Aliments naturels pour éliminer les métaux lourds de notre organisme, simplement

  • 9
    Partages
Small plant growing in the human hands and pollution smoke from factory chimneys in background.
Small plant growing in the human hands and pollution smoke from factory chimneys in background.

Détoxification des métaux lourds

Il y a de l’intox dans la détox !

Jeu de mots mis à part, il se dit n’importe quoi sur la toile. Il y a beaucoup trop de marketing autour de la détox, un des termes les plus recherchés dans la sphère des thérapies complémentaires. Certains vous feront croire que de complexes mélanges de plantes exotiques nettoient le corps de toute impureté.

Je vais tenter d’apporter de la clarté dans cette confusion. Je fais aussi le choix de ne pas parler de certaines substances dans cet article – le DMSA en particulier, choisissant des formes qui me paraissent plus proches du naturel en premier lieu, moins brutales, c’est-à-dire favorisant une élimination en douceur et sur le long terme.

Mais avant toute chose, j’aimerais vous suggérer deux points très importants dans l’élaboration de votre stratégie.

1. Préférez le long terme

Tout processus de détoxification a une charge pour nos organes. Si certaines substances se combinent aux métaux lourds pour les éliminer, ces substances vont être acheminées au travers de nos organes d’élimination.

Le bon programme de détoxification respecte, pour moi, un équilibre entre les deux paramètres suivants :

  1. La vitesse à laquelle vous allez vous débarrasser de ces substances ;
  2. La bonne santé et la préservation de vos organes d’élimination – foie, reins et système digestif.

Il est pour moi préférable de tabler sur une progression lente, sur plusieurs mois, et de provoquer une élimination en douceur, plutôt que de créer un stress oxydatif trop intense.

Bien sur, certaines personnes préfèreront agir d’une manière plus rapide en fonction de leur condition. Cet article ne répondra probablement pas à leurs attentes.

2. Protégez vos organes d’élimination

Pendant la durée du programme, utilisez les plantes protectrices des organes d’élimination. Je pense en particulier auchardon-marie (Silybum marianum) qui protège non seulement le foie, mais aussi les reins. Ledesmodium (Desmodium adscendens) fera aussi l’affaire.

Afin de contrer le stress oxydatif créé par cette élimination, je recommande aussi d’augmenter la consommation d’antioxydants, au travers d’une alimentation particulièrement riche en fruits et légumes de saison, d’épices (curcumaet gingembre), mais aussi à l’aide de compléments alimentaires à base d’acérola, de resveratrol, de vitamine C et E (j’en parle brièvement un peu plus bas).

Notez que ces antioxydants n’entraînent pas spécifiquement d’effet de « chélation ». Cet effet sera fournit par les plantes et compléments listés ci-dessous. Ces substances assurent par contre une protection pendant le nettoyage.

3. Doses et autres conseils spécifiques

Lorsque je mentionne des informations sur les doses ou le timing des prises, je me réfère au programme défini par le docteur Dietrich Klinghardt, fondateur de la Klinghardt Academy (Etats-Unis), de l’American Academy of Neural Therapy, directeur médical de l’Institute of Neurobiology, et chef clinicien au Sophia Health Institute (Etats-Unis).

Son travail a permis des avancées majeures dans les domaines de l’intoxication aux métaux lourds et de la maladie de Lyme, entre autres choses.


Plantes

L’ail (Allium sativum)

Rien d’exotique ni de mystérieux. Mais des résultats d’études prometteurs.

L’ail contient des composants soufrés qui agissent comme agents de chélation des métaux lourds. Ces mêmes composants protègent aussi nos cellules contre le stress oxydatif engendré par ces métaux.

