Ce que dit le catholicisme sur Luther est-il vrai ?

Voici ce que dit le philosophe et théologien protestant (évangélique) Charles-Eric de Saint Germain :

On peut apprécier ou pas Luther, il est important d’être juste et de ne pas colporter de fausses informations, les catholiques accusant suffisamment les protestants de ne pas comprendre correctement leurs dogmes.
Ce n’est pas Luther qui a affirmé qu’on était sauvé par la foi sans les œuvres, mais que c’est l’Église catholique qui s’est trompé en faisant croire à tout le monde que c’est ce que disait Luther, alors que ce n’est pas du tout ce qu’il dit ! Bref, il n’y a jamais eu de problème avec l’Épître de Jacques, contrairement à ce que l’Église catholique a affirmé à ce sujet…

On raconte que Luther, dans sa vie de moine, retombait toujours dans les mêmes péchés. Aussi finissait-il par désespérer de son salut, ne parvenant pas à se conformer aux exigences de la vie chrétienne, se sentant abandonné de Dieu. Et puis un jour, en lisant l’Épître aux Romains de St Paul, provient l’illumination qui changea sa vie et lui ouvrît les portes du ciel. « Si Abraham avait été justifié par les œuvres, il a de quoi s’enorgueillir, mais non devant Dieu ! En effet, que dit l’Écriture ? Abraham eut foi en Dieu et cela lui fut compté comme justice. Or, à celui qui accomplit des œuvres, le salaire n’est pas compté comme une grâce, mais comme un dû. Par contre, à celui qui n’accomplit pas d’œuvres, mais croit en celui qui justifie l’impie, sa foi est comptée comme justice » (Romains, 4, 1-8). Luther comprend alors que ce n’est pas l’homme qui, par ses œuvres, peut se rendre juste devant Dieu, mais que c’est Dieu lui-même (doctrine de la justice passive) qui rend l’homme juste moyennant la foi en l’œuvre du Christ accomplie pour nous sur la croix, pour l’expiation de nos péchés. C’est la justice de la foi, que Luther oppose à la « justice des œuvres » (de la loi). Deux autres passages de Paul sont tout aussi décisifs : « A cause du Christ, j’ai tout perdu et je considère cela comme ordures afin de gagner Christ et d’être trouvé en lui, non plus certes avec ma justice à moi, qui vient de la Loi, mais avec celle qui vient par la foi en Christ, la justice qui vient de Dieu et s’appuie sur la foi ». (Philip. 3, 7-9). « C’est par la grâce en effet que vous êtes sauvés, par le moyen de la foi. Cela ne vient pas de vous, car c’est un don de Dieu. Cela ne vient pas non plus des œuvres, afin que nul ne puisse se glorifier devant Dieu ». (Ephés. 2, 4-9).

On voit ce qui fait l’originalité du christianisme : toutes les religions prônent un salut par les œuvres. Il s’agit, pour être sauvé, de « faire des œuvres » pour se rendre agréable à Dieu. Le christianisme inverse cette logique : le péché a, en effet, creusé un abîme insurmontable entre l’homme et Dieu. Du coup, l’homme n’a pas le pouvoir de franchir cet abîme, seul Dieu peut le faire. C’est donc Dieu qui va venir au secours de l’homme, et c’est lui qui va accomplir une œuvre « salvatrice » pour nous (c’est l’œuvre de Jésus accomplie sur la croix). La seule chose que Dieu nous demande, c’est juste d’accepter cette œuvre, de croire en l’œuvre rédemptrice de Jésus qui se substitue à nous sur la croix pour l’expiation de nos péchés, ce qui nous permet d’être réconcilié avec Dieu, d’échapper à sa « colère », et d’entrer dans une relation nouvelle avec lui, relation filiale puisque Dieu est désormais, pour ceux qui croient en Jésus, un « Père »…

Attention néanmoins ! Si l’homme n’est pas sauvé PAR ses œuvres, la foi vivante (« animée par la charité », dit Galates 5, 6) n’est pas non plus SANS les œuvres, ces « bonnes œuvres que Dieu a préparées pour nous d’avance, afin que nous les pratiquions » (Éphésiens 2, 9). Les œuvres ne sont pas la cause du salut (on est sauvé par la foi seule, SOLA FIDE), mais elles sont le « signe » par lequel on reconnaît l’homme justifié, ce qui permet d’accorder Jacques et Paul, Jacques insistant particulièrement, dans son épître (cf. Jacques 2, 14-26) sur l’idée que la vraie foi, distinguée de cette pseudo-foi qu’est la « foi des démons », se reconnaît à ses fruits, aux « œuvres » qui en sont comme la manifestation (ce sont les « œuvres de la foi », qu’il ne faut pas confondre avec les « œuvres de la loi », seules les secondes étant dénoncées par Paul).

