Il ne faut pas vacciner les enfants contre le Covid-19

L’indication de tout traitement doit reposer sur l’évaluation de la balance avantages / risques pour les sujets auxquels on le propose, afin de respecter une des règles fondatrices de la médecine « d’abord ne pas nuire ». De plus, un vaccin et a fortiori une thérapie génique nouvelle est un médicament à visée préventive et non curative.

Chez l’enfant, il y a actuellement beaucoup de risques à craindre et aucun avantage à espérer.

Les enfants ne peuvent espérer aucun bénéfice personnel des vaccins covid-19

L’ensemble de la littérature internationale[1] [2] [3] [4] [5] [6] [7] et les données de Santé Publique France montrent que la maladie est rare[8] et bénigne chez l’enfant.[9] En France, après 15 mois d’épidémie et sur près de 8 millions d’enfants de moins de 15 ans, il n’a été recensé que 3 décès attribués au Covid (ces enfants souffraient déjà de maladies graves), alors que la grippe saisonnière en tue entre 7 et 10 chaque année.

Personne ne propose la vaccination antigrippale, pourtant ancienne et bien connue, aux enfants. Mais aujourd’hui des médecins qui ne mentionnent jamais leurs liens d’intérêts avec les firmes pharmaceutiques font campagne pour leur imposer un pseudo vaccin totalement expérimental dont l’efficacité n’est pas prouvée ni chez eux ni chez les adultes, l’expérimentation devant obtenir ses premiers résultats à partir de 2023, et dont les risques n’ont pas été évalués, et ce pour une maladie trois fois moins grave que la grippe dans cette tranche d’âge.

Les enfants ne peuvent donc espérer aucun bénéfice personnel de cette vaccination.

La proposer et/ou tenter de leur imposer par le pass vaccinal est contraire à l’éthique médicale détaillée par l’Association Médicale Mondiale[10] et confirmée dans sa dernière assemblée générale à Cordoue en 2020, et qui stipule : « un traitement ne doit être proposé qu’à ceux qui peuvent en espérer un bénéfice personnel »,[11] [12] fidèle aux conclusions du code de Nuremberg de 1947.

Il n’y a aucun avantage sociétal à espérer de la vaccination covid des enfants.

En dehors du fait qu’il est inacceptable d’imposer un traitement expérimental à des enfants qui ne peuvent en tirer aucun bénéfice, il est de plus contraire à l’état actuel de la science de prétendre que cette vaccination des enfants pourrait diminuer la transmission, car la maladie n’est pas transmise par les enfants, la vaccination n’empêche pas les transmissions et favorise l’émergence des variants.

Les enfants ne sont pas responsables de la transmission de la maladie

20 à 30% des transmissions du virus grippal se réalisent à l’école, mais ce n’est pas du tout le cas pour le Covid-19.

Après plus de 160 millions de cas comptabilisés par l’OMS le 20/5/2021, et plus de 11 000 articles consacrés au Covid-19 chez l’enfant, recensés par PubMed,[13] il n’existe aucune description démontrée d’une contamination par un enfant[14] ni à un autre enfant, ni à un adulte.

Toutes les études épidémiologiques réalisées au début de l’épidémie, lorsque la faible fréquence de la maladie permettait de suivre avec certitude la voie des contaminations, ont montré que les enfants sont contaminés par des adultes proches et ne transmettent pas la maladie. C’est en particulier le cas des trois études françaises, celle de l’INSERM sur le premier cas pédiatrique français aux Contamines[15] celle de l’Institut Pasteur[16] sur les écoles de Creil et celle des pédiatres parisiens.[17] Cette absence de dissémination par les enfants a été confirmée par une dizaine d’études étrangères en Irlande,[18] aux Pays-Bas,[19] en Australie,[20] en Suède,[21] en Estonie,[22] en Corée du Sud.[23]

De plus, la réouverture des écoles dans de nombreux pays n’a jamais été suivie par une recrudescence des contaminations[24] dans la population générale, les foyers de contaminations apparus étant constamment liés à la présence d’adultes contaminés parfois super contaminateurs.[25]

Toutes ces analyses des faits avérés indiquent que les enfants ne participeraient (s’ils y participent ?) qu’exceptionnellement à la chaîne de transmission du SARS-CoV-2.