Entre parenthèse, je vous rappelle que d’autres aliments sont riches en composants soufrés : le jaune d’oeuf, les légumes de la famille des crucifères et des alliacées (en plus de l’ail : oignon, poireau, etc). Je recommande une consommation libérale de ces aliments pendant le processus de détoxification.

detoxification-metaux-lourds-ail

 

Voici ce que les études nous disent au sujet de l’ail :

  • Une alimentation contenant 7% d’ail frais fut donnée à des rats. Ces rats burent une eau contenant du mercure (10 ppm), du cadmium (200 ppm) et du plomb (100 ppm). L’expérience dura 6 semaines.
    • L’ail diminua l’accumulation de ces métaux lourds dans le foie des animaux d’une manière significative(3) ;
    • De plus, l’ail diminua le nombre et l’étendue des lésions causées par ces métaux.
  • L’ail fit diminuer la quantité de plomb dans le sang d’une manière aussi efficace que la D-penicillamine chez 117 employés d’une usine fabricant des batteries de voiture(4), sans les effets secondaires. Voir mon résumé complet de cette étude ;
  • L’ail fit diminuer la quantité de plomb dans le sang de rats intoxiqués, et protégea l’intégrité de leur rétine(5) ;
  • L’ail permet aux érythrocytes (globules rouges) de retrouver leur pleine espérance de vie chez le rat intoxiqué auplomb(6) ;

Dans la deuxième étude (employés d’usine), la dose journalière utilisée fut de 1,2 mg d’allicine 3 fois par jour (moins d’une gousse).

Hachez finement votre ail à l’aide d’une râpe microplane, puis laissez le reposer à l’air pendant 10 minutes avant de le consommer frais – ce processus optimise la libération d’allicine. L’ail haché peut être ensuite incorporé au repas.

L’alternative est de prendre des capsules d’ail. Le docteur Klinghardt recommande 1 à 3 après chaque repas, en commençant par 1 capsule par jour, et en augmentant progressivement jusqu’à 3.

L’ail-des-ours (Allium ursinum)

detoxification-metaux-lourds-ail-des-ours

Image de Wikimedia, par H. Zell [GFDL or CC-BY-SA-3.0]

L’ail-des-ours contient lui-aussi des composants soufrés similaires à l’ail. Bien qu’aucune étude n’existe à son sujet dans le contexte des métaux lourds, il est logique d’attendre un effet similaire à l’ail culinaire.

Certains préfèreront l’ail-des-ours car il se trouve localement autour de chez eux, ou car le goût est un peu moins brut que celui de l’ail culinaire. Je préfère personnellement recommander l’ail culinaire, qui a été bien mieux étudié.

Le docteur Klinghardt recommande 5 à 10 gouttes de teinture mère sur la nourriture au moins 3 fois par jour.

La coriandre (Coriandrum sativum)

Il est très facile de faire germer un pot de coriandre chaque printemps sur sa fenêtre ou son balcon. Elle a tendance a vite monter en graine. Il faut donc la ressemer une ou deux fois pour avoir un approvisionnement jusqu’à l’automne.

Les études nous disent ceci :

  • Des souris absorbèrent de l’eau avec du plomb (1000 ppm) pendant 32 jours. On donna à ces souris de la coriandre à partir du jour 7 et pendant 25 jours. La coriandre fit diminuer de manière significative les dépôts de plomb dans lefémur et les reins des animaux(7) ;
  • La coriandre protège les rats mâles intoxiqués au plomb contre le stress oxydatif, et protège ces animaux contre les dommages infligés aux testicules par le plomb(8) ;
  • Closeup view of cilantro also called coriander plant growing in the garden. All parts of the plant are used in traditional cooking from root to seed to leaves. A traditional treatment for type 2 diabetes, cilantro/coriander also has strong anti-bacterial qualities.
    Closeup view of cilantro also called coriander plant growing in the garden. All parts of the plant are used in traditional cooking from root to seed to leaves. A traditional treatment for type 2 diabetes, cilantro/coriander also has strong anti-bacterial qualities.

 

Le docteur Klinghardt estime que la coriandre a la capacité de mobiliser les métaux lourds (mercure, cadmium, plomb et aluminium) et les relâcher en circulation sanguine, sans pour autant déclencher une élimination au travers des organes d’éliminations. Il parle de processus de re-toxification, et conseille donc d’associer la coriandre avec la chlorella (voir plus bas), ou à d’autres plantes/compléments qui facilitent l’élimination (pectine, zéolite, charbon actif).

