Dante, le chat végétarien

article-1169637-046D7913000005DC-54_233x423

Le chat qui refuse de consommer de la viande.

Qu’un chat puisse refuser toutes les viandes et les poissons en faveur des seuls légumes est inouï.

Vivant comme nous le faisons dans un monde maudit, post-chute, il est difficile d’imaginer un chat qui refuserait de manger de la viande – et dont le palais ne peut même pas être tenté par le poisson.

Certains de nos précédents articles (…)  ont couvert des choses telles que des lions élevés avec des régimes sans-viande comme les pâtes, le fromage et les œufs – ce qui met en évidence le fait que, même aujourd’hui, certains animaux qui sont censés être des « carnivores obligés » n’ont pas réellement besoin de consommer de la viande, après tout. Mais « le chat végétarien » de Grande-Bretagne semble vraiment unique.

Appelé « Dante », le félin noir et blanc a été trouvé par Mlle Becky Page, abandonné et affamé, quand il était un chaton pelucheux. Un bol savoureux de poulet fut rejeté. Dante a également fait la fine bouche quand on lui a servi du poisson. Mais quand il aperçut quelques restes de légumes, le jeune chat affamé les dévora avidement.

Maintenant âgé de deux ans, Dante est depuis lors résolument resté attaché à son régime végétarien, malgré de nombreuses offres de meilleure nourriture pour chat en conserve. Son propriétaire cultive la plupart des délices organiques qu’il savoure – tant les fruits que les légumes. Ses mets favoris sont les choux de Bruxelles et les asperges, le melon et la rhubarbe, et il « a été vu piller le bol de fruits pour des bananes ».1

Mlle Page insiste que Dante ne complète pas son alimentation avec des proies sauvages. Non seulement elle ne l’a jamais vu traquer quoi que ce soit de vivant (seulement des bouts de ficelle), mais, dit-elle, il déteste même aller à l’extérieur. En outre, Page a « trois poulets, un lapin, deux cobayes, un rat, un hamster et un poisson à son domicile », mais Dante n’est pas même un peu intéressé à les ajouter à son menu.

Des experts vétérinaires mettent en garde que les chats (contrairement aux humains, ou même aux chiens) ne peuvent absolument pas obtenir certains nutriments à partir d’une source autre que la viande. Même les aliments végétariens pour chats contiennent des versions synthétiques de ces ingrédients vitaux. Donc, le propriétaire de Dante tente d’introduire discrètement le bout de viande occasionnel dans sa nourriture. Quand il s’aperçoit de cela, cependant, Dante laisse soigneusement la viande de côté.

Les nutriments concernés sont l’acide arachidonique,2 dont les chats ont besoin pour que leurs blessures guérissent3 – et aussi de la taurine,4 sans laquelle la rétine est censée se détériorer progressivement en sorte que l’animal devient aveugle, et souffre aussi de problèmes de cœur.5 Mais Dante est plus sain que jamais. Que ce soit le résultat des efforts de Becky pour introduire l’étrange morceau à son insu ou non, les vétérinaires semblent être uniformément perplexes sur la situation de Dante.6

Ce qui amène à spéculer sur l’origine de la consommation de viande chez le genre chat (voir le Creation Answers Book, chapitre 6, « 
How did bad things comeabout? »). Peut-être qu’une perte par mutation fut en quelque sorte impliquée, avec des chats n’ayant dorénavant plus la capacité de synthétiser certains des ingrédients dont ils ont maintenant besoin à partir de la viande?

Dante pourrait-il être un exemple de « mutation inverse », restaurant la capacité de synthétiser les ingrédients nécessaires? Si c’est le cas, cela peut lui avoir fait perdre aussi « l’instinct » pour obtenir ces ingrédients à partir de la viande, ce qui est autrement « normal » pour tous les chats, indépendamment de leur taille. Bien sûr, ceci n’est que spéculation en l’absence de plus d’informations, mais de la spéculation fondée sur des exemples connus dans la nature (voir par exemple Enfin, une bonne mutation?). Mais au moins, nous voyons une fois de plus que, même dans ce monde déchu, une chose que nous avons été amenés à considérer comme « normale » n’est pas « inévitable ». Et en parlant de « normal », il était fascinant de voir que, sous l’article du UK Daily Mail à partir duquel la plupart de ces informations ont été recueillies, il y avait un commentaire d’un lecteur russe, Elena, disant:
« Voilà comment les choses devraient être!
Il est naturel pour tous les êtres vivants de ne pas se manger entre eux. »

