Belgique : un contrôle Covid lors d’une fête dans une maison tourne mal

A Waterloo en Belgique, un contrôle lié au confinement a été effectué dans une maison, qui a mal tourné et a fait plusieurs blessés le 18 décembre 2020, informe le parquet du Brabant wallon. Dans la zone de Mazerine, des policiers ont été contactés afin d’intervenir vers 23h30 dans cette habitation située entre les localités d’Ohain et Waterloo. Plusieurs dizaines de personnes y étaient rassemblées à l’occasion d’une fête.

Selon le procureur, les propriétaires de la maison et leurs enfants se sont rebellés. La mère s’est retrouvée au sol et souffre d’une fracture du nez.

Le 20 décembre, une voisine de la famille a diffusé des photos de l’intervention sur Instagram. Elle écrit : «Le confinement et ses règles, pour la plupart absurdes, nous plongent dans un climat anxiogène dans lequel les dommages collatéraux de l’incompétence de notre gouvernement favorisent des mesures liberticides». Elle ajoute : «Dois-je à présent vivre dans la peur de passer un moment en famille ou avec quelques amis et qu’à n’importe quelle moment des policiers puissent forcer l’entrée de ma maison et décider de blesser mes proches sans raison ?»

ATTENTION LES IMAGES SUIVANTES PEUVENT HEURTER LA SENSIBILITÉ

Le procureur brabançon précise à l’agence de presse Belga que les parents et leur fille majeure vont être convoqués devant un tribunal correctionnel pour rébellion en bande, coups à policiers et infraction relative au couvre-feu. Les policiers ont été blessés, sans incapacité de travail, affirme le procureur.

Le Dr Jean-Laurent Veys qui a examiné la famille a diffusé un message sur Facebook suite à une «agression de la police de Waterloo». Il observe que la mère de famille «a probablement des lésions cérébrales plus profondes (douleurs temporales et perte d’odorat)». Il a demandé des examens complémentaires. Quant au père, il «avait un revolver pointé sur sa tempe et a été roué de coups». «La police a laissé toute seule la petite de 13 ans dans la maison sans aucunes nouvelles de sa famille et elle est traumatisée psychologiquement à vie», affirme-t-il. «Ce cas révèle que dès qu’on donne le feu vert officiel à la police, ceux-ci révèlent leur instinct primaire de violence instinctive, sans aucune retenue ou respect», estime le médecin.

Source : https://francais.rt.com/international/82015-belgique-controle-covid-lors-fete-maison-tourne-mal