Deux formes de coriandre peuvent être utilisées :

  • La coriandre fraiche, bien tolérée avec une action en douceur mais beaucoup plus lente, bien adaptée pour la prévention ;
  • La teinture mère de coriandre (voir chez Biosimples par exemple), pour une approche un peu plus rapide.

Klinghardt recommande le programme suivant :

  • Commencer par 2 gouttes de teinture 2 fois par jour, prises au moment d’aller au lit ou 30 minutes après avoir pris la chlorella ;
  • Augmenter progressivement à 10 gouttes 3 fois par jour ;
  • Pendant la phase initiale, la recommandation est d’alterner 5 jours de teinture de coriandre avec 2 jours de pause.

La Chlorella

Cette algue unicellulaire présente des propriétés intéressantes :

  • Des rats femelles absorbèrent 4 mg de mercure par kg de poids, et reçurent pendant 3 semaines une nourriture contenant de la chlorella (0% – groupe placebo, 5% et 10% de leur nourriture – groupes contrôle)(9).
    • La chlorella abaissa de manière significative le taux de mercure sanguin dès le jour 7 ;
    • Pendant les 21 jours, le taux de mercure augmenta d’une manière significative dans les urines et les selles ;
    • Le taux de mercure diminua d’une manière significative dans les reins et le cerveau des animaux.
  • Des rats mâles absorbèrent plusieurs quantités de cadmium et de chlorella.
    • Dans le groupe absorbant seulement le Cadmium, le Cadmium s’accumula dans le sang et les organes (foie, reins et intestin) ;
    • Dans le groupe absorbant Cadmium et chlorella, l’accumulation fut plus basse, et l’excrétion urinaire et fécale de Cadmium remarquablement plus haute.
  • Des souris absorbèrent 50 mg/kg d’acétate de plomb (1300 ppm) ainsi que de la chlorella (50 mg/kg).
    • Les cellules souches hématopoïétiques (à l’origine des globules blancs et rouges) retrouvèrent un niveau normal grâce à la chlorella ;
    • La chlorella rétablit partiellement les niveaux de zinc osseux, en baisse dû à l’ingestion de plomb.
    • organic spirulina algae powder in wooden spoon

 

 

La chlorella pose par contre le problème suivant : selon où elle est cultivée, elle peut être contaminée par les métaux lourds, car elle a justement cette capacité de fixer les polluants. Ce qui irait à l’encontre de notre effort bien évidemment. Il faut donc porter une grande attention à la qualité du produit acheté.

Le site NaturalNews a récemment financé des analyses de différents produits provenant d’Asie afin d’en vérifier la pureté. Voici les conclusions de leur étude :

  • 17 produits furent analysés, provenant de 10 sources uniques :
    • 3 sources provenant de Chine
    • 3 sources provenant de Taiwan
    • 3 sources provenant du Japon
    • 1 source provenant de Corée
  • Le terme « certifié bio » ne veut absolument pas dire que la chlorella ne contient pas de métaux (hélas) ;
  • Les affirmations marketing ne correspondent pas avec le contenu réel du produit (par exemple, « certifié sans polluants ») ;
  • Certaines sociétés vendant la chlorella en tablettes coupent la chlorella avec du calcium (observable à la loupe – des petites granules claires dans le vert foncé) ;
  • La chlorella en capsules contient 380% plus de chlorella que celle en tablettes ;
  • Tous les produits analysés ne contiennent quasiment pas de mercure – il peut y avoir des traces infimes en ppm (parties-par-million), mais cela reste en deçà< des limites détectables ;
  • Les produits provenant de Chine sont les moins chers, mais aussi les plus contaminés à l’aluminium et autres métaux ;
  • La chlorella bio provenant de chine est plus contaminée que la chlorella non-bio de Corée ;
  • La chlorella provenant de Taïwan est la plus chère, mais aussi cultivée dans les conditions les plus propres ;
  • Le Japon n’est pas la source la plus propre de chlorella, Taïwan est une meilleure source ;