A ce titre, il faut rectifier les interprétations erronées que les détracteurs catholiques de Luther ont fait de sa pensée, en s’appuyant sur l’affirmation de celui-ci selon laquelle l’Épître de Jacques (qui insiste sur les œuvres comme étant le signe d’une foi authentique) serait une « épître de paille ». Loin de vouloir abolir les œuvres, Luther a au contraire toujours souligné que les œuvres étaient le témoignage d’une foi vivante, et il a surtout insisté sur le fait que c’est la foi qui est le « capitaine des œuvres », au sens où ce ne sont pas ses œuvres qui rendent l’homme agréable à Dieu, mais c’est la foi qui les anime qui rendent ses œuvres bonnes aux yeux de Dieu. C’est là l’interprétation luthérienne de la parole du Christ selon laquelle on reconnaît l’arbre à ses fruits : ce ne sont pas ses fruits qui rendent l’arbre bon, mais c’est parce que l’arbre est bon que les fruits, qui en sont le signe, seront bons, tandis que le mauvais arbre (l’arbre non régénéré) se reconnaît à ce qu’il ne porte pas de bons fruits. Quoiqu’il en soit, on ne fait donc pas des œuvres pour être sauvé, c’est-à-dire par « calcul » et « intérêt », mais par pure action de grâce, parce que l’on est sauvé, étant entendu que Dieu nous accepte et nous justifie par pure grâce, gratuitement, sur le fondement de la « foi seule » (d’où l’idée que la justice du Christ nous est « imputée » de l’extérieur, moyennant la foi en lui). Mais cette justice qui nous est imputée de l’extérieur, sur le fondement de la foi seule, est néanmoins inséparable d’une régénération, »puisque Dieu a versé son amour dans nos cœurs par l’Esprit Saint qu’il nous a donné » (Romains 5, 5).

D’où la nécessité de corriger une autre erreur d’interprétation faite par le concile de Trente : s’appuyant sur une image maladroite utilisée par Luther pour montrer le caractère forensique de la justification, selon laquelle la justice du Christ viendrait nous revêtir comme d’un manteau tout en nous laissant intérieurement dans notre nudité de pécheurs, les catholiques en ont tiré la conclusion que la justification par la foi ne s’accompagnait d’aucune régénération intérieure. Et c’est souvent ainsi qu’a été compris le fameux « simul justus, simul peccator » (à la fois juste et pécheur) de Luther, comme si l’homme était déclaré juste par Dieu sur le fondement de la foi seule, tout en continuant d’être pécheur, ce qui contredirait alors ce que dit Paul en Romains 6, 15-18. Pourtant, là encore, Luther n’a jamais nié que la justification par la foi n’entraîne une régénération intérieure du cœur de l’homme (c’est la purification du cœur par la foi, ce que Paul appelle la circoncision du cœur, et qui est pour lui la véritable circoncision). Et le « simul justus, simul peccator » signifie bien plutôt, chez lui, que la régénération, qui fait de l’homme un « homme nouveau », n’abolit pas le vieil homme, un vieil homme avec lequel l’homme nouveau doit désormais entrer en lutte permanente, afin de le vaincre, même s’il n’est pas à l’abri de défaites. Mais ces défaites, dont il doit se repentir, ne remettent pas en cause la victoire qui lui a été obtenue sur la croix par le Christ, en tant qu’il a déjà pris sur lui tous ses péchés sur le fondement de la foi seule. C’est là le premier grand principe de la réforme, SOLA FIDE.

 



5 commentaires pour “Ce que dit le catholicisme sur Luther est-il vrai ?”