SUITE DES NOUVELLES DE CE QU’IL S’EST PASSE A WATERLOO, la maman a écrit un texte pour expliquer plus en détail ce qu’il s’est passé :
Merci à Toutes et Tous pour votre soutien, vos messages, vos appels ! Vous n’imaginez pas à quel point cela nous va droit au cœur 🙏
Vendredi soir, mon mari et moi sommes rentrés vers 22 heures, nos 3 enfants avaient invité 3 ou 4 ados à la maison, c’est illégal, certes…
J’étais en train de me brosser les dents pour aller me coucher et mon mari faisait une partie de kicker avec les enfants lorsque la Police de la Mazerine est arrivée, courtoise (au départ), suite à une délation d’une de nos voisines (je sais de qui il s’agit).
Sont ensuite arrivés les cowboys de Waterloo qui ont voulu rentrer chez nous sans mandat, ce que j’ai refusé. En l’espace d’une demi-heure, nous avions plus d’une quinzaine de policiers qui encerclaient notre maison, dont 2 combis avec des chiens !
Lorsqu’ils sont rentrés pour perquisitionner notre maison (sans nous présenter aucun papier), j’ai pris mon téléphone et ai filmé la scène tant la situation était disproportionnée pour 3 ados…
La suite, vous l’avez vue sur la vidéo qui tourne sur les réseaux sociaux.
La dernière policière me demande de cesser de filmer, je lui réponds que j’en ai le droit, ce à quoi elle rétorque qu’elle a le droit de m’arrêter aussi, m’arrache mon téléphone, je me fais alors plaquer au sol et menotter par le collègue à côté d’elle. Ils m’étranglent et me claquent la tête contre le sol (c’est à ce moment qu’ils m’ont cassé le nez). J’ai été d’ailleurs étranglée jusqu’à en perdre connaissance, ce à 2 reprises !
L’amie de ma fille ainée a tout filmé, deux vidéos en continu qui font respectivement 7 et 10 minutes… de film d’horreur !
Mon mari est sorti lorsqu’il m’a entendu crier, trois Policiers l’ont jeté au sol, menotté et un autre a rejoint pour lui gazer les yeux à la bombe au poivre ! Sans doute pour l’empêcher de voir ce qu’il se passait… Mon mari souffre d’une double hernie cervicale, il l’a plusieurs fois signalé aux 3 policiers qui étaient « assis » ou « à genoux » sur son dos, or qu’il était ventre au sol et menotté dans le dos. Il ne sait plus bouger et a de nombreuses contusions, ainsi que l’oreille écrasée et des acouphènes.
Notre fille de 13 ans a vu toute la scène, elle a hurlé à son frère et sa sœur qui étaient à l’intérieur « ils sont en train de tuer les parents! ».
Notre aînée de 19 ans est alors sortie en leur disant qu’ils étaient fous, qu’ils m’étouffaient (ce qui est vrai, c’est le premier moment où j’ai perdu connaissance). Elle a voulu s’approcher de moi et s’est fait prendre violemment, les 2 bras dans le dos et soulever du sol sur plus de 10 mètres.
Mon fils de 16 ans n’a pas calculé en voyant la scène, il a sauté sur le policier et s’est immédiatement fait plaquer au sol et menotter. C’est à ce moment-là que je me suis évanouie par étranglement la deuxième fois.
En fait, dès que j’essayais de me retourner pour voir ce qu’il se passait, ils me plaquaient la tête sur l’Aixam dans notre parking et tournaient mes menottes pour me faire mal, tout en me serrant la gorge avec le bras. Ça doit être à ce moment-là qu’ils m’ont cassé la dent… Les chocs étaient si violents que le phare de la voiture en est sorti du capot !
J’avais du sang plein le visage, mes cheveux collaient sur ma peau et m’empêchaient de respirer, je leur suppliait de me les enlever, ils me riaient au nez et tournaient encore un petit coup les menottes dans mon dos pour me faire mal ! Il faisait froid, je portais un petit pull, je leur ai demandé plus d’une dizaine de fois de me donner mon écharpe qui était dans ma cuisine, en vain!
J’ai ensuite été emmenée en ambulance, toujours menottée comme une djihadiste et recousue presque à vif, sans me donner aucun anti-douleur ! Le policier qui m’a « remis » aux ambulanciers leur a dit que j’étais tombée !!! J’ai du faire des pieds et des mains à l’hôpital pour obtenir une attestation de coups et blessures, avant de terminer au cachot.
Mon mari s’est fait enlever son tee-shirt (rempli de bombe au poivre) et a été mis au cachot, torse nu, sans couverture (malgré plusieurs supplications) !
Il est resté aveugle jusqu’à 3 heures du matin où des médecins sont enfin venus lui nettoyer les yeux !
Notre fils à la marque bleue de la semelle d’un policier sur son dos, à travers son pull, ainsi que des traces d’étranglement à la gorge.
Nos bourreaux ont terminé par menotter notre fille aînée, or que la discussion était calme, dans notre cuisine pour « coups », la scène a également été filmée dans son entièreté.
La Policière qui m’a arraché mon téléphone et plaquée au sol (avec son équipier, visiblement son mari, policier lui aussi) est clairement visible sur la deuxième vidéo et essaie également d’arracher le téléphone des mains de la jeune fille qui filme, sans succès, pas de chance pour elle !
Je ne dors plus depuis 3 jours, je n’arrête pas de pleurer, mes enfants sont choqués et ma cadette est complètement renfermée sur elle-même, elle ne parle pas de ce qui s’est passé, je pense que les dégâts psychologiques sont plus que graves…
Invitez 3 parents pour Noël et c’est ce que vous risquez, même si pour ma part, je n’arrive pas encore à réaliser que c’est bien réel !
Franchement, je ne souhaite cela à personne, pas même à ceux qui y vont de leurs petits commentaires désobligeants.
Prenez soin de vous et des autres et joyeuses fêtes à Toutes et Tous.
Valérie ❤️

 

Source : https://www.facebook.com/lmvp.be/posts/1373677306318469



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.