Voici ce que je vous conseille :

  1. Choisissez une société qui explique clairement son lieu et processus de production. La marque Echlorial par exemple cultive la chlorella dans des tubes de verre isolés des éléments extérieurs ;
  2. Choisissez une société qui garantit l’analyse du produit et l’absence de métaux lourds. Le laboratoire Synphonatpar exemple propose un produit qui combine chlorella et ail-des-ours. La chlorella provient d’Asie du Sud-Est, je cite : « cultivée dans des bassins à l’abri de toute pollution. Sa qualité est contrôlée analytiquement en vérifiant l’absence de métaux et de polluants. »

Si vous trouvez d’autres sources fiables, n’hésitez pas à m’en informer.

Le docteur Klinghardt recommande ceci :

  • Commencez par la dose de maintenance qui est de 1 gramme de chlorella 3 à 4 fois par jour ;
  • Pendant la phase plus active (lorsque la coriandre est prise avec la chlorella), la dose peut être augmentée à 3 grammes 3 à 4 fois par jour ;
  • Prendre 30 minutes avant les repas principaux – ceci permet à la chlorella de se diffuser dans l’intestin au moment ou la bile est évacuée (emportant avec elle les métaux toxiques) – la chlorella pourra ainsi s’associer aux métaux lourds et les éliminer ;
  • Si des effets secondaires se font ressentir, augmenter la prise d’une manière significative (et ne pas la diminuer), ce qui aura pour effet d’évacuer une plus grande quantité de métaux mobilisés ;
  • Les personnes ayant des problèmes pour digérer la chlorella peuvent prendre de la cellulase, une enzyme digestive en général incluse dans les complexes d’enzymes digestives

Vu la dose journalière et la durée du programme, le coût de l’opération n’est pas négligeable, car la chlorella est un produit cher.


Compléments alimentaires

Pectine de citron modifiée

La pectine de citron modifiée (MCP en anglais) est une pectine extraite du citron, puis modifiée chimiquement afin de briser les longues chaînes de polysaccharide en molécules plus petites, plus facilement assimilées par le système digestif et la circulation sanguine.

detoxification-metaux-lourds-pectine

 

Les études ont été faites sur humain, ce qui donne toujours une meilleure perspective par rapport à celles effectuées sur animaux. Les voici :

  • 8 personnes en bonne santé prirent 15 g de pectine tous les jours pendant 5 jours, et 20 g de pectine le 6ème jour. La pectine provoqua une augmentation significative des taux d’arsenic, de mercure, de cadmium et de plomb urinaire entre le premier et le 6ème jour(10). Au jour 6, les chercheurs notèrent :
    • Une augmentation de 150% de l’excrétion du cadmium ;
    • Une augmentation de 560% de l’excretion du plomb ;
  • 5 patients souffrant de différentes maladies prirent soit la pectine seule, soit la pectine avec de l’alginate (polysaccharides obtenus à partir d’algues) pendant 8 mois. Leurs taux de métaux lourds diminuèrent de 74% en moyenne(11) ;
  • 7 enfants ayant des taux de plomb sanguin >20 µg/dL reçurent 15 g/jour de pectine pendant une durée de 2 à 4 semaines(12) :
    • Le taux de plomb sanguin diminua de 161% (moins de toxicité interne…) ;
    • Le taux de plomb urinaire augmenta de 132% (…car plus d’excrétion) ;

Le revers de la médaille(12) :

  • Ces études furent réalisées sur un échantillon très petit ;
  • La méthodologie est critiquable – ce ne sont pas des études randomisées en double-aveugle contre placebo, le standard acceptable aujourd’hui par la communauté scientifique ;
  • Dans la 3ème étude, des conflits d’intérêts entre les chercheurs et une société fabricant la pectine furent exposés.

Il faut donc rester prudent sur les conclusions.

La pectine de citron modifiée reste néanmoins pour moi un outil potentiel de détoxification à essayer dans le contexte d’un protocole plus complet, incluant d’autres plantes et compléments mentionnés dans cet article.

La pectine de pomme est également souvent utilisée.