Les animaux se mangeant entre eux ce n’est également probablement pas ce qui existera
(Isaïe 11, 65)

Eh bien, Elena, nous sommes d’accord pour dire que « Voilà comment les choses devraient être! » – ou plutôt, voilà comment les choses ont été conçues – à l’origine, avant que le péché d’Adam gâche tout. En Éden, il aurait été vraiment « naturel pour tous les êtres vivants de ne pas se manger entre eux. » C’est parce que nous sommes tellement habitués à vivre dans un monde post-chute que nous avons tendance à voir des exemples rares comme Dante comme si « contre nature ». Il est également probable que ce n’est pas ainsi que les choses seront à l’avenir (Isaïe 11, 65).

Il est intéressant de voir que quand on tombe sur de si rares et occasionnels « aperçus de l’Éden », même les incroyants trouveraient généralement « bien » pour Dante de se rapprocher de ses carottes plutôt que de tourmenter une malheureuse souris avant de la déchiqueter pour son déjeuner. Ceci, pour les chrétiens, est très pertinent pour tout ce qui a trait à l’âge de la terre. Si le registre fossile s’est vraiment formé au cours de millions d’années, plutôt que d’être en grande partie lié au déluge mondial de la Genèse, cela signifie que la plupart des fossiles datent d’avant l’homme. Mais les fossiles ne montrent pas seulement des signes de mort et de maladies incluant la goutte7 et de cancer, d’os fracturés et d’infections, ils montrent aussi des signes de choses se dévorant entre elles (y compris des coprolithes avec des restes d’animaux tués dans le but de se nourrir).

Ce qui signifie que toutes ces choses que nous voyons naturellement comme « mauvaises » doivent avoir fait partie du monde que Dieu a appelé « très bon », et l’idée que la chute peut expliquer les « mauvaises choses » dans la nature a disparue. Dieu doit aimer la mort, la souffrance et les carnivores! Nous pouvons voir une fois de plus le désordre auquel on arrive en essayant d’harmoniser les idées humaines comme « les millions d’années » avec le compte rendu évident, simple, de l’histoire du monde que Dieu nous donne dans la Genèse.

Références

1. Rencontrez Dante: le premier chat végétarien de Grande-Bretagne qui refuse de manger de la viande ou du poisson, MailOnline, le 14 avril 2009
2. L’acide arachidonique = acide all-cis-5,8,11,14-eicosatétraénoïque, C19H31COOH, un acide gras oméga-6.
3. « L’acide arachidonique est nécessaire pour produire une réponse inflammatoire. Dans de nombreux cas, par exemple dans les allergies, le but est de supprimer la réponse inflammatoire. Mais dans d’autres cas, la réponse est un moyen nécessaire par lequel le corps peut se protéger. L’acide arachidonique contribue également à réguler la croissance de la peau, est nécessaire pour la coagulation sanguine, et est nécessaire pour que les systèmes de reproduction et gastro-intestinaux puissent fonctionner correctement. » Feline Nutritional & Special Health Issues FAQs.
4. Taurine (vient du latin taurus, taureau/bœuf, où elle a d’abord été trouvée) = acide 2-aminoéthanesulfonique NH2C2H4SO3H.
5. « La carence en taurine provoque une dégénérescence de la rétine centrale féline (FCRD), aboutissant à une cécité irréversible, à une cardiomyopathie dilatée (DCM) et une fertilité réduite chez les chattes. » Taurine et chats, Catworld.
6. Veuillez noter que même les lions non carnivores, dont il a été parlé dans nos précédents articles peuvent être en mesure d’obtenir ces derniers par exemple à partir des œufs et du fromage (le jaune d’œuf contient de l’acide arachidonique, et le lait contient un peu de taurine). Mais Dante semble préférer un régime totalement végétalien (c.-à-pas même pas d’œufs ou de fromage).
7. B.M. Rothschild, D. Tanke et Ken Carpenter, les tyrannosaures souffraient de la goutte, Nature 387 (6631): 357, le 22 mai 1997.

Source : http://creation.com/the-cat-who-refuses-to-eat-meat



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.