Des hiéroglyphes égyptiens en Australie

Commentaire: Ce site archéologique démontre que la meilleure explication est celle donnée par la bible. Celle-ci dit qu’avant le déluge (en -2370) la terre ne formait qu’un seul continent et l’humanité qu’une seule langue et qu’une seule culture. Ces hiéroglyphes de 5000 ans étaient donc très probablement le système d’écriture mondial de cette époque. Ces hiéroglyphes furent réutilisés par les Égyptiens dans leur propre langue (le copte), après l’épisode de Babel et la dispersion de l’humanité, selon leurs propres phonèmes et structure grammaticale (les hiéroglyphes n’étant qu’un système de rébus). Pour cela voir les travaux du français Fernand Crombette.

Australie : Des hiéroglyphes égyptiens de 5000 ans !

Des hiéroglyphes égyptiens de 5.000 ans en Australie remettent en question une partie de l’Histoire !

L’histoire est remise en question suite à la découverte de hiéroglyphes égyptiens vieux de 5000 en Australie.
Soit la tectonique des plaques a changé radicalement au cours des 5000 dernières années, soit ce que nous savions des anciens Égyptiens est peut-être erroné.
Dans tous les cas, il semble que l’Histoire n’a pas fourni la bonne version.

Ce qui est encore plus troublant est que cela n’est pas la première découverte qui démystifie les documents historiques actuels, et les dossiers semblent avoir besoin d’une sérieuse révision.

Les Égyptiens ont voyagé à travers le monde avant Christophe Collomb ou Zheng He !

Il y a bien sûr des sceptiques purs et durs qui ne reconnaîtront jamais le fait que des hiéroglyphes égyptiens de 5000 ans ont bien été découverts en Australie.
Il serait idiot de penser à cela étant donné que les preuves historiques actuelles suggèrent en effet que les Égyptiens ne possédaient pas la capacité pour les voyages à travers les océans.
Ainsi, cela peut-être un choc pour beaucoup de personnes qui découvrent que les anciens Égyptiens ont pu avoir des contacts avec les civilisations américaines antiques.
La découverte a été faite en 1992, quand un scientifique allemand effectuait une série de tests sur différentes momies égyptiennes très anciennes.
Les résultats des tests ont révélé des traces de haschisch, de tabac et de cocaïne dans les cheveux, la peau et les os des momies.
Cela peut même suggérer que les anciens Égyptiens connaissaient les usages de ces plantes avant tout le monde.
Le tabac et la cocaïne se sont répandus seulement dans le continent qui constitue l’Amérique moderne.
La question est, comment est-ce qu’une de ces plantes est arrivée dans l’Égypte ancienne bien avant que les Européens ne découvrent les Amériques. Ces découvertes sont révolutionnaires, car elles indiquent évidemment que les anciens Égyptiens avaient la capacité de voyager à travers les océans.
Cela signifie non seulement que notre histoire actuelle est peut-être erronée, mais aussi la possibilité qu’il pourrait y avoir d’autres cultures anciennes qui ont développé la capacité de voyager sur de longues distance à travers les mers et les océans, ou même développé d’autres formes de technologie ou de capacités que nous ne connaissons pas dans les manuels d’histoire.

Les glyphes de Gosford !


En étudiant les anciens hiéroglyphes, de nombreux chercheurs croient en l’authenticité des glyphes. Les glyphes utilisent aussi une forme de phrase égyptienne ancienne et une structuration grammaticale qui ont été récemment découverts.
Les glyphes sont situés dans le Parc national de Brisbane Water à Kariong.
Ces textes hiéroglyphiques pourraient briser l’histoire connue du public et réécrire des milliers de documents historiques.
Connu sous le nom les glyphes de Gosford, ils ont effectivement été découverts dans les années 1900, et les quelque 250 sculptures de pierre ont été une partie intégrante de la culture locale et du folklore pendant environ un siècle.

Le style d’écriture des glyphes est ce qui les rend si unique. Ils semblent être très anciens et ont utilisé une forme archaïque de phrase et de structuration de mots qui étaient seulement utilisées chez les premières dynasties égyptiennes.
En fait, les glyphes de Gosford sont si anciens qu’on ne trouve presque rien à leur sujet, ceux qui tentent donc de les étudier ont rapporté peu de progrès.
La plupart des égyptologues n’ont même pas la capacité ou les connaissances pour traduire ces glyphes.

Source : https://changera.blogspot.fr/2017/07/australie-des-hieroglyphes-egyptiens-de.html

 

One thought on “Des hiéroglyphes égyptiens en Australie”

  1. Apparemment ils ne sont pas reconnus par les égyptologues comme authentiques:

    https://en.wikipedia.org/wiki/Kariong,_New_South_Wales#Gosford_glyphs

    Les glyphes de Gosford forment un groupe d’environ 300 pseudo-hiéroglyphes égyptiens dans une région connue pour ses pétroglyphes aborigènes. Ils sont sculptés dans deux murs de grès parallèles d’environ 15 m de long. Ils représentent des bateaux, des poulets, des chiens, des hiboux, des bâtons, un os de chien ainsi que deux qui semblent être les noms de rois, l’un d’eux étant Khufu, l’autre est incertain. Ces noms reçoivent le même nom personnel et le même nom de trône. Il y a aussi une sculpture de l’ancien dieu égyptien Anubis. Ils ont été signalés pour la première fois en 1975 par Alan Dash, un arpenteur local qui visitait la région depuis sept ans. Dash a continué à visiter l’endroit pendant cinq ans et a rapporté que le nombre de hiéroglyphes avait augmenté à chaque visite.

    Depuis lors, les hiéroglyphes ont été allégués par des égyptologues amateurs être un script authentique sculpté par les anciens égyptiens il y a environ 4 500 ans, le professeur Ockinga a déclaré « qu’il y avait de nombreuses raisons pour lesquelles ils ne sont pas acceptés comme de véritables hiéroglyphes… Tout d’abord, la façon dont ils sont gravés ne correspond pas à la façon dont les inscriptions dans le roc égyptiennes étaient produites, elles sont très désorganisés… Il y a aussi un problème avec les formes réelles des signes utilisés. Il est impossible que les gens aient écrit des textes de l’époque de Chéops à partir des signes qui n’ont été inventés que 2500 ans plus tard. » Il a suggéré que les glyphes auraient pu être faits dans les années 1920 par des soldats australiens qui avaient servi en Egypte, citant un exemple de formes en forme de Sphinx et une pyramide connue pour avoir été faite par un soldat de retour. Le professeur australien d’égyptologie Naguib Kanawatia a également déclaré qu’ils ne sont pas authentiques, disant que les hiéroglyphes dans les mêmes panneaux étaient de périodes très différentes et certains ont été sculptés à l’envers.

    Les géologues ont déclaré que le grès dans lequel les hiéroglyphes sont sculptés s’érode rapidement et que les pétroglyphes aborigènes de près de 250 ans montrent une érosion beaucoup plus importante. En 1983, David Lamber, alors conservateur d’art rupestre pour le National Park Wildlife Service, a trouvé quelques hiéroglyphes sculptés proprement qu’il a estimés avoir moins de douze mois.

    En 2013, le gouvernement de la Nouvelle-Galles du Sud a déclaré la région entourant les glyphes comme un lieu aborigène.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *