Date de naissance du Christ

  • 1
    Partage

Le mercredi 1er avril 33 du « vrai » calendrier julien étant la date réelle de la mort du christ (voir l’article des réflexions sur les calendriers), le poisson que l’on accroche dans le dos pour se moquer de ceux qui le porte à cette date-là est-il un lointain souvenir d’une époque où l’on persécutait les premiers chrétiens qui utilisaient eux-mêmes ce symbole ou dont on se servait pour les identifier ?

Il est dit aussi que Jésus ressuscita le troisième jour et ceci est exact si l’on compte jeudi (1er jour), vendredi (2ième jour) et samedi soir (3ième jour). Car Jésus mourut entre 15h et 16h mais ne fut décloué qu’en soirée peu avant 18h car tous les corps des condamnés devaient disparaître avant le début du jour de la pâques juive le 15 nisan qui commençait après 18h le mercredi, les jours hébreux allant du soir au soir suivant.

La bible fait la distinction entre une journée de 24h et un jour c’est à dire sa partie diurne qui dure de 6h à 18h, 6h étant le début de la 1ère heure du jour et 18h la fin de la 12ième (la journée était invariablement divisée en 12 heures toute l’année donc une heure d’hiver était plus courte qu’une heure d’été). Il ressuscita donc dans la soirée du samedi et réapparut le dimanche matin à Marie Madeleine, la première à se rendre sur sa tombe avant le lever du soleil (« alors qu’il faisait encore sombre » selon Jean 20v1, c’est à dire à l’aube avant que le 4ième jour diurne ne commence). Pour ceux qui le cherchaient il se laissa trouver, c’est à dire le dimanche et pas avant. Mais si par exemple aucune personne n’était venue à sa tombe avant le lundi cela ne signifie pas que le Christ devait rester un jour de plus dans la mort mais simplement qu’il n’attendait qu’à ce qu’on le recherche pour se montrer vivant bien que son corps ait déjà disparu le samedi soir. Dimanche est donc un jour qui ne doit absolument pas être compté comme appartenant au 3ième jour du signe de Jonas. De plus, s’il devait mourir au milieu d’une semaine d’années (7 ans) il est logique qu’il devait aussi mourir au milieu d’une semaine de jours (en l’occurrence le mercredi était bien le milieu de la semaine pour les hébreux, le dernier jour étant le samedi). Le début de son calvaire commença après 6h et son sacrifice, à cheval sur midi, vers 9h et jusque vers 15h.
Le « grand sabbat » mentionné dans la bible qui commença le soir de la mort du Christ après 18h soi-disant identifié comme un samedi (et qui n’était donc qu’un jeudi, voir l’article des réflexions sur les calendriers), n’était pas la définition d’une fête à date fixe tombant un sabbat hebdomadaire mais tout simplement cette fête elle-même quelque soit le jour de la semaine où elle tombait (ces fêtes sont d’ailleurs appelées dans la bible comme « les 7 grands sabbats » de l’année, c’est-à-dire ces 7 fêtes-là). Dans le livre de Daniel 7v25, il est dit également que la chrétienté apostate changera « Ses sabbats » (ceux de Dieu) en changeant « temps et loi » (réalisé en 533 et 1582), ce qu’elle fit en brisant la continuité des semaines entre celles observées jusqu’au début de notre ère et celles d’aujourd’hui par un décalage de 2 jours et non par l’instauration du dimanche comme nouveau jour férié à la place du samedi car un chrétien n’est plus tenu de respecter aucune fête religieuse sinon la commémoration de la mort du christ.

Cette commémoration se célèbre au mieux le 31 mars au soir mais pour ceux qui ignorent cette date exacte, ils doivent déterminer ce jour selon la méthode donnée dans  la loi mosaïque afin de connaître la date du 14 nisan par rapport à notre calendrier et non selon le calcul instauré par l’église catholique en 1582 (décrétant que la pâques devait être célébrée le premier dimanche qui suit ou qui coïncide avec la première pleine lune après le 21 mars). Date définie dans l’ancien testament comme le 14ième jour après le début du premier quart de lune se trouvant le plus proche de l’équinoxe du printemps. Cette prophétie s’est donc bien accomplie.

De plus, il est plus logique et normal que Jésus soit baptisé et ressuscité un samedi (tandis qu’il naquit et mourut un mercredi), le jour de repos de Dieu. En effet, si à sa mort le mercredi peu après 15h il avait exactement 33 ans 1/2 et son ministère ayant par ailleurs duré une demie semaine d’années (2557/2=1278.5 jours) alors Jésus s’est fait baptiser le 1er Octobre (au jour de ses 30 ans qui correspondait à l’âge de la majorité chez les juifs) et qu’il naquit par conséquent le 1er Octobre de l’an -2 du « vrai » calendrier julien peu après 3h du matin (au début de la 4ième et dernière veille de la nuit). Ce que confirme la bible quant au fait qu’il est né la nuit en Luc 2v8 à 11.

Certains disent aussi que Jésus ne pouvait pas aller 40 jours dans le désert suite à son baptême si celui-ci était tombé début Octobre car en bon juif pratiquant il se devait d’assister aux fêtes de cette période de l’année qui suivirent immédiatement son baptême et donc que cela était la preuve de l’incompatibilité de cette date avec le commencement de son ministère. Cependant la bible précise bien que ce n’était pas lui qui prit cette initiative d’aller errer dans le désert mais « l’Esprit » qui l’y emmena afin d’être éprouvé par Satan, il n’eut donc pas d’autre choix que de s’y soumettre, fêtes ou pas fêtes. Car Dieu est le maître de la Loi et lui seul peut en disposer comme bon lui semble.

D’ailleurs l’observance de la Loi n’était pas une règle absolue mais relative et sujette à « ce qui était bon de faire » selon « l’esprit de la loi » (Matthieu 12v1 à 14). C’est justement parce que cette Loi n’était pas absolue que les chrétiens n’étaient plus tenus de s’y soumettre. Donc ne pas participer à celles-ci pendant ses 40 jours d’absence ne pouvait être retenu contre lui comme une désobéissance de sa part.