Sélénium

Wikipedia donne un bon résumé, en une ligne, de ce que le Sélénium représente pour l’être humain :

« C’est un oligoélément, mais à très faible dose. Il est toxique (voire très toxique sous certaines formes) à des concentrations à peine plus élevées que celles qui en font un oligoélément indispensable. »

Donc prudence en ce qui concerne son administration.

Les études nous disent ceci :

  • Dans un échantillon de 23 personnes Estoniennes(13) ayant des taux sanguins de sélénium faible, une supplémentation de 100 microgrammes de sélénométhionine pendant 4 mois réduisit de 34% les taux de mercure dans les poils pubiens (le corps évacue en effet les métaux lourds au travers des cheveux et des poils) ;
  • 103 résidents de la province de Wanshan en Chine (province ayant de nombreuses carrières de mercure) prirent soit 100 microgrammes de sélénium organique, soit un placebo, pendant 3 mois(14). Le sélénium :
    • Augmente la quantité de mercure excrétée dans les urines ;
    • Diminue la quantité de malondialdehyde et de 8-hydroxy-2-deoxyguanosine excrétée dans les urines (deux marqueurs de stress oxydatif).

Je vous rappelle que la noix du Brésil est l’un des aliments les plus riches en sélénium. Une seule noix du Brésil fournit à peu près 95 microgrammes de sélélium. Gardez en tête qu’un excès de sélénium est toxique.

Silice/zéolite

Certaines études ont été effectuées sur une forme particulière de silice : l’acide orthosilicique obtenu à partir de zéolite clinoptilolite, un minerai naturel provenant de roches volcaniques. Ce composant se verrouille sur les métaux lourds afin de les éliminer.

Une étude fut effectuée sur souris(15), et une sur humain(16), avec des résultats intéressants.

Ce qui me dérange un peu, c’est le marketing effectué par l’industrie du complément alimentaire, car la zéolite clinoptilolite :

  • A un nom exotique et savant (a tendance à impressionner l’acheteur) ;
  • Ne se trouve pas facilement ;
  • Se vends sous une forme transformée (micronisation, etc).

Tout pour justifier un prix élevé. A retenir dans la boite-à-outils détox, mais pas dans une position prédominante.

Basé sur l’expérience, le charbon actif semble avoir une action tout aussi efficace.

Vitamine C et E

Ces deux antioxydants ont été étudiés dans le contexte de l’intoxication aux métaux lourds. Au minimum, ils réduisent le stress oxydatif(17), ce qui est très important car les métaux lourds créent une charge oxydative très élevée.

Certaines études démontrent aussi qu’ils déclenchent une excrétion de métaux plus élevée(18)(19).

Ces vitamines doivent faire partie d’un protocole de détoxification dès le départ, afin de bien protéger le système dans cette période de nettoyage.


Reference

(1) El-Ashmawy IM, Ashry KM, El-Nahas AF, Salama OM. Protection by turmeric and myrrh against liver oxidative damage and genotoxicity induced by lead acetate in mice. Basic Clin Pharmacol Toxicol. 2006 Jan;98(1):32-7.

(2) Eybl V, Kotyzova D, Koutensky J. Comparative study of natural antioxidants – curcumin, resveratrol and melatonin – in cadmium-induced oxidative damage in mice. Toxicology. 2006 Aug 15;225(2-3):150-6.

(3) Nwokocha, C. R., Owu, D. U., Nwokocha, M. I., Ufearo, C. S., and Iwuala, M. O. E. Comparative study on the efficacy of Allium sativum (garlic) in reducing some heavy metal accumulation in liver of wistar rats. Food Chem Toxicol. 2012;50(2):222–6

(4) Kianoush, S., Balali-Mood, M., Mousavi, S. R.,  Comparison of therapeutic effects of garlic and d-Penicillamine in patients with chronic occupational lead poisoning. Basic Clin. Pharmacol. Toxicol. 2012;110(5):476–81

(5) Khordad E, Fazel A, Ebrahimzadeh Bideskan A. The effect of ascorbic acid and garlic administration on lead-induced apoptosis in rat offspring’s eye retina. Iran Biomed J. 2013;17(4):206-13.