Même si les vaccins permettaient d’empêcher toute transmission, la vaccination des enfants ne pourrait donc pas aider à contrôler l’épidémie.

Les vaccins actuels n’empêchent pas la contagion

Les vaccinés restent contagieux. Les campagnes massives de vaccination réalisées à l’étranger ont même été suivies d’une exacerbation des contaminations durant plusieurs semaines.[26]

Quelques exemples les plus démonstratifs sont ceux des Seychelles, de l’île de Man, des Émirats Arabes Unis ou de Gibraltar, dont les courbes publiées par l’OMS[27] montrent que l’épidémie a flambé malgré l’obtention d’une couverture vaccinale très élevée.[28]

Voir tableau ici

C’est encore plus frappant à Gibraltar où la couverture vaccinale de la population dépasse les 100% (car la vaccination a été élargie aux visiteurs espagnols)

Voir ici

Ou dans l’île de Man

Voir ici

Ou encore dans les Émirats arabes Unis

Voir ici

Cette incapacité des vaccins d’empêcher la transmission de la maladie a été évoquée dès décembre 2020 par le scientifique en chef de l’OMS, le Dr Soumya Swaminathan.

« Je ne crois pas que nous avons les preuves sur l’un ou l’autre des vaccins pour être sûrs que cela va empêcher les gens d’avoir réellement l’infection et donc de ne plus être en mesure de la transmettre ».

Elle a depuis été confirmée par le ministre de la Santé français, O. Veran, devant le Conseil d’État.

« La vaccination n’élimine pas complètement la possibilité que les personnes vaccinées demeurent porteuses du virus et soient contagieuses ».

Les vaccins Covid actuels exposent à de très nombreuses complications

Comme tout traitement actif, les vaccins exposent à des effets secondaires. Mais les cas de complications rapportées après vaccination anti Covid19 sont beaucoup plus nombreux que pour les autres vaccins.

En France, la vaccination des soignants dans les hôpitaux a été suivie de si nombreuses complications entraînant des arrêts de travail que la Haute Autorité de Santé a recommandé de ne pas vacciner tous les membres d’un service en même temps pour ne pas risquer la fermeture du service.

Des épidémies de mortalité post vaccinale chez les pensionnaires d’EHPAD ont justifié une alerte de l’agence sanitaire norvégienne et sa recommandation de ne plus vacciner les personnes très âgées et très fragiles chez lesquelles « des effets secondaires mineurs pourraient entraîner la mort ».

Il est de plus rapporté des morts survenues chez des jeunes en bonne santé vaccinés, alors qu’ils ne risquaient rien du covid, comme cet interne en médecine de Nantes, un médecin de Miami, une infirmière espagnole entre nombreux autres.[29]

Le recul actuel insuffisant ne permet pas d’estimer précisément le risque vaccinal antiCovid, mais il est déjà largement supérieur à ce qui est tolérable pour une maladie peu mortifère. Après quelques mois de vaccination, le site Eudravigilance de l’agence européenne du médicament comptabilise plus de 10 000 morts post vaccination Covid, chiffre qui dépasse par un facteur 100 le nombre des morts recensées après des vaccinations pourtant bien plus fréquentes comme les vaccinations obligatoires.[30] Rappelons que jusqu’à une période récente, le principe de précaution faisait interrompre tout essai thérapeutique après un certain nombre de morts suspectes évalué en dizaines. La vaccination contre la grippe porcine en 1976 avait été ainsi interrompue après 53 décès suspects et le vaccin anti H1N1 après 56 décès plus récemment. Aux USA, où plus de 3000 décès rapides sont rapportés à la suite du vaccin anticovid, les chercheurs estiment que ce chiffre est l’équivalent des morts dénombrés en plus de 21 ans, tous vaccins confondus aux USA.[31]