  1.  »les catholiques accusant suffisamment les protestants de ne pas comprendre correctement leurs dogmes. »

    Ben c’est rien ça, les protestants eux, crachent au visage des catholiques, les traitant de non chrétiens, d’idolâtres, de nécrophiles, de païens, de pédophiles, de possédés, d’adorateurs d’images, de gens perdus et promis à l’enfer, et j’en passe. Si qq est protestant, je lui tourne le dos, et je n’entamerait aucun dialogue, le déversement de haine et d’insultes ça va bien 5 minutes… Le pire, c’est qu’en se comportant comme ça, ils sont persuadés d’être de meilleurs chrétiens (que dis-je, les seuls chrétiens) que ceux qu’ils insultent… Désolée, à force d’en prendre plein la tronche et d’entendre toutes les déformations possibles, sans volonté de dialogue, sans charité. Je fais une allergie aux protestants.

    1. C’est exact cher m44, mais il ne s’agit pas de parler du rapport de force actuel entre ces deux confessions qui se prétendent chrétiennes. Il s’agit de dénoncer les faux arguments doctrinaux que les uns et les autres se renvoient à la figure alors que les tords sont partagés sur ce terrain et qui durent depuis des siècles. D’autre part Luther n’est pas le protestantisme, tout comme le Christianisme n’est pas le catholicisme. Ce qui compte est de discerner la Vérité au-delà de ces rapports conflictuels, avec la bible comme juge de paix.

  2. Bonjour, je ne suis pas évangéliste, ni ne promeut une quelconque secte alimentaire. Merci de regarder le site dans son ensemble avant de dire des bêtises.

    Cordialement,

  3. Bonjour,

    Il est important d’être juste, oui bien sûr, voyons voir si vous l’êtes et surtout si vous êtes pour la liberté d’expression. Je vois que vous faites la promotion d’une secte dans le domaine de l’alimentation saine, qui fait beaucoup de tort à tous les hygiénistes et naturopathes professionnels avec ses postulats pseudo-scientifiques.. . Il semblerait que ce monsieur prône une idéologie dangereuse et n’est pas du tout gêné par le mensonge, d’après ceux qui l’ont côtoyé de près.

    Saviez vous que ce monsieur a prétendu pendant plus de 5 ans que le végétalisme + la prière l’avait sauvé ? Alors que la réalité est tout autre. Que c’est justement le végétalisme et son intégrisme qui a détérioré sa santé ? Et que c’est la viande crue qui l’aurait « sauvé » de justesse, il était très très mal en point d’après ce qu’on peut lire sur ce site, où lui même s’exprime sous le pseudonyme « Pastèque » : http://instinctotherapie.ning.com/forum/topics/instincto-et-vegetalisme?commentId=4672164%3AComment%3A3008
    Et encore cette chaîne là : https://www.youtube.com/watch?v=NPYzoK3g4tY
    Témoignage de plusieurs de ses disciples https://www.youtube.com/watch?v=pDagZ3akITE
    http://www.sirenebio.fr/blog/572-alimentation-crue-vegan-
    pauvre-en-graisse-photo-avant-et-apr%C3%A8s
    https://www.youtube.com/watch?v=Qls3FJMPIow
    Je vous conseille tout de même de vous informer sur ce monsieur, vu sa propension à mentir sans scrupule.
    Ce qui n’est tout de même pas très chrétien.
    A moins que les évangéliques se soutiennent dans le mensonge, comme les franc-maçons ?

    Cordialement.

    1. Quel rapport avec cet article sur Luther ?
      Nous ne sommes d’aucune dénomination religieuse, seulement « chrétien » tel que l’a définit la bible.
      Si tu veux parler de Casasnovas alors saches que ce n’est pas à nous de juger les gens et ce qu’ils font contre le Christ en cachette n’est pas nos affaires, ils en rendront compte pour eux-mêmes, en attendant si ses paroles sont louables et qu’il ne se montre pas comme un pécheur notoire alors nous nous ferons l’échos de ses propos pour la Gloire de Dieu Yahvé et de son Christ. Quant à toi fais ta part comme une ouvrier qui n’a à rougir de rien de peur d’être pris toi-même pour le jugement. Chacun son fardeau en avançant droit devant soi.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.