(6) Sarkar A, Sengupta D, Mandal S, Sen G, Dutta Chowdhury K, Chandra Sadhukhan G. Treatment with garlic restores membrane thiol content and ameliorates lead induced early death of erythrocytes in mice. Environ Toxicol. 2013 Aug 30.

(7) Aga, M., Iwaki, K., Ueda, Y.,  Preventive effect of Coriandrum sativum (Chinese parsley) on localized lead deposition in ICR mice. J Ethnopharmacol. 2001;77(2-3):203–8

(8) Sharma, V., Kansal, L., and Sharma, A. Prophylactic efficacy of Coriandrum sativum (Coriander) on testis of lead-exposed mice. Biological Trace Element Research. 2010;136(3):337–54

(9) Uchikawa T, Kumamoto Y, Maruyama I, Kumamoto S, Ando Y, Yasutake A. Enhanced elimination of tissue methylmercury in Parachlorella beijerinckii-fed mice. J Toxicol Sci. 2011 Jan;36(1):121-6.

(10) Eliaz, I., Hotchkiss, A. T., Fishman, M. L., and Rode, D. The effect of modified citrus pectin on urinary excretion of toxic elements. Phytother Res. 2006;20(10):859–64

(11) Eliaz, I., Weil, E., and Wilk, B. Integrative medicine and the role of modified citrus pectin/alginates in heavy metal chelation and detoxification–five case reports. Forsch Komplementmed. 2007;14(6):358–64

(12) Zhao, Z. Y., Liang, L., Fan, X., et al. The role of modified citrus pectin as an effective chelator of lead in children hospitalized with toxic lead levels. Altern Ther Health Med. 2008;14(4):34–8

(12) Voir l’analyse du journal Alternative Medicine Review Volume 13, Number 4, 2008

(13) Seppanen K, Kantola M, Laatikainen R, Nyyssonen K, Valkonen VP, Kaarlopp V, Salonen JT. Effect of supplementation with organic selenium on mercury status as measured by mercury in pubic hair. Journal of trace elements in medicine and biology : organ of the Society for Minerals and Trace Elements (GMS). Jun 2000;14(2):84-87.

(14) Li, Y.-F., Dong, Z., Chen, C.,  Organic selenium supplementation increases mercury excretion and decreases oxidative damage in long-term mercury-exposed residents from Wanshan, China. Environ Sci Technol. 2012;46(20):11313–8

(15) Topashka-Ancheva, M., Beltcheva, M., Metcheva, R.,  Modified natural clinoptilolite detoxifies small mammal’s organism loaded with lead II: genetic, cell, and physiological effects. Biological Trace Element Research. 2012;147(1-3):206–16

(16) Flowers JL, Lonsky SA, Deitsch EJ. Clinical evidence supporting the use of an activated clinoptilolite suspension as an agent to increase urinary excretion of toxic heavy metals. Nutrition and Dietary Supplements. 2009:11-18.

(17) Wilhelm Filho D, Avila S, Jr., Possamai FP, Parisotto EB, Moratelli AM, Garlet TR, . . . Dal-Pizzol F. Antioxidant therapy attenuates oxidative stress in the blood of subjects exposed to occupational airborne contamination from coal mining extraction and incineration of hospital residues. Ecotoxicology (London, England). Oct 2010;19(7):1193-1200.