Voir ici

Vacciner les enfants contre le covid les expose à des risques sans bénéfice personnel

Dans son Avis du 30 avril 2021, même le Conseil d’Orientation de la Stratégie Vaccinale totalement pro vaccin reconnaît :

« pour initier la vaccination des enfants, il est indispensable que la balance bénéfice-risque soit fermement établie, ce qui n’est pas le cas aujourd’hui. »

La prise en compte des faits actuellement avérés fait pourtant dès maintenant fortement pencher la balance avantage/risque du côté des risques sans bénéfice.

En Grande-Bretagne, des dizaines de scientifiques et médecins[32] ont écrit à l’Agence de réglementation des médicaments et des produits de santé (MHRA) pour dire qu’il est « irresponsable, contraire à l’éthique et inutile » de vacciner les enfants contre le covid-19.

« Nous ne devons pas être la génération d’adultes qui, par une hâte et une peur inutiles, mettent en danger la santé des enfants. Toutes les interventions médicales comportent un risque de préjudice, nous avons donc le devoir d’agir avec prudence et proportionnalité.

C’est particulièrement le cas lorsqu’on envisage une intervention de masse dans une population en bonne santé, dans laquelle il doit y avoir des preuves solides de bénéfices bien supérieurs aux préjudices. »

Le 14 mai le patron de l’OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus a appelé les pays à renoncer à vacciner les enfants et les adolescents contre la COVID.[33]

Arrêtons d’écouter les représentants de commerce des marchands de vaccin qui entretiennent la panique dans tous les médias ; examinons les faits avérés.

Vacciner les enfants contre le Covid19 les exposerait à des risques importants sans aucun espoir de bénéfice ni personnel ni sociétal, sauf pour les actionnaires et patrons des firmes pharmaceutiques. Le patron de Moderna est ainsi devenu un des nouveaux milliardaires français en 2020.

Risques du complexe médico-industriel

Répétons sans nous lasser les avertissements du Professeur de droit international Mary Holland devant l’assemblée de l’ONU en 2016. Les précautions du PR Holland en conclusion de son exposé sont explicites[34] [35] [36]

« Comme nous le savons tous, les soins de santé partout dans le monde représentent un fameux business. Les vaccins représentent un marché qui ne cesse de croître, comme d’apporter des marges de plus en plus élevées de profits.

Si nous ne respectons pas les premiers principes du droit à la vie, à la liberté et à l’intégrité corporelle des personnes, du droit à consentement préalable libre et éclairé en médecine, nous pourrions nous retrouver dans des situations désastreuses prévisibles ou même inconnues. »

Pour conclure, je veux paraphraser le discours d’adieu du Président Eisenhower aux États-Unis en 1961, quand il faisait allusion aux risques que pouvait comporter le « complexe militaro-industriel ». Je substitue le terme « médico-industriel » aux paroles du président parce que je crois que ce « complexe médico-industriel » présente de nombreux risques que le président avait prédits dans son discours :

« Le potentiel d’une montée désastreuse du pouvoir existe et persistera. Nous ne devons jamais permettre que ce complexe mette en danger nos libertés ou notre processus démocratique.

Nous ne devons rien prendre pour acquis.

Seuls des citoyens éveillés et bien informés peuvent contraindre l’énorme machinerie industrielle et médicale à respecter nos méthodes et nos objectifs pour que la sécurité et la liberté puissent prospérer ensemble… En gardant l’œil sur la recherche et les découvertes scientifiques, comme il nous appartient de le faire, nous devons aussi rester attentifs au danger égal et opposé qui conduirait la politique à devenir elle-même captive d’une élite scientifique et technologique ».

ET la phrase capitale :

« c’est à partir de débuts insignifiants que les valeurs d’une société entière peuvent être renversées. »[37]

Notes

[1] Plus de 11000 articles référencés sur PubMed

[2] Peter Brodin Why is COVID-19 so mild in children ? Editorial Acta Paediatrica 24 March 2020

[3] Hong H, Wang Y, Chung H-T, Chen C-J, Clinical characteristics of novel coronavirus disease 2019 (COVID-19) in newborns, infants and children, Pediatrics and Neonatology, https://doi.org/10.1016/j.pedneo.2020.03.001.

