Contre l’Etat-vampire, les Banksters et les Multinationales, le changement c’est l’ordre social chrétien

20555415La grogne sociale qui s’est exprimée massivement ce 5 décembre 2019 est le prolongement de la mobilisation légitime et persistante des Gilets Jaunes depuis un an.

Le projet de réforme des pensions, qui envisage de se faire au détriment des Familles et des plus faibles, s’ajoute à une série de mesures qui plongent de plus en plus de Français dans la précarité et la misère.

L’Etat-vampire, les Banksters et les Multinationales sont des alliés de longue date pour mener une politique qui favorise des oligarques, des usuriers et des spéculateurs en appauvrissant sans scrupule ceux qui devraient pouvoir vivre dignement du fruit de leur travail, conduisant aussi à la ruine des âmes.

Face à ces injustices sociales et dans la confusion générale, il faut cependant préserver les Français de la tentation qui peut exister chez les plus faibles de s’en remettre une fois de plus aux syndicats politiques ou aux agitateurs gauchistes, tous porteurs d’illusions désastreuses.

Oui, il faut du changement. Et le changement qu’il faut au pays, c’est une véritable politique de justice sociale basée sur l’ordre social chrétien, seule véritable troisième voie efficace entre deux systèmes qui finissent toujours dans une forme de totalitarisme : le socialo-marxisme et l’ultra-libéralisme.

Seul l’ordre social chrétien défend vigoureusement :
. la revalorisation du travail, de l’artisanat, de la paysannerie, du petit commerce et de la petite industrie
. le rétablissement des corporations professionnelles permettant d’échapper à la lutte des classes
. l’accès des travailleurs à la propriété
. le juste salaire
. le caractère individuel et social du travail
. l’épargne, fruit du travail
. le juste prix des marchandises
. la protection contre les usuriers.

En prenant en compte :
. les nécessités pour la subsistance d’un travailleur et de sa famille
. la situation réelle de l’entreprise
. les exigences du bien commun

CIVITAS y reviendra.

Alain Escada,
président



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.