Des empreintes de pas crétoises piétinent l’évolution humaine

Une des empreintes crétoises que les chercheurs ont examinées.

Elles sont mieux expliquées par le modèle créationniste.

Les évolutionnistes sont confrontés à une controverse1,2 avec la découverte d’empreintes fossiles « d’apparence humaine » qui auraient été faites il y a 5,7 millions d’années à Trachilos, sur l’île méditerranéenne de Crète.

Pourquoi une controverse? Parce que, selon le scénario évolutionniste de l’époque, nos ancêtres humains ne se trouvaient qu’en Afrique, avaient des pieds semblables à ceux des singes, mais ne marchèrent debout que beaucoup plus tard dans l’histoire; il y a environ 3,6 millions d’années.3

Les empreintes ont été trouvées en 2002 par l’auteur principal de l’étude, Gerard Gierliński.4 Les deux surfaces ont été scannées au laser pour produire une image 3D et une empreinte de silicone a également été réalisée. Diverses mesures ont également été prises. Les chercheurs ont conclu que les traces ont été faites par un « hominini », et ont noté que le faiseur de traces « n’avait pas de griffes, et était bipède, plantigrade, pentadactyle et fortement entaxonique ».1

Pour le profane, cela signifie que les empreintes étaient plus susceptibles d’avoir été faites par des pieds humains que par toute autre créature.

C’est une distinction importante parce que le pied humain montre un dessin étonnant parmi ses 26 os, comme la capacité d’absorber le choc, et de fléchir au milieu du pied et de repousser.5

Et comme l’a dit l’un des auteurs:

« Les pieds humains ont une forme très particulière, différente de celle tous les autres animaux terrestres. La combinaison d’une semelle longue, de cinq orteils courts sans griffes et d’un hallux (« gros orteil ») qui est plus gros que les autres orteils est unique. »6 

L’article stipule:

Les empreintes fossiles fournissent des informations sur la présence d’un faiseur de traces à un moment donné dans l’espace et le temps. Inférer un un faiseur de traces à partir d’une piste n’est possible que s’il existe des données morphologiques suffisantes et distinctes pour faire le lien entre trace et coupable.1

En d’autres termes, l’observateur peut déduire avec un certain degré de certitude à partir de l’empreinte laissée le type de créature qui l’a créé. Il serait juste de suggérer que la plupart des gens concluraient immédiatement que les empreintes ont été faites par un humain simplement en regardant une photo de ces dernières.

Le site que Gérard Gierliński a découvert et étudié.

Malgré la conclusion que les traces sont très probablement humaines, les auteurs continuent à avertir:

… nous rapportons un exemple des défis de faire de telles déductions lorsque les implications vont à l’encontre des points de vue conventionnels sur l’évolution humaine …1 

L’expression « les implications vont à l’encontre des points de vue conventionnels sur l’évolution humaine » est un point clé à considérer car les chercheurs savent que toute suggestion qui défie les « faits » acceptés est regardée avec suspicion – à tout le moins.

Comme l’a observé l’un des participants à l’étude:

« La question est de savoir si la communauté de recherche sur les origines de l’homme accepte des empreintes fossiles comme une preuve concluante de la présence d’homininés en Crète au Miocène. »2 

Pour les créationnistes bibliques, il n’est pas surprenant de trouver des empreintes fossiles -humaines ou autres- parce que nous savons que toutes les créatures sont apparues (parfaitement formées) au commandement de Dieu au moment de la Semaine de la Création, comme nous le dit la Genèse. Ainsi, contrairement aux évolutionnistes, les créationnistes n’ont pas de problème à accepter que des empreintes de pas humaines soient effectivement faites par un humain.

Lorsque nous rencontrons des fossiles comme celui-ci, nous utilisons la véritable histoire du monde que nous lisons dans la Bible pour les interpréter. Cela nous parle -entre autres choses- d’un Déluge cataclysmique mondial qui est la meilleure explication pour les innombrables fossiles trouvés dans de multiples endroits à travers notre planète.

La découverte d’empreintes de pas est très significative parce que les empreintes signifient que la personne était vivante à ce moment-là. Elles ne pourraient avoir été faites après que les eaux du Déluge global ont culminé parce que seulement les personnes qui étaient sur l’Arche ont survécu. Parce que les empreintes en Crète ont été trouvées dans des sédiments déposés très tard dans le registre géologique, elles ont dû être faites après le Déluge. La personne qui les a faites serait descendue des huit individus qui ont survécu au Déluge à bord de l’Arche.

Ainsi, parce que la Bible est la véritable histoire du monde, nous pouvons savoir avec certitude que, comme les humains, toutes les créatures sont des descendantes de leurs parents d’origine et ne se reproduisent que selon leur espèce (Genèse 1). Donc, celui qui a laissé ces empreintes en Crète était un descendant d’Adam et Ève, et de Noé et de sa femme; tout comme nous tous.

Références et notes

  1. Gierliński, G.D., et al.Possible hominin footprints from the late Miocene (c. 5.7 Ma) of Crete? Proc Geol Assoc, août 2017 | https://doi.org/10.1016/j.pgeola.2017.07.006. Le résumé de l’article comprend la phrase: L’interprétation de ces empreintes est potentiellement controversée (italiques ajoutés).
  2. MacDonald, C., The mystery trail of 5.7 million year old fossilised footprints in Greece that could shake up our understanding of human evolution, dailymail.co.uk, septembre 2017. Un des auteurs de l’étude, le professeur Per Ahlberg, aurait déclaré, « Ce qui rend cela controversé c’est l’âge et l’emplacement des empreintes » (italiques ajoutés).
  3. Laetoli footprint trails, humanorigins.si.edu, consulté en octobre 2017. 
  4. Swidel, J., Footprint find on Crete may push back date humans began to walk upright, news.com.au, septembre 2017. 
  5. Oard, MJ, New footprints from Ileret, Kenya, supposed to be from human evolutionary ancestor, mars 2009; creation.com/ileret.
  6. Fossil footprints challenge established theories of human evolution, sciencedaily.com, août 2017.

Source : https://creation.com/controversial-crete-footprints

 



Un commentaire pour “Des empreintes de pas crétoises piétinent l’évolution humaine”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.