[4] Ya-Nan Han et al. A Comparative-Descriptive Analysis of Clinical Characteristics in 2019-Coronavirus-infected Children and Adults Pediatrics April 2020

[5] Haiyan Qiu Clinical and epidemiological features of 36 children with coronavirus disease 2019 (COVID-19) in Zhejiang, China : an observational cohort study Lancet Infect Dis. 2020 25 mars ; S1473-3099 (20) 30198

[6] LiangSua the different clinical characteristics of corona virus disease cases between children and their families in China — the character of children with COVID-19 Emerging Microbes & Infections 2020, VOL. 9

[7] Ludvigsson JF. Un examen systématique du COVID-19 chez les enfants montre des cas plus bénins et un meilleur pronostic que les adultes. Acta Paediatr. 2020 ; 109 : 1088 – 1095.

[8] D’après les données de Public Health England, sur plus d’un million d’enfants présents en milieu préscolaire et scolaire en juin, seuls 70 cas d’infection étaient détectés

[9] FR 24 Seulement 0,01% des écoles touchées par des épidémies de coronavirus après la réouverture et aucun enfant n’a eu besoin de soins hospitaliers 24 aout 2020 https://www.fr24news.com/fr/a/2020/08/seulement-001-des-ecoles-touchees-par-des-epidemies-de-coronavirus-apres-la-reouverture-et-aucun-enfant-na-eu-besoin-de-soins-hospitaliers.

[10] Depuis sa fondation en 1947 l’AMM a pour objectif essentiel d’établir et de promouvoir les plus hautes normes possibles de comportement éthique et de soins par les médecins. Dans cette optique l’AMM a adopté des politiques mondiales sur une série de questions éthiques relatives au professionnalisme médical, aux soins des patients, à la recherche sur les sujets humains et sur la santé publique. Le Conseil de l’AMM et ses comités permanents révisent régulièrement les politiques existantes pour les actualiser. Il rédige aussi de nouvelles politiques sur les questions éthiques émergentes. https://www.wma.net/fr/ce-que-nous-faisons/ethique

[11] Déclaration de Cordoue de l’AMM sur la relation entre médecin et patient — WMA — The World Medical Association

[12] Code International d’Éthique Médicale de l’AMM — WMA — The World Medical Association : Le code a été adopté pour la première fois en 1949, modifié trois fois, dont la dernière en 2006. La refonte proposée fait apparaître de nouvelles dispositions, qui portent sur les éventuels conflits d’intérêts des médecins, la télémédecine et l’environnement. On lit en particulier :►LE MÉDECIN DEVRA toujours exercer son jugement professionnel de manière indépendante et respecter les plus hautes normes en matière de conduite professionnelle.►LE MÉDECIN DEVRA respecter le droit d’un patient jouissant de ses capacités d’accepter ou de refuser un traitement.►LE MÉDECIN NE DEVRA pas se laisser influencer dans son jugement par un profit personnel ou une discrimination injuste.

[13] Base de données internationale des articles universitaires recensés dans le monde accessible à tous gratuitement : https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/

[14] Benjamin Lee et William V. Raszka Covid19 transmission children are not to blame Pediatrics aug 2020, 146 e2020004879 ;DOI : https://doi.org/10.1542/peds.2020-004879

[15] Kostas DANIS et al. pour Santé Publique France Cluster of coronavirus disease 2019 (Covid-19) in the French Alps, 2020 Clinical Infectious Diseases Oxford University Press for the Infectious Diseases Society of America

[16] A Fontanet et al. SARS-CoV-2 infection in primary schools in northern France : A retrospective cohort study in an area of high transmission medRxiv 2020

[17] Christèle Gras-Le Guen https://theconversation.com/rentree-scolaire-la-covid-19-n’est-definitivement-pas-une-maladie-pediatrique-145287

[18] Heavey L, Casey G, Kelly C, et al. No evidence of secondary transmission of COVID-19 from children attending school in Ireland, 2020. Euro Surveill 2020 ;25 :2000903.

