DeSantis répond au mandat de Biden sur les vaccins : « En Floride, nous nous battrons »

Le gouverneur de la Floride, Ron DeSantis, a déclaré que son État riposterait au projet du président Joe Biden de faire rédiger par le Département du Travail une règle d’urgence qui obligerait tous les employeurs de 100 employés ou plus à « s’assurer que leur personnel est complètement vacciné ou présente un test négatif au moins une fois par semaine. »

Lors d’un discours prononcé le 9 septembre, Biden a déclaré que les États-Unis « peuvent et vont renverser la vapeur » contre le COVID-19 par des vaccinations de masse, tout en rejetant la faute « sur les 80 millions » de personnes qui n’ont pas été vaccinées. « Nous sommes dans une période difficile », a-t-il déclaré. « Il ne s’agit pas de liberté ou de choix personnel », a-t-il ajouté. « Il s’agit de vous protéger et de protéger ceux qui vous entourent ».

« Le gouverneur DeSantis se concentre sur le travail pour les Floridiens », a déclaré Christina Pushaw, attachée de presse de DeSantis à The Epoch Times.

« Le spectacle de la Maison Blanche d’hier était une tentative désespérée de reprendre le contrôle du récit et de détourner l’attention des échecs abjects de l’administration Biden : l’Afghanistan, la crise frontalière et la réponse au COVID-19. »

« Les mandats de vaccination obligatoire sont non scientifiques, inefficaces et fondamentalement mauvais », a-t-elle ajouté.

« En Floride, nous allons nous battre. »

Alors qu’il s’adressait aux médias le lendemain, DeSantis a noté comment Biden a critiqué la déclaration des droits des parents de Floride (pdf), disant que Biden croit que les conseils scolaires devraient pouvoir « forcer les enfants de cinq ans à porter des masques toute la journée ».

« C’est ce qu’il pense être un gouvernement approprié », a-t-il déclaré. Pourtant, il institue un mandat sans précédent, « que même ses propres collaborateurs ont reconnu par le passé comme n’étant pas constitutionnel. Ce n’est pas du leadership. »

DeSantis a déclaré que Biden a promis – lors de sa campagne en 2020 – qu’il allait « stopper le virus ».

Pourtant, aujourd’hui, le pays compte 300 % de cas en plus qu’il y a un an, « alors que nous n’avions pas du tout de vaccins. »

« Il double la mise sur des choses qui vont être très destructrices pour les moyens de subsistance de beaucoup, beaucoup d’Américains », a-t-il déclaré.

« Personne ne devrait perdre son emploi à cause de cette décision ».

Le 10 septembre, l’administration Biden a subi un nouveau revers lorsque la Cour d’appel du premier district a temporairement rétabli l’interdiction des masques scolaires imposée par le gouverneur Ron DeSantis, déclarant qu’elle « a de sérieux doutes quant à la qualité pour agir, la compétence et d’autres questions préliminaires ».

Non seulement le juge de circuit du comté de Leon John Cooper a déclaré l’interdiction illégale, mais il a pris la mesure peu commune de supprimer un sursis automatique pendant que DeSantis faisait appel de sa décision.

« Tout comme l’année dernière dans le litige sur la réouverture des écoles, la Cour d’appel du premier district a rétabli la capacité de la Floride à protéger la liberté des parents à prendre les meilleures décisions pour leurs enfants pendant qu’elle rend sa propre décision sur l’appel », a déclaré Taryn Fenske, directrice des communications de DeSantis, à Epoch Times. « Nous avons hâte de gagner l’appel et nous continuerons à nous battre pour les droits des parents ».

Source : https://www.aubedigitale.com/desantis-repond-au-mandat-de-biden-sur-les-vaccins-en-floride-nous-nous-battrons/

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.