ; SPRADLEY, Joseph L. “ Tradition and Faith in the Copernican Revolution ”, in PSCF 43.1:36-42 (3/1991) ; RUSSEL, Colin “ Without a Memory ” in PSCF, 45 (March 1993): 219-221.

[52] VAN ETTEN, Henry George Fox et les Quakers, Éditions du Seuil, 1956, chapitre sur les “ Lumières ”

[53] Leslie Stephen, History of English Thought in the Eighteenth Century, vol. 2, Londres, Éd. Smith, Elder and Co., 1876, p.185. (Tel que cité par WIKIPEDIA qui rapporte aussi que “It has been argued that he [Hume] was a major inspiration for James Madison‘s writings, and the Federalist No. 10 in particular.”)

[54] http://en.wikipedia.org/wiki/Adam_Smith

[55] Et aussi dans l’Épicurisme comme mentionné plus haut dans ce présent travail

[56] http://en.wikipedia.org/wiki/David_Hume

[57] http://en.wikipedia.org/wiki/James_Mill#Career

[58] Voir section consacrée aux abolitionnistes dans http://www.samizdat.qc.ca//cosmos/sc_soc/histoire/esclave_ra.htm

Aussi : John Wesley, 1703-1791 [Père des Églises Méthodistes et Pentecôtistes]

Thoughts upon Slavery in “ A Collection of Religious Tracts. ”

Philadelphia: Re-printed in Philadelphia, with notes, and sold by Joseph Crukshank, 1784 ;

NEGRO SLAVERY UNJUSTIFIABLE, A DISCOURSE, BY ALEXANDER M’LEOD, A.M.,Pastor of the Reformed Presbyterian Congregation in the City of New-York, Éd. T. & J. SWORDS, 1802 : “ The Reformed Presbytery has judicially condemned the practice, and warned their connections against it. This produced an additional evidence of the force of Christian principle, It triumphed over self-interest; and, in several parts of the United States, have men sacrificed, on the altar of Religion, the property which the civil law gave them in their fellow men, There is not a slave-holder now in the communion of the Reformed Presbytery ”

[59] Sur l’irréligion de Voltaire, voir entre autres http://fr.wikipedia.org/wiki/Candide et Lettre à d’Alembert, 5 avril 1766; Voltaire avait les mêmes croyances que les Francs-maçons
Indifférence de Montesquieu : http://plato.stanford.edu/entries/montesquieu/#4.5
Sur le racisme biologique des “ Lumières ” : ESTÈVE, Laurent. Montesquieu, Rousseau, Diderot du genre humain au bois d’ébène : les silences du droit naturel, Éd. UNESCO, Paris, 2002

[60] http://fr.wikipedia.org/wiki/Buffon

[61] SAÏD, E. L’Orientalisme, 1978, p. 19, 27, 28 ;

PRASHAD, Vijay [Professeur et Directeur des International Studies au Trinity College, Hartford, Connecticut] “ The Phantasm Of Empire: (With A British Accent) ” in Z Magazine, May 11, 2003 et

http://www.tamilnation.org/oneworld/imperialism.htm;

SHIPMAN, Pat [Pennsylvania State University] The Evolution of Racism : Human Differences and the Use and Abuse of Science, 1994 ;

COMTE, Auguste. Cathéchisme Positiviste, 1852 (Cité dans .)

WELLS, Herbert George. Outline of History, 1920

LEVY, David and Sandra J. PEART. “ Eugenics Rides a Time Machine : H.G. Wells’ outline of genocide ” [Critique libertarienne du socialo-racisme de Wells] in Reason Online, March 26, 2002

[62] http://fr.wikipedia.org/wiki/#_note-0

[63] http://fr.wikipedia.org/wiki/Guerre_de_Vendée#Les_massacres_en_Vendée

[64] BOSI, Alfredo “ O positivismo no Brasil: uma ideologia de longa duração ”, MOISES, Leyla Perrone

Do positivismo à desconstrução. Idéias francesas na América. São Paulo, Éd. Universita Sociale Popular,

2004 (Référencé par )

[65] MERCADO, Gerardo “ Positivismo y Porfirismo ” in Mar Y Arena, nov. 98, Universidad Autónoma de Sinaloa [Mexique] : Facultad de Ciencias Sociales,

[66] Bouddhisme de Schopenhauer http://en.wikipedia.org/wiki/Schopenhauer#Philosophy Schopenhauer est aussi un misogyne qui inspire en cela Nietzsche http://en.wikipedia.org/wiki/Schopenhauer#Schopenhauer_on_women Nietzsche disait (in chap. 18 de Ainsi parlait Zarathoustra) “ Quand tu vas vers les femmes, vas y avec un fouet ” http://users.compaqnet.be/cn127103/Nietzsche_thus_spake_zarathustra/I_18.html