[19] National Institute for Public Health and the Environment. Ministry of health, welfare, and sport. Netherlands. Children and COVID-19. Available : https://www.rivm.nl/en/novel-coronavirus-covid-19/children-and-covid-19

[20] Centre national de recherche et de surveillance de la vaccination. COVID-19 dans les écoles — L’expérience en NSW. Nouvelle-Galles du Sud, Australie : Centre national de recherche et de surveillance sur l’immunisation

[21] Hildenwall H, Luthander J, Rhedin S, et al. Paediatric COVID-19 admissions in a region with open schools during the two first months of the pandemic. Acta Paediatr. 2020 ; 00 :1-3. https://doi.org/10.1111/apa.15432

[22] Indrė Stacevičienė A cross-sectional study of screening for coronavirus disease 2019 (COVID-19) at the pediatric emergency department in Vilnius during the first wave of the pandemic Eur J Pediatr25 févr.2021. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC7906570/pdf/431_2021_Article_3999.pdf

[23] Young Joon Park Contact Tracing during Coronavirus Disease Outbreak, South Korea, 20201. EID Journal Volume 26 Number 10 — October 2020

[24] FR 24 Pas de masques, pas de distanciation : les écoles au Danemark défient COVID-19 — avec succès jusqu’à présent 13 septembre 2020https://www.fr24news.com/fr/a/2020/09/pas-de-masques-pas-de-distanciation-les-ecoles-au-danemark-defient-covid-19-avec-succes-jusqua-present.html

[25] Chen Stein-Zamir A large COVID-19 outbreak in a high school 10 days after schools’ reopening, Israel, May Euro Surveill 2020 Jul ;25(29) :2001352. doi : 10.2807/1560-7917.ES.2020.25.29.2001352.

[26] Et surgit une hécatombe post vaccinale ! — Nouveau Monde (nouveau-monde.ca)

[27] Sur le site OMS Covid19 Dashboard

[28] Vaccin anti-covid-19, un cadeau empoisonné pour les pays pauvres ? (francesoir.fr)

[29] Brighteon appel urgent au réveil vidéo de la chaîne allemande KLA.tv

[30] European database of suspected adverse drug reaction reports — Background (adrreports.eu)

[31] https://vaers.hhs.gov/

[32] Dont le Dr Ros Jones (photo), pédiatre à la retraite. Incroyablement, la lettre met en garde la MHRA contre les dangers des vaccins qui sont « précipités sur le marché ». Il a été signé par plus de 40 médecins, scientifiques et médecins, dont le professeur Karol Sikora, doyen de la médecine à l’Université de Buckingham, et Lord Moonie, un ancien consultant en médecine de santé publique

[33] et faire don des doses ainsi libérées au système Covax pour les redistribuer aux pays défavorisés.AFP vendredi, 14 mai 2021 10 :18

[34] https://lesbrindherbes.org/2016/12/25/mary-holland-vaccination-obligatoire-viole-code-de-nuremberg/

[35] Vidéos : https://healthimpactnews.com/2016/n-y-law-professor-addresses-u-n-on-government-vaccine-policies-violating-the-nuremberg Professor Mary Holland addressing the U.N. regarding civil rights related to government vaccine policies.

[36] initiativecitoyenne.be/2016/05/mary-holland-prof-de-droit-a-l-universite-de-new-york-interpelle-les-nations-unies-sur-les-politiques-vaccinales-qui-violent-le-code

[37] Vaccins obligatoires et éthique médicale ? Qu’est devenue la référence au code de Nuremberg ? — AgoraVox le média citoyen

Source : https://fr.sott.net/article/37333-Il-ne-faut-pas-vacciner-les-enfants-contre-le-Covid-19



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.