La glycation ou le vieillissement accéléré

La GLYCATION.

Publié le 31 décembre 2016 par boisvert

« Ce n’est pas parce que les choses sont difficiles que nous n’osons pas les faire, mais c’est parce que nous n’osons pas les faire qu’elles sont difficiles »  Sénèque.

Nous parlons souvent de glycation alors aujourd’hui nous allons détailler ce que ce terme signifie réellement.

En fait dans la glycation, il y a 3 étapes :

– La première c’est la rencontre de glucose et d’acide aminé qui provoque la protéine glyquée, (ou base de Schiff), en quelques heures.

– La deuxième c’est la transformation de cette protéine glyquée en produit d’Amadori, en quelques jours

– La troisième et dernière, les produits d’Amadori se transforment en AGE (Advanced Glycation End products) en quelques semaines.

L’important à savoir c’est que les deux premiers stades sont réversibles, le dernier ne l’est plus. Vous avez pris un « coup de vieux ».

Ce phénomène se produit dans notre organisme, mais il se produit également en dehors lorsque par exemple vous cuisez une viande à haute température, le brunissement des tissus apparaît et ce phénomène que l’on peut observer, viande grillée, croûte du pain bien dorée, est le même qui se produit à l’intérieur du corps lorsque du glucose rencontre une protéine. C’est une sorte de caramélisation spontanée des protéines organiques. C’est Louis-Camille Maillard qui a découvert ce phénomène en 1911 et a donc donné son nom à ces molécules très toxiques, les molécules de Maillard. Lorsque vous mangez un steak bien grillé au barbecue on dit même que vous ingurgitez la toxicité de 1000 cigarettes.

Comme cause du vieillissement, nous ne sommes pas seulement victime de la rouille et du rancissement dûs à l’oxydation, aux radicaux libres, pas plus qu’au déclin hormonal, mais de cette glycation qui est la conséquence directe de notre consommation de sucre (glucose ou fructose) ou d’une cuisson à très haute température (+ de 180°),au four, à la poêle ou pire, au barbecue. Lorsqu’un AGE est en place dans nos cellules, il y reste. C’est tous les jours que nous lui en apportons. En effet les AGE, c’est ce qui donne la couleur bien dorée, le bon goût, le fumet. Plus la cuisson est poussée, plus il y a de réaction de Maillard. Ce bon poulet qui sort du four, bien doré, qui sent si bon est donc rempli d’AGE. Même notre café si odorant, lui aussi, si attirant, mais produit de la torréfaction, … toujours AGE. On se rend compte que, hélas ! ce qui est bon au goût, qui sent bon, n’est pas toujours bon pour la santé.

Vous avez remarqué qu’au 3ème stade, c’est devenu irréversible. En effet la cellule ne peut plus se débarrasser de ces produits ainsi formés. La cellule est dotée d’un petit organite appelé protéasome qui détruit les protéines en les coupant en de nombreux peptides de 9 à 12 acides aminés inoffensifs. Mais ce protéasome ne peut pas détruire les protéines glyquées. Ces produits s’entassent donc dans la cellule sans qu’elle puisse s’en débarrasser. Et petit à petit ces éléments entraînent un dysfonctionnement du métabolisme de la cellule et provoquent sa mort. Les végétaux grillés sont moins toxiques, mais pas sains pour autant.

La glycation des protéines fait perdre l’élasticité des vaisseaux, entraîne un défaut de vasodilatation et, suite logique, une perturbation de la circulation des petits et gros vaisseaux. Lorsque la circulation se ralentit, ce sont tous les organes qui souffrent.

Ces protéines glyquées accélèrent le vieillissement et altèrent la fluidité du métabolisme. Elles créent un stress oxydatif majeur avec production de radicaux libres en grand nombre, ce qui entraine la survenue de maladies inflammatoires, de maladies des yeux, du cœur, des reins, la dégénérescence des neurones et donc l’apparition des maladies les plus graves comme la SLA (sclérose latérale amyotrophique), maladie de Parkinson, maladie d’Alzheimer (maladies de dégénérescence).

Etant donné qu’au stade 3, c’est à dire au stade des AGE, on ne peut plus rien faire, c’est devenu irréversible, il faut donc agir avant.

Vous l’avez compris, c’est au stade de  l’hygiène de vie que nous avons des moyens d’action. L’alimentation (régimes cétogène et paléo) qui permet de limiter la consommation des sucres,  mode cuisson douce autant que possible,  pratique d’une activité physique modérée mais régulière, et enfin élimination des sources de stress.

Parmi les aliments favorables, on peut citer les alliacées (ail, poireaux, oignons),  raisin, cannelle, thé vert, vigne rouge, feuille de goyave, thym, romarin, girofle, les polyphénols et les flavonoïdes, en fait, beaucoup de légumes et fruits.

Parmi les micronutriments on peut citer :

– En priorité la carnosine ou L-Carnosine qui est connue depuis plus d’un siècle. Ses propriétés anti-vieillissement ont été démontrées à de nombreuses reprises. C’est une molécule naturelle que l’on trouve dans le muscle squelettique et dans le cerveau. Des taux élevés de carnosine sont présents dans les cellules à longue durée de vie, comme les neurones. On peut dire que la teneur en carnosine est un marqueur de jeunesse biologique et donc d’une longévité accrue. Avec l’âge, sa concentration dans les muscles diminue. L’effet le plus important de la carnosine est son effet anti-glycation. La carnosine réagit avec les sucres comme le glucose pour former de la carnosine glyquée qui est sans toxicité pour l’organisme et peut être éliminée sans problème. La carnosine protège de la plaque d’athérome, a également un rôle très important pour les neurotransmetteurs, élimine quelques métaux lourds, et est aussi bénéfique dans la prévention du cancer. La carnosine est bénéfique aux fibroblastes de la peau qui ont une capacité de prolifération atténuée avec l’âge. Une étude in-vivo sur 20 volontaires a pu mettre en évidence une amélioration de l’aspect du visage, une augmentation de la résistance musculaire, du bien-être, du sommeil et de la libido.

Autres micronutriments bénéfiques contre la glycation :

– Resvératrol (article)

– L’acide alpha-lipoïque

– La N-Acétyl Cystéine (NAC)  – Acide alpha lipoique et NAC étant les précurseurs du très intéressant antioxydant, le glutathion.

– Le sulforaphane (crucifères, tous les choux)

– Le jus de Noni

– L’ashwaganda

– L’astragale (article)

– Et aussi, toutes les techniques alimentaires comme jeûne, monodiètes, restriction alimentaire.

– Dernièrement nous avons vu aussi que les ventouses scarifiées étaient à même de « sortir » ces protéines glyquées

Voilà, vous en savez assez pour lutter contre le vieillissement. En ces temps de grandes libations des fêtes de fin d’année, je sais que vous allez m’en vouloir, mais fuyez au moins les grandes quantités de produits sucrés. Bonnes fêtes à tous !

Fernand Joubert

Source : http://santenature.over-blog.com/2016/12/la-glycation.html?utm_source=_ob_email&utm_medium=_ob_notification&utm_campaign=_ob_pushmail



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.