[67] http://en.wikipedia.org/wiki/Schopenhauer#Influence

[68] RENOUX in La Montée de Hitler : Hasards, complaisance, complicités…, Éd. CHARLES HERISSEY, 2004, p.30, 32-33, 38, 46

[69] ONF – Hubert Reeves : conteur d’étoiles, 2001

[70] SELIGMAN, Dan “ Summaries : Memoirs by Edward Teller ” in Commentary, New York, Vol. 112 • November 2001 • No. 4

[71] http://en.wikipedia.org/wiki/Marquis_de_Sade#Appraisal_and_criticism

[72] LILLA, Mark. “ James Miller : La Passion Foucault ” in www.republique-des-lettres.com/journal/ , lundi 30 janvier 1995

[73] – FINKIELKRAUT, Alain. “ L’autre Foucault ” in L’Arche n°559, octobre 2004

[74] HENLEY, Jon “ Calls for legal child sex rebound on luminaries of May 68 ”The Guardian: Saturday, February 24, 2001. Aussi : DAENINCKX, Didier “ Les profiteurs du « Grand Bazar ”, Amnistia, Paris, lundi 12 mars 2001

[75] http://en.wikipedia.org/wiki/Martin_Heidegger#Heidegger_and_Nazi_Germany

[76] FERRY, Luc et Alain Renaut La Pensée 68, Éd. Gallimard, Coll. Folio Essais 1988

[77] EDLER, Frank H. W. “ Alfred Baeumler on Hölderlin and the Greeks : Reflections on the Heidegger-Baeumler Relationship ”, in Janus Head, Trivium Publications, Amherst, New York, 1999

[78] Rappelons en effet que Saïd était un parfait polyglotte www.politis.fr/article377.html

[79] http://en.wikipedia.org/wiki/Jacques_Derrida#Criticism_of_Derrida

[80] SHEEHAN, Thomas “ A Normal Nazi : Review of The Heidegger Controversy. A Critical Readeredited by Richard Wolin [formerly published by Columbia University Press] MIT Press, 305 pp
. ” in The New York Review of Books, VOLUME 40, NUMBER 1 & 2 · January 14, 1993

[81] http://en.wikipedia.org/wiki/Paul_de_Man

[82] http://en.wikipedia.org/wiki/Marquis_de_Sade#Appraisal_and_criticism

[83] GOBIN, Marie “ Le dernier tabou, la pédophilie par Marie Gobin ” in Lire, décembre 2001 / janvier 2002 ; HOUELLEBECQ, Michel. “ La question pédophile ” in L’Infini, no 59, 1997 et Plateforme, Éd. Flammarion, 2001

[84] AUBERT, Claude, Rapport [no P 1473-A] de la Commission des pétitions chargée d’étudier la pétition relative à la lecture de livres contenant des scènes de pornographie imposée aux élèves de l’école publique, Éd. Secrétariat du Grand Conseil, Genève, 28 oct. 2004

[85] CRONKITE, A. “ JUDEO-CHRISTIAN DECADENCE AT THE FOUNT OF POWER ” in Ether Zone, 15 mai 2003 (Référencé par http://www.sourcewatch.org/index.php?title=Leo_Strauss#Influence_on_Office_of_Special_Plans http://www.sourcewatch.org/index.php?title=Leo_Strauss#Published_Works of Strauss and Other sources

[86] http://en.wikipedia.org/wiki/The_Vulcans

[87] HERSH, Seymour M. “ SELECTIVE INTELLIGENCE : Donald Rumsfeld has his own special sources. Are they reliable? ”, in The New Yorker, 12 mai 2003, http://www.newyorker.com/fact/content/articles/030512fa_fact

[88] http://en.wikipedia.org/wiki/Cabal : “ The term also holds a general meaning of intrigue and conspiracy. Its usage carries strong connotations of shadowy corners and insidious influence; a cabal is more evil and selective than, say, a faction ” Le terme Cabale vient d’un livre de Sorcellerie appelé La Kabbale qui est central dans le Judaïsme http://en.wikipedia.org/wiki/Kabbalah#Textual_antiquity_of_esoteric_mysticism

[89] HERSH, SEYMOUR M. “ SELECTIVE INTELLIGENCE : Donald Rumsfeld has his own special sources. Are they reliable? ” in The New Yorker, 2003-05-12 ;

FRACHON, Daniel et Daniel VERNET. “ Le stratège et le philosophe” in Journal Le Monde, 15 avril 2003 (Traduction anglaise : )

[90] LOCKE, Robert. “ Leo Strauss: Neocon Guru ” FrontPage Magazine, May 31, 2002 Disp. sur http://zfacts.com/p/765.html

[91] MANN, James. Rise of the Vulcans – The History of Bush’s War Cabinet, Éd. Viking, 2004 et NORTON, Anne. Leo Strauss and the Politics of American Empire, New Haven, Connecticut, Yale University Press, 2004

[92] http://www.amazon.com/gp/product/0375726276/ref=sib_rdr_dp/002-6566282-9764044?%5Fencoding=UTF8&me=ATVPDKIKX0DER&no=283155&st=books&n=283155

[93] WIKIPEDIA “ Calgary School ” et “ Stephen Harper : Background ” ;

MACDONALD, Marci. “ The Man Behind Stephen Harper ” in The Walrus Magazine, janvier 2006

[94] Hesse quoique Suisse et marié à une juive était très complaisant envers les Nazis qui s’inspiraient de ses écrits bouddhistes et contrairement à la légende, il était déjà pro-guerre pendant la 1e Guerre mondiale

[95] Voir entre autres KEROUAC, The Dhamma Bums [Trad. Les clochards célectes] et http://en.wikipedia.org/wiki/Allen_Ginsberg#Career Bien que fils de Juifs membres du Parti Communiste, le leader beatnik Allen Ginsburg était un gay Bouddhiste et non athée ; il a été jusqu’à sa mort en 1997 un supporter de la North American Man-Boy Love Association que le mouvement Gay en général n’a cessé d’appuyer officiellement qu’en 1994

[96] Voir les chapitres sur la période de sa vie adulte avant sa conversion in COLES, Robert Dorothy Day; A Radical Devotion. Radcliffe[College of Harvard U.] Biography Series, Éd. Addison-Wesley Publishing Co., Reading, Massachusetts. 1987

[97] Voir entre autres son roman autobiographique The Group (1964) adapté par Sydney LUMET (1966) Revue de sa biographie la plus récente http://archive.salon.com/books/review/2000/03/08/kiernan/

[98] “ Joan ” in PICKFORD, Lucas. Interzone : WILLIAM S. BURROUGHS 1914-1997 (Site personnel de L. Pickford), 2006 (Référencé par WIKIPEDIA) Burrourgh était bisexuel, pratiquant entre autres la pédérastie

[99] http://en.wikipedia.org/wiki/Timothy_Leary#Influence_on_others

[100] La consommation des drogues pour entrer en contact avec les esprits est une constante des religions païenne à travers le monde http://en.wikipedia.org/wiki/Timothy_Leary#Exploration_of_psychedelics

http://en.wikipedia.org/wiki/Timothy_Leary#Other_interests

[101] http://en.wikipedia.org/wiki/Punk_ideology#Secularism_and_spirituality

[102] http://en.wikipedia.org/wiki/Marxism#The_October_Revolution

[103] LEE, Martin A. et al. ACID DREAMS :The Complete Social History of LSD:The CIA, the Sixties, and Beyond, Éd. Grove Atlantic, NY, 1985

http://www.levity.com/aciddreams/dox.html

[104] “ Bush [Senior] Praises Sun Myung Moon as ‘Man With The Vision’ ” in Reuter, Nov 25, 1996

[105] GORENFELD, John, “ Neil Bush Meets the Messiah ”, in AlterNet, December 5, 2005. et http://en.wikipedia.org/wiki/Neil_Bush#Speaking_engagements

[106] BABINGTON, Charles et Alan COOPERMAN, “ The Rev. Moon Honored at [Capitol] Hill Reception ”, The Washington Post, mercredi, 23 juin 2004, p.A01

Post.Com/wp-dyn/articles/A61932-2004Jun22.html

[107] PARRY, Robert, Dark Side of Rev. Moon Series in The Consortium News, 1997, Éd. The Consortium for Independent Journalism 6.html (Robert Parry a participé au dévoilement du scandale Iran-Contra dans les années ’80, pour Associated Press et Newsweek)

[108] NORMAN, Tony, “ A spiritual hoodwinking ”, Tuesday, July 06, 2004, in The Pittsburg Post-Gazette http://www.post-gazette.com/pg/04188/342412.stm et
GORENFELD, John, “ Tear Down the Cross : Why is President Bush supporting a group trying to convince African-American churches to literally throw their crosses in the trash?” in The Gadflyer, 21 déc. 2004,

[109] http://en.wikipedia.org/wiki/Sun_Myung_Moon#Moon_Crowned_by_U.S._Congressmen

[110] http://en.wikipedia.org/wiki/Unification_Church_and_anti-Semitism#Passages_in_Rev._Moon.27s_talks

[111] Ap. 13 : 3-4, 15-17

Source : www.samizdat.qc.ca/cosmos/sc_soc/secul_ra.htm

Article en rapport avec le sujet:
http://www.parolesdedieu.fr/these-duhem-jaki-lexplication-du-role-croyances-chretiennes-lessor-science-comparees-aux-idees-paiennes-anti-scientifiques-en-regard-grandes-civilisations/



Un commentaire pour “La sécularisation de l’occident”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.