Comment les chrétiens justifient-ils de ne pas combattre la laïcité, le féminisme et le socialisme ?

Une de mes amies et son mari viennent de quitter leur église parce qu’elle devenait complètement « woke », exigeant que les chrétiens renoncent à leurs libertés et s’en remettent à la sagesse du gouvernement de la gauche laïque. Eh bien, mon ami Jared m’a envoyé un article d’un pasteur audacieux [Garrett Mullet] qui ne pense pas qu’il soit plus pieux ou spirituel de capituler devant la culture et la pensée du monde qui domine notre époque.

Voici l’introduction :

Spiritualiser la lâcheté est devenu courant.

Je suis presque surpris que nous n’entendions pas de sermons sur le fait que David n’était pas spirituel, qu’il était un mauvais témoin, ou qu’il était arrogant en combattant Goliath.

David avait-il ôté la poutre de son propre œil ? David et Israël avaient certainement assez de péchés à se reprocher sans chercher à combattre les Philistins ou leur champion. Quel hypocrite !

Et qu’est-ce qui indique dans le texte biblique que David a prié avant de relever leur défi avant d’approcher le roi Saül afin de proposer de se battre ?

Il aurait dû simplement rentrer chez lui, comme ses frères le lui ont demandé, et se consacrer à la prière et au jeûne jusqu’à ce que Dieu change son cœur plein d’orgueil.

Ainsi, mes trois ennemis dans la culture sont le sécularisme, le féminisme et le socialisme. Chacun d’entre eux est mauvais pour moi de différentes manières. Le sécularisme rend plus difficile pour moi de faire mon travail en vivant en tant que chrétien, et en étant capable de parler des grandes questions de la vie. Le féminisme a entraîné la révolution sexuelle et une foule de maux, comme l’avortement, le divorce sans faute et, maintenant, le rejet de la complémentarité des sexes dans le mariage naturel. Le socialisme prend mon argent et le donne aux politiciens de la gauche laïque afin qu’ils puissent acheter les votes de personnes paresseuses, imprudentes et irresponsables, nous enfonçant encore plus dans la dette et affaiblissant notre capacité à répondre militairement aux agresseurs.

Chaque fois que je présente ces trois préoccupations aux chrétiens superficiels, ils répondent généralement par la paresse (ils ne veulent pas travailler pour apprendre à se battre), ce qui résulte dans l’ignorance (ils ne savent pas comment se battre), ce qui entraîne la lâcheté (ils ont peur de se battre). Si vous leur faites remarquer qu’ils ne peuvent pas se battre, ils tentent de se justifier en faisant appel à la piété et à la spiritualité. En réalité, tout le monde peut lutter contre le sécularisme, le féminisme et le socialisme – à condition de prendre le temps de lire des preuves et de s’entraîner à débattre. Nous disposons en fait d’excellentes ressources pour tous les défis auxquels nous sommes confrontés – c’est juste que les gens préfèrent ne pas avoir à lire ou à s’engager. Ils ont même des moyens qui semblent spirituels pour éviter de lire et de débattre. Ainsi, le devoir d’être prêt à répondre en 1 Pierre 3:15 est considéré comme de l' »orgueil ». Et le devoir de vaincre les attaques contre la connaissance de Dieu en 2 Cor 10:3-5 est considéré comme de la « dispute ». Et ainsi de suite. La Bible est déformée pour soutenir ce qui est facile, heureux et sociable pour moi. Ces « Chrétiens » qui marchent à l’émotion remplissent nos églises et dominent notre réponse à la culture.

Je vais choisir mes points favoris, mais l’article entier vaut la peine d’être lu. Le premier :

Si Dieu avait voulu que Goliath et les Philistins soient vaincus, il aurait fait descendre le feu du ciel ou ouvert le sol sous leurs pieds. Dieu a fait ce genre de choses en d’autres temps. Il aurait sûrement pu accomplir un exploit similaire ici.

Par conséquent, une foi réelle de la part de David l’aurait poussé à attendre que Dieu agisse pour que David n’ait pas à le faire.

La manière pieuse et spirituelle de répondre au sécularisme, au féminisme et au socialisme est d’attendre que Dieu règle le problème.

Voici une autre réplique de chrétien woke que j’ai entendue :

Pourquoi David n’a-t-il pas simplement demandé à l’armée assemblée contre Israël d’aller jouer au bowling ou au golf ? Pourquoi ne leur a-t-il pas distribué des tracts sur l’évangile ? Le texte n’offre aucune preuve que David ait essayé de se lier d’amitié avec eux. Peut-être que s’il avait simplement proposé de « vivre ensemble », ils auraient pu éviter complètement le conflit.

[…] Si seulement les Philistins avaient été invités à rejoindre un petit groupe ou à assister à un service religieux le mercredi soir. Au lieu de cela, David a choisi de les combattre. Quelle déception ! Et quel mauvais témoignage !

David s’est montré plutôt présomptueux et diviseur, vraiment, s’empêtrant dans la politique « israélo-philistinienne ». Et il était plein de jugement, laissant entendre que Goliath ou les Philistins étaient mauvais, une force à vaincre. Ce n’est pas une façon de se faire des amis et d’influencer les gens.

Un autre exemple, qui m’a été donné personnellement :

Concentrez-vous sur l’objectif d’amener les gens à avoir envie de connaître Jésus parce que vous êtes un personnage heureux et joyeux.

Les personnes perdues finiront par être au plus bas dans leur vie, elles en auront assez d’être amères et déprimées. C’est à ce moment-là qu’elles se souviendront que vous souriez tout le temps et que vous êtes toujours si positif à propos d’absolument tout.

Arrêtez de vous énerver sur l’avortement, le programme LGBT, l’islamisme, l’athéisme, le socialisme, l’évolution, l’éducation publique, etc. Même si ce n’est pas la vérité, aborder ces questions de manière répétée va donner l’impression que ces choses sont tout ce qui intéresse les Chrétiens.

Et si vous donnez aux pécheurs perdus cette fausse impression, vous allez nuire non seulement à votre propre témoignage mais aussi à la réputation de toute l’Église, peut-être même à celle de Jésus lui-même.

En bref, dans l’intérêt de ne pas contrarier le monde, les Chrétiens doivent se taire et cesser de parler du péché et de la folie. Cesser d’appeler les pécheurs et les fous à l’intérieur et à l’extérieur de l’Église à la repentance. Après tout, c’est ce que ferait Jésus. N’est-ce pas ?

N’est-ce pas une merveilleuse coïncidence que chacune de ces stratégies libère le chrétien superficiel de la nécessité de lire des livres, de s’engager dans des débats, d’être la cible de moqueries et de la marginalisation ? Tout le monde y gagne ! Enfin, tout le monde sauf Dieu. Mais c’est peut-être ce qu’ils veulent vraiment – que les non-chrétiens dirigent le monde et que les Chrétiens fassent ce qui leur semble bien et soient aimés par le monde ?

Si vous avez déjà eu un pasteur qui ne savait pas comment répondre à la gauche laïque (ignorance), qui ne voulait pas apprendre comment répondre à la gauche laïque (paresse), ou qui ne voulait pas endurer les attaques des gens d’église qui veulent que le christianisme soit à propos de leurs sensations (lâcheté), alors vous trouverez un paragraphe à leur sujet dans cet article [par Mullet].

Source : https://www.samizdat.qc.ca/vc/quest_soc/Feminisme_WK.htm

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.