Darwin est la base de l’eugénisme

L’eugénisme est bel et bien vivant.

Steve Fuller est titulaire de la chaire d’épistémologie sociale d’Auguste Comte à l’Université de Warwick. Il est apparu dans le documentaire « Expelled: No Intelligence Allowed » plaidant pour le statut scientifique du dessein intelligent. Comme l’a écrit le professeur Fuller dans son nouvel article sur « The Conversation », « l’eugénisme est la marque toxique de la science depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale. »[1]

Il documente le fait que la déclaration « l’eugénisme est mort » est fausse. Il se présente juste sous une nouvelle étiquette:

« Historiquement, l’eugénisme a été principalement adopté dans le cadre d’un programme politique « progressiste » à travers le monde – et pas seulement dans les régions sous domination impériale occidentale. Comme le démontre l’excellent Manuel d’Oxford sur l’histoire de l’eugénisme, le Mexique, l’Iran et la Chine ont été parmi les nations les plus enthousiastes pour l’eugénisme sans aucune trace d’idéologie suprématiste blanche.[2] »

L’eugénisme est maintenant appelé par d’autres noms, tels que « bébés sur mesure » ou « édition de gène, » bien qu’il soit plus exactement appelé avortement sélectif. Le fait est que la « nouvelle génétique » est maintenant très populaire en Occident. Le but de cette nouvelle génétique est d’aider l’humanité à atteindre la perfection humaine, non pas en tuant des races ou des personnes inférieures comme le firent les nazis, mais par « désélection », ce qui se traduit par le meurtre des personnes jugées inférieures avant qu’elles ne naissent.

Par exemple, à la suite de l’augmentation du dépistage prénatal en Europe et aux États-Unis, le nombre de bébés nés avec le syndrome de Down a considérablement diminué, mais peu de pays sont encore aussi proches de l’éradication du syndrome de Down et d’autres défauts de naissance que l’Islande. Depuis que l’Islande a introduit les tests de dépistage prénatal au début des années 2000, près de 100% des femmes ayant reçu un test positif pour le syndrome de Down ont interrompu leur grossesse.[3] Les États-Unis ne sont pas très loin derrière. De 1995 à 2011, le taux d’interruption de grossesse par avortement chez les enfants trisomiques était d’environ 67%, en France de 77% en 2015, et de 98% au Danemark. Le problème est que la plupart des tests de dépistage prénatal pour le syndrome de Down sont imparfaits et qu’un certain pourcentage de ceux avortés, estimés à près de 20%, sont normaux. Ces chiffres ne seront pas rendus publics par la plupart des hôpitaux pour des raisons évidentes.

En tant que personne qui a travaillé avec des enfants atteints du syndrome de Down, je sais qu’ils sont, dans l’ensemble, des enfants et des adultes très charmants. Une amie qui a un enfant atteint du syndrome de Down m’a dit que cet enfant l’avait beaucoup plus bénie que ses trois autres enfants. Les autres se sont éloignés et se sont mariés, son mari, un juif, est mort des blessures qu’il a subies quand il était jeune enfant dans l’Holocauste. En revanche, son enfant atteint du syndrome de Down, qui a un âge mental d’environ 12 ans, est toujours avec elle au milieu des années 90 et est la joie de sa vie maintenant, et ce depuis des décennies.

Le problème est pire maintenant

Près de 2 300 avortements de fœtus souffrants de handicaps mentaux et physiques ont été effectués au Royaume-Uni seulement en 2010, ce qui montre qu’il est beaucoup trop facile de se laisser séduire par la voie nazie. L’Holocauste nazi a commencé en tuant des enfants et des adultes, d’abord ceux qui présentaient de graves difformités, puis ceux qui présentaient des malformations mineures et, enfin, en tuant les membres sains des races dites inférieures comme les juifs, les slaves et les romani.

Le professeur Graeme Donald a écrit que « Charles Darwin (1809-1882) n’aurait jamais pu prévoir les ramifications à long terme de ses travaux publiés. »[4] Il a ajouté que, à long terme, les effets du darwinisme furent dévastateurs: « La survie du plus apte », une phrase attribuée à Darwin, fut plus tard utilisée par des éléments tyranniques pour justifier, parmi d’autres politiques oppressives, la nouvelle « science » de l’eugénisme. »[5] Cette idée eugénique était fondée sur le travail de Darwin, et celui de son du cousin, Francis Galton (1822-1911). Galton a ouvertement utilisé le travail de Darwin comme base pour l’eugénisme, un champ qu’il a fondé, qui a préconisé la reproduction contrôlée dans le but d’augmenter les chances de caractéristiques souhaitables chez la progéniture. Comme beaucoup d’intellectuels, Darwin a parlé avant d’envisager les répercussions. Dans sa La Filiation de l’homme et la sélection liée au sexe (1882), il réfléchissait à la manière dont les progrès médicaux et scientifiques avaient permis d’asseoir artificiellement les espèces les plus faibles et les moins productives pour leur permettre de survivre et de se reproduire; un environnement plus dur éliminerait naturellement de tels parasites.[6]

Le professeur Donald pose la question la plus importante: « Qui va décider qui vit et qui meurt, et qui établira les critères? Ceux qui croient être qualifiés pour prendre de telles décisions devraient d’abord regarder les images de l’Holocauste lorsqu’ils se sont débarrassés des millions qu’ils considéraient comme des déchets génétiques. » Rappelez-vous, rappelle Donald, que leurs crimes odieux ont été commis il y a seulement soixante-quinze ans sur le sol européen dans la nation la plus éduquée sur terre alors. Les eugénistes avaient un objectif très noble, tout comme leurs homologues modernes. Ils voulaient un grand gouvernement et faire de la science un moyen de faire de l’État non seulement un protecteur de la paix, mais aussi un promoteur du bien-être du peuple. Et quelle meilleure façon de le faire que d’assurer que chaque personne dans le pays qu’ils dirigeaient soit mentalement et physiquement en bonne santé?

Le professeur Fuller a conclu son article en nous rappelant que nous devons encore faire face à « nombre des grandes questions morales qui ont marqué le terrain, notamment ce qui peut être considéré comme « progressiste » et « rétrograde, » » tel est le niveau de risque que « les individus devraient être autorisés à supporter, compte tenu de l’impact social global de leurs décisions. Mais ne vous y trompez pas, nous sommes encore tout à fait dans la vision générale du monde que Galton a d’abord cartographiée il y a un siècle et demi. »[7] L’histoire tend à se répéter, et certains sentent, malgré nos bonnes intentions, que nous suivons la même route que les nazis il y a un siècle.

[1] https://theconversation.com/progressive-eugenics-is-hardly-history-the-science-and politics-have-just-evolved-89976

[2] https://theconversation.com/progressive-eugenics-is-hardly-history-the-science-and-politics-have-just-evolved-89976

[3] https://www.cbsnews.com/ne ws/down-syndrome-iceland/

[4] Graeme Donald. 2012. When the Earth Was Flat. All the Bits of Science We Got Wrong. London. Michael O’Mara Books. p. 57.

[5] Graeme. p. 57.

[6] Donald, p. 38.

[7] Donald, p. 38.

Source : https://crev.info/2018/01/eugenics-alive-well/



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.