Estrosi, l’homme qui voulait vacciner les enfants de 3 ans, a dû reculer !

Christian Estrosi, le maire de Nice, a décidé que tous les enfants à partir de trois ans devront, pour être reçus en centre de loisirs, produire un certificat de vaccination ou un test négatif dès mercredi 28 juillet. Mais les Niçois l’ont fait reculer.

Christian Estrosi et sa femme ont reçu un traitement à la chloroquine

« Nous étions tous les deux concernés, pendant quatre, cinq jours qui ont été un peu éprouvants… Mais enfin comme une forte grippe. Je l’ai vécu parfaitement bien. Aujourd’hui, j’en suis au sixième jour. J’ai le sentiment d’être guéri. Je suis en pleine forme, tout simplement. »

Conclusion du maire de Nice :  « J’ai décidé de faire confiance au professeur Raoult pour plusieurs raisons. D’abord parce que je le connais bien (…) Je sais que c’est un homme auquel j’ai le devoir de faire confiance car (…) toutes ses recherches ont été à la fois porteuses d’espoir et de résultat ».

La chloroquine ? Quelle chloroquine ?

Le 31 mars 2020 la presse people est sur le front du covid : « Désormais guéri, le maire de Nice raconte le calvaire qu’il a vécu, au cours d’un témoignage poignant. Le coronavirus ne lui a laissé aucun répit. »

Conclusion du maire de Nice : « Il faut prendre toutes les précautions. Le geste de chacun est une barrière, un geste qui peut permettre de se sauver soi-même et sauver énormément de gens. J’appelle chacun à prendre toutes les mesures et à respecter le confinement »

Alerte sur le front de Nice ! gare au virus !

Il faut dès cet été atteindre l’« immunité collective » à cause de la montée des « cas ». Le concept d’immunité collective a été analysé . L’autre supercherie, les cas — fondés sur des tests PCR , dont le créateur a lui-même déclaré qu’ils ne servaient à rien — a été décortiquée là.

L’ampleur de l’arnaque s’est  manifestée pleinement en Islande. Avec 85 % de la population vaccinée, l’envolée des fameux « cas » a justifié récemment de nouvelles mesures « sanitaires ». Que de guillemets pour ces concepts absurdes ! La réalité, intangible, c’est la mort : AUCUNE MORT due au Covid n’a été à déplorer en Islande du 21 novembre 2020 au 23 juillet 2021 — chiffres officiels qu’il faut chercher derrière les chiffres des « cas » mis en avant.

Aux gueux qui n’ont pas droit au traitement de leur maire, ne reste plus qu’une injection de thérapie génique expérimentale. Leurs enfants aussi, dès trois ans. Et à leurs risques et périls, bien sûr. Personne n’est responsable des effets indésirables. 

Il y a urgence ! Ah bon. Quels sont les chiffres de décès du covid ?

Sur 943 000 habitants, on dénombre officiellement 19 décès du covid en moyenne cette semaine (âge et co-morbidités ne sont pas communiqués). Le taux d’occupation des lits de réanimation a Nice est effrayant : 22,4 % !

Vacciner les tout-petits : une bonne idée ?

La Société française de pédiatrie n’est guère favorable à la vaccination des jeunes, à l’exception des enfants présentant des comorbidités importantes : « La Covid-19 chez l’enfant est le plus souvent asymptomatique, les enfants sont peu contagieux et très peu de formes sévères ont été décrites, même pour ceux atteints de pathologies chroniques. » Le Comité consultatif national d’éthique déclare également que vacciner un enfant ne présente qu’un infime bénéfice individuel à court terme. 

Les laboratoires n’ont pas encore pu présenter de résultats pour les 5-11 ans. Cela ne les a pas empêché de les vacciner : 8 057 moins de 12 ans, d’après le site Géodes, qui recense les données de Santé Publique France. Ce sont certainement des enfants avec des pathologies importantes. Sinon, les laboratoires n’auraient pas osé leur faire courir de risques.

Christian Estrosi, lui, ose tout !

– Après le détournement, en 1989, d’une subvention du conseil général des Alpes-Maritimes de 750 000 francs destinée à l’association « le Golf de Nice »,

– après le « détournement de fonds publics », pour un envoi massif de courriers contenant un bulletin de soutien de l’Association des amis de Nicolas Sarkozy (dont Christian Estrosi est alors le secrétaire général), affranchis aux frais de l’Assemblée nationale,

– après de nombreuses «irrégularités » d’un système de « stationnement intelligent » pour un coût de dix millions d’euros…

c’est le même qui décide de la santé des tout-petits Niçois.

Les mesures dictatoriales de Christian Estrosi ont reçu l’accueil qu’elles méritaient. Après un premier rassemblement en fin de matinée place Masséna, 3 800 manifestants selon Nice-Matin, 10 000 selon les participants, sont partis en début d’après-midi de la place Garibaldi. La police leur a bloqué le passage, les empêchant de se rendre sur la voie rapide.

Après ces manifestations, le maire de Nice a fait volte-face — c’est son habitude. Les Pass sanitaires, absolument obligatoires dès 3 ans pour bénéficier des centres de loisirs, ont été réduits à des tests salivaires et simplement «  recommandés ».

Jacqueline pour Le Média en 4-4-2.

Source : https://lemediaen442.fr/estrosi-lhomme-qui-voulait-vacciner-les-enfants-de-3-ans-a-du-reculer/

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.