Accord de libre-échange

http://www.marianne.net/L-agent-du-neoliberalisme-fou_a234635.html

Au nom de l’Europe, Ignacio Garcia Bercero négocie en secret avec les États-Unis un accord de libre-échange qui soumettrait les pays aux diktats des géants du privé…

Qui connaît Ignacio Garcia Bercero ? L’homme est directeur général du commerce à la Commission européenne, structure qui est à la transparence ce que la margarine est au beurre. A ce titre, il négocie pour les vingt-huit l’accord de partenariat transatlantique entre les Etats-Unis et l’Union européenne. Ce dernier vise à concrétiser le rêve des libre-échangistes les plus fous : la création d’une vaste zone où les barrières douanières et réglementaires seraient bannies, au profit des géants du privé, et notamment des groupes américains.

Il s’agit de mettre à bas les normes en vigueur dans des domaines multiples et variés, qui vont de la sécurité alimentaire à la protection de la vie privée, au nom du principe imbécile selon lequel la liberté du commerce dérégulé induit l’expansion générale (si tel était le cas, ça se saurait). Une fois ces principes coulés dans le marbre juridique, ni les Etats ni les Parlements ne pourraient s’y opposer, sauf à être renvoyés devant des tribunaux internationaux qui seraient en mesure de leur faire payer leurs incartades.

Les négociations durent déjà depuis plusieurs mois, dans l’opacité générale, à l’abri des regards indiscrets. A part le nom des négociateurs officiels, rien ne transparaît. Seuls les lobbyistes ont accès aux premiers documents préparatoires issus des discussions. Pour le reste, c’est le black-out. Pas question de mettre sur la table des éléments d’information qui pourraient permettre aux peuples ou à leurs mandants d’intervenir.

Nicole Bricq, ministre du Commerce extérieur, s’est contentée de mettre en place un «comité de suivi et de réflexion sur l’accord de partenariat transatlantique». On y trouve quelques parlementaires triés sur le volet, des sommités du monde patronal et des économistes bien en cour, emmenés par l’inévitable Elie Cohen.

Bref, des experts vont en surveiller d’autres, emmenés par Ignacio Garcia Bercero, qui n’a jamais reçu le moindre mandat populaire et qui se considère autorisé à faire ce qu’il veut. La ministre s’est bien gardée de demander la levée du secret de la négociation et l’accès du Parlement aux débats en cours. Ce serait pourtant le minimum. Avant de donner des leçons de démocratie à l’Ukraine, il faut balayer devant sa porte.

 

 



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.