Au nom de la légitime violence

Au pays de la peine de mort réservée aux victimes innocentes

Rediffusion Polémia – Alors qu’un sondage récent IPSOS/Sopra donne le chiffre de 55% de Français favorables au rétablissement de la peine de mort, il nous a paru opportun d’extraire de nos archives un éditorial de Frédéric Pons paru en novembre 2007 sur le blog de Valeurs Actuelles. Rappelez-vous d’Anne-Lorraine Schmitt !

Bouleversé par le meurtre sauvage de notre chère Anne-Lorraine, 23 ans, cet ami m’a appelé : « On devrait manifester, brûler des mosquées turques… » Je le comprends. Le meurtrier du RER D est un criminel sexuel récidiviste d’origine turque. Il était en liberté, malgré une précédente condamnation ! Faut-il brûler, manifester ?

Laissons cela aux Turcs, aux Égyptiens, aux Indonésiens, aux Soudanais, aux Algériens qui martyrisent leurs compatriotes chrétiens et brûlent leurs églises. Laissons cela à nos voyous des cités barbares qui profitent en ce moment de l’impunité scandaleuse que leur offrent des années de laxisme et de démagogie.

Oui, la mort atroce d’Anne-Lorraine est révoltante. À « Valeurs actuelles », nous sommes dans la peine : elle fut stagiaire chez nous. Dans la colère aussi. Une nouvelle fois la peine de mort a été appliquée par un loup qui n’aurait pas dû se trouver en liberté. On sait pourtant que les délinquants sexuels sont très difficiles à réintégrer, voire impossibles. Le doute est toujours présent, les risques immenses.

Mais, dans le doute, qui faut-il privilégier ? Le criminel ou la future victime ? N’est-ce pas la responsabilité de la société – les politiques, à défaut des juges – d’éliminer ses éléments les plus dangereux ?

La peine de mort est abolie, sauf pour les victimes innocentes. Il faudra faire le compte, un jour, des dégâts irréparables commis par tous ces malfaisants remis en liberté. Au nom de la courageuse Anne-Lorraine qui a résisté à son agresseur, réussissant à le blesser (ce qui a permis de l’arrêter) avant de mourir sous les coups. Quand ressortira-t-il de prison, ce violeur au couteau ? 8, 10, 15 ans ?

Notre société doit avoir le courage de l’éliminer définitivement de la circulation, lui et tous les tueurs et violeurs d’enfants. C’est sa responsabilité. Si elle ne le fait pas, des pères, des frères, des oncles le feront. Au nom de la légitime violence. Cela, je le comprendrais. Au nom d’Anne-Lorraine, jeune fille de France martyrisée, dont le sourire enthousiaste de cheftaine et d’étudiante en journalisme ne me quitte plus.

Frédéric Pons
Au nom d’Anne-Lorraine, 27/11/07

Source : https://www.polemia.com/au-pays-de-la-peine-de-mort-reservee-aux-victimes-innocentes/



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.