Enquête lancée sur un pic anormal de décès de nouveau-nés en Écosse

Nous avons une petite idée concernant la réponse à cette augmentation anormale de décès de nouveau-nés en Écosse. D’autant que l’article lui-même concède que les mamans des 21 nourrissons décédés n’avaient pas eu le Covid-19.

Il reste donc une seule question à se poser, qui ne l’a pas été dans ce long article du Herald : ont-elles été vaccinées ? Comment est-il possible de tourner à ce point autour du pot et de ne même pas se poser la question, la seule qui compte ! Nous savons d’ores et déjà que les fausses couches ont augmenté de manière spectaculaire depuis la vaccination ainsi que de très nombreux troubles du cycle menstruel. De toute façon, une manière très simple confirmera cette possibilité, il suffira de suivre les chiffres du mois d’octobre, puis de novembre… Si ce pic de décès augmente ou tout simplement se stabilise, cela confirmera la causalité. Bien entendu, une enquête judiciaire devra être menée et des autopsies réalisées.

Les chiffres officiels révèlent que 21 nourrissons sont décédés en septembre dans les 28 jours suivant la naissance, faisant franchir le taux de mortalité néonatale à un seuil d’avertissement supérieur connu sous le nom de « limite de contrôle » pour la première fois depuis au moins quatre ans.

Les limites de contrôle et d’avertissement sont conçues pour signaler aux équipes de santé publique lorsque des décès de nouveau-nés, de mortinaissances ou d’autres nourrissons surviennent à des niveaux élevés ou faibles inattendus qui peuvent ne pas être dus au hasard.

Des inquiétudes ont déjà été soulevées concernant l’impact potentiel de Covid sur les services de maternité et le bien-être maternel, mais c’est la première fois depuis le début de la pandémie que les décès néonatals sont si anormalement supérieurs à la moyenne.

Bien que le taux fluctue d’un mois à l’autre, le chiffre pour septembre – à 4,9 pour 1000 naissances vivantes – est comparable aux niveaux qui ont été généralement observés pour la dernière fois à la fin des années 1980.

Public Health Scotland (PHS), qui est l’un des organismes enquêtant actuellement sur le pic, a déclaré que le fait que la limite de contrôle supérieure ait été dépassée  « indique qu’il y a une probabilité plus élevée qu’il existe des facteurs au-delà de la variation aléatoire qui peuvent avoir contribué au nombre des décès survenus ».

PHS a déclaré qu’il travaillait avec le Scottish National Neonatal Network, le Maternity and Children Quality Improvement Collaborative et le gouvernement écossais « pour comprendre tous les facteurs pouvant contribuer aux modèles de mortalité infantile les plus récents et pour incorporer les résultats dans les travaux de prévention et d’amélioration existants ».

Les chiffres mensuels sur les taux de mortalité néonatale ne sont disponibles que jusqu’en juillet 2017, mais avaient auparavant culminé à 3,7 pour 1000 naissances vivantes en mars 2020.

Les statistiques annuelles sur la mortalité néonatale publiées par le National Records of Scotland montrent qu’elle est en baisse constante depuis des décennies, passant d’une moyenne de 4,7 pour 1000 naissances vivantes en 1986-1990 à 2,2 pour 1000 en 2016-2020.

Dans le monde, les causes les plus courantes de décès néonatal sont l’infection, la prématurité et la suffocation, mais des facteurs tels que le tabagisme pendant la grossesse ou l’interruption des services d’intervention précoce, notamment les visites médicales et les sages-femmes, augmentent également le risque.

PHS note sur son site Web qu’il « est important de surveiller les niveaux de mortinatalité et de mortalité infantile pendant la pandémie de Covid-19, car ils peuvent être influencés par la santé et le bien-être maternels, par la façon dont les services de maternité sont fournis et comment les gens recherchent et interagissent. avec soin ».

Il n’y a actuellement aucun détail sur les causes de décès impliquant les 21 nourrissons décédés en septembre. 

La période a coïncidé avec une augmentation des fréquentations A&E pour les enfants de moins de cinq ans. La tendance a été largement imputée à un pic inhabituel de virus respiratoire syncytial (VRS) qui circule normalement en hiver et peut provoquer des maladies graves, en particulier chez les bébés et les tout-petits.

Il est clair, cependant, qu’aucun des décès n’était directement lié au Covid. 

Depuis le début de la pandémie en Écosse, il n’y a eu qu’un seul décès de Covid enregistré – en décembre 2020 – chez un bébé de moins d’un an. 

Le Dr Stock a déclaré: « Lorsque les femmes enceintes ont Covid, elles peuvent devenir gravement malades, et afin de protéger la mère et le bébé qui peuvent conduire à des accouchements prématurés.

« L’accouchement prématuré est le principal facteur de mortalité néonatale.

« Nous savons également que la pandémie a mis beaucoup de pression sur les services de santé et cela pourrait avoir un impact. »

Une porte-parole du gouvernement écossais a déclaré : « Chaque décès est une tragédie et nos pensées vont à tous ceux qui pleurent la perte d’un être cher.

« En 2020, l’Écosse a enregistré son plus faible nombre de décès néonatals. Comme le nombre de décès infantiles est heureusement faible, les taux de mortalité mensuels ont tendance à fluctuer.

« Nous travaillons avec PHS, le Scottish National Neonatal Network et le Maternity and Children Quality Improvement Collaborative pour comprendre tous les facteurs contributifs possibles afin de garantir que nous continuons à améliorer les soins des bébés les plus petits et les plus malades en Écosse. »

Source : https://www.lelibrepenseur.org/enquete-lancee-sur-un-pic-anormal-de-deces-de-nouveau-nes-en-ecosse/

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.