(18) Dawson, E. B., Evans, D. R., Harris, W. A., Teter, M. C., and McGanity, W. J. The effect of ascorbic acid supplementation on the blood lead levels of smokers. J Am Coll Nutr. 1999;18(2):166–70

(19) Tandon, S. K., Chatterjee, M., Bhargava, A., Shukla, V., and Bihari, V. Lead poisoning in Indian silver refiners. Sci. Total Environ. 2001;281(1-3):177–82


Dans ses objectifs d’éducation à l’international, Christophe Bernard fournit par internet des informations éducatives pour tout lecteur francophone vivant dans n’importe quel pays du monde. Ces données ont été puisées dans la littérature historique et traditionnelle sur les herbes. Elles n’ont pas pour but de remplacer l’avis médical dispensé par un médecin en ce qui attrait aux problèmes d’ordre médical, y compris le diagnostic, le traitement ou la guérison de maladies ou autres affections physiques ou mentales, etc. Il n’est donc aucunement dans l’intention de Christophe Bernard de poser des diagnostics ou d’établir des prescriptions. Il décline formellement toute responsabilité, quelle qu’elle soit, dans les cas d’auto-prescription sans l’autorisation préalable d’un médecin.

Copyright © 2010-2015 Althea Conseil / Christophe BERNARD – Tous droits réservés
Source : http://www.altheaprovence.com/blog/detoxification-metaux-lourds/

One thought on “Aliments naturels pour éliminer les métaux lourds de notre organisme, simplement”

  1. bonjour,

    tout d’abord merci pour votre article précieux, rempli d’indications!!!

    j’ai fait le protocole du docteur kingaerdt depuis fin juin (intox mercure), mais que ce soit avec la prise de 3g, 6g par la suite, et augmenter la dose considérablement tous les 8 à 10 jours sur une journée (ce que j’ai fait 2 fois depuis de ce fait), j’ai toujours eu des douleurs atroces dans tous les membres, dos etc… je ne les supporte plus, j’en pleure….

    de ce fait je crois que je vais repartir sur la base plus douce et plus longue comme vous précisez ! ai je raison ?

    genre, 1g de chlorelle par jour à vie (ce que j’espère supporter), associée à seulement 10 gouttes d’ail des ours par jour (?) protection avec le chardon marie (foie, rein) mais peut-on en prendre tous les jours (ail des ours à 10gouttes, et chardon) faut-il faire des pauses (surtout si à vie, car je suis surement hyper intoxiquée pour avoir des douleurs pareilles, enfin à ce que j’ai pu lire là dessus concernant les symptomes qui s’empiraient aux petites prises de chlorelle)?

    et aussi de l’acide alpha lipoique (qui est bon pour le cerveau -protocole docteur-) !

    ceci dit, j’ai vu que 1g de chlorelle pouvait être pris tous les jours de notre vie, cependant puis je l’associer à tout ce que je vais prendre en plus ? *tous les jours de ma vie* , sans risques ?

    l’acide AAL (alphalipoique) normalement suivant son protocole de cure de 3 mois, c’est 4x250mg / jour, alors que si on ne fait pas de programme détox kingaerdt, il est recommandé à 500mg/jour sans plus de précision si à vie ou non (sur le site ou je l’ai acheté).

    mes gélules de chardon marie sont à 300 mg/1gélule (mais je ne sais pas la quantité de syliramine dedans, ce qui a l’air important à 70 – 80 % sniff) (eux disent 3 à 5 gél /jour : cures de 3 mois, une pause de 1 mois et reprendre, sur le site ou je l’ai acheté). mais en prenant de la chlorelle, je peux en prendre tous les jours de ma vie, sans ou avec pause ?

    et en ce qui concerne la coriandre, j’avais vu qu’il fallait la prendre (protocole kingaerdt) qu’à partir du moment ou on se sentait mieux avec chlorelle et ail des ours, mais n’ayant jamais eu *aucun* symptomes (précisant que ça allait mieux), et maintenant désirant redescendre mes doses à 1g/jour, ce qui je crois enlevera les douleurs), je ne saurais jamais quand je peux en prendre de la coriandre re snifff!! pouvez vous m’éclairer ?

    je suis complètement perdue, et j’ai déjà tellement dépensé en naturopathe qui elle me disait de prendre 24 g par jour de chlorelle sur 4 mois et demi, mais je n’ai pas les moyens malheureusement (et quand j’ai augmenté les doses deux fois tous les 8 à 10 jours, j’avais encore des symptomes quand même) !!

    merci infiniment pour vos réponses qui me réchaufferaient le coeur… et ma santé… merci!!!

    cordialement, Valérie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.