La Chine développe le test anal du Covid et accuse les catholiques chinois d’être à l’origine de l’épidémie !

Dans un développement étrange, la Chine a commencé à tester le COVID-19 en utilisant une technique de prélèvement anal à la place des prélèvements habituels du nez et de la gorge après que les autorités sanitaires chinoises ont affirmé que « le coronavirus survit plus longtemps dans l’anus ou les excréments que dans le haut du corps ».

La nouvelle technique, qui consiste à insérer un coton-tige d’environ 1 à 2 pouces dans le rectum, «peut augmenter le taux de détection des personnes infectées», a déclaré Li Tongzeng, médecin-chef de l’hôpital You’an de Beijing Télévision centrale chinoise (CCTV).

CCTV a depuis déclaré que la nouvelle procédure, qui prend environ 10 secondes, ne deviendra pas une pratique courante car elle n’est «pas pratique». Le test anal sera cependant utilisé pour tester les arrivées internationales, ainsi que d’autres groupes classés comme ayant besoin d’une «surveillance étroite», dans le cadre d’un quadruple régime de test.

Un groupe de chercheurs médicaux chinois a publié un article dans la revue Future Medicine en août 2020. Les chercheurs concluaient que, même après que les patients aient été guéris du COVID-19, les échantillons de selles ont toujours été testés positifs pour le SRAS-CoV-2, le virus qui cause le COVID19.

Pour cette raison, ils affirmaient que les «écouvillons anaux pourraient être le spécimen optimal pour la détection du SRAS-CoV-2 pour évaluer la sortie de l’hôpital des patients COVID-19.» Le groupe conseillait que les « patients avec des résultats de selles positifs nécessitent un isolement supplémentaire jusqu’à ce que le virus soit complètement éliminé ».

Un expert médical chinois, Yang Zhanqiu, a publiquement mis en doute la fiabilité de ces nouveaux prélèvements.

Le document de recherche trouve «des cas cliniquement guéris [de patients atteints de COVID-19] avec des résultats positifs [du virus] uniquement sur des prélèvements anaux», mais étant donné que les prélèvements de gorge normaux sont systématiquement négatifs à ce stade, Senanayake a déclaré que «si vous trouvez un écouvillon anal positif, cela pourrait être déroutant».

Senanayake a poursuivi en accusant le gouvernement chinois «d’essayer probablement de trouver [ou] de ramasser autant de cas que possible», soulignant que la méthode pourrait potentiellement être utilisée pour des raisons politiques plutôt qu’à des fins médicales.

La Chine est bien connue pour son maintien de l’ordre sévère et coercitif et pour la violation de la dignité de ses citoyens. Les récentes accusations selon lesquelles les catholiques sont à l’origine de la propagation du COVID-19 étaient parrainées par l’État, au plus haut niveau.

Après que de nombreuses publications aient commencé à circuler dans la région du Hebei, affirmant que le village de Xiao Guozhuang est un bastion catholique qui accueillait régulièrement des «activités mystérieuses», Sun Chunlan, deuxième vice-premier ministre chinois, a déclaré : «Il est nécessaire de tirer des leçons de la diffusion de l’épidémie causée par les activités religieuses et suspendre les activités de groupe dans les lieux de culte religieux et autres lieux de rassemblement».

Il y a également eu des accusations selon lesquelles des membres du clergé étrangers en visite auraient apporté et propagé le virus. Ces affirmations ont été rejetées par des responsables de l’Association patriotique catholique chinoise (CPA), l’église approuvée par l’État en Chine, qui a affirmé qu’il est «presque impossible» pour des prêtres étrangers d’entrer dans le pays, excluant ainsi le clergé catholique d’être responsable de la propagation du virus.

Malgré les protestations du CPA et «aucune preuve que la source de l’épidémie soit directement liée aux rassemblements religieux», «les activités religieuses illégales dans les zones rurales» sont strictement punies par les autorités chinoises.

Source : https://www.medias-presse.info/la-chine-developpe-le-test-anal-du-covid-et-accuse-les-catholiques-chinois-detre-a-lorigine-de-lepidemie/